Délivrance

     
  © Michel Kisinis, photographe auteur

uand le vent de mon désespoir glace mon visage figé
Et que je sens les cellules de mon corps prêtes à se désagréger,
Une cruelle douceur m'envahit en vibrant.
La mort m'appelle.
La mort m'appelle et je suis prêt à me disperser.
Une douleur si douce me caresse si tendrement.
Le néant m'appelle,
Et je sens son souffle sur mon coeur.
Palpitations exquises où la vie s'unit à la mort.
Angoisse et effroi devant le spectacle de la vie.
Les marionnettes s'agitent par saccades dans le vide.
Et je me sens éclaté, vivre une mort vivante,
Une mort vivante, rampante et sinueuse.

 

 
© Michel Kisinis, photographe auteur

élivrance du vide,
Je poserai mes mains sur ta peau
Satinée, noir d'ébène.
Ta bouche se posera sur mon coeur,
Et tes lèvres glacées me feront frémir.
Ton premier baiser me donnera la mort,
Mon sang jaillira de mon coeur meurtri
Et nous tomberons tous deux à terre.
Sans vie.
Après ne l'avoir jamais connue.

 


© Michel Kisinis

 

© Michel Kisinis, photographe auteur© Michel Kisinis, photographe auteur