Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2005-02-28

Une carte Vitale pour les cyberpunks

Au comptoir, toujours les mêmes disputes entre les habitués. L'équipe Machin contre l'équipe Bidule. Trouduc aurait dû faire ceci et ils auraient gagnés ces cons. Tous des incapables ! Interminables disputes sur les péripéties d'un spectacle joué d'avance – qu'eux, évidemment, ne gagnaient jamais.
Je m'étais mis à compter les bulles de la mousse de mon café. Je me disais que la petite cuillère ne convenait pas pour cette tache quand j'entendis derrière moi une conversation passionnée à voix basse.
- "Une fois que tu as créé ta clé publique avec GnuGP, tu va l'inscrire dans un serveur de clés. Comme çà tout le monde peut t'envoyer des messages cryptés", affirmait un type assis avec deux autres, les yeux rivés sur un micro portable.
- "Et la NSA ne peut plus mater nos messages !" fit l'autre, la mine réjouis en imaginant déjà les types de la NSA se casser les dents sur ses messages.
- "Et encore moins le KGB ! Aaaah !!! Ça m'explose !"
- "Et on peut l'ajouter à un... machin qui réunit toute une série de clés".
J'intervins pour aider ces petits chéris : "Oui, un trousseau !".
Les trois types se retournèrent vers moi, ahuris, me dévisageant. Je me présentais aimablement pour réchauffer l'ambiance : "Michel Kisinis, poète". Il y eut un silence lourd. Le plus jeune finit par dire : "Poète ?!!! Mouais... Nous on est des cyberpunks."
- "Des cyberpunks ! J'ai toujours rêvé d'en rencontrer. On dirait que vous êtes sur un truc chaud là... Je vois que vous êtes sur une connection telnet par ouifi."
- Désolé, mais on peut pas t'en parler. On travaille sur des projets qui impactent massivement les libertés individuelles et la diffusion des données personnelles des citoyens".
- "Ah oui, c'est trop grave ces sujets. J'aimerais justement vous parler d'un truc qui me turlupine depuis un bail".
- Nous, on s'occupe pas des problèmes de proxy pitoupi, répliqua le plus âgé. Adresses-toi à un technicien de Sur-coût, là où t'a acheté ton graveur à deux balles.
Là, j'ai eu envie de lui mettre ma tasse dans la gueule. Je pris sur moi.
- Je voudrais vous parler d'un problème plus important.
- Résumes alors ton histoire, ricana le petit jeune qui machonnait sa clé usb.
- Il s'agit de la carte Vitale. Est-ce que vous vous y intéressés en ce qui concerne la confidentialité des données et de la faiblesse de la protection du réseau Sésame ?
Les trois cyberpunks se regardèrent, un peu gênés.
- "Ben, je l'utilise".
- "Moi aussi ! C'est super pratique ! Avec mes gamins, je n'ai pas à faire l'avance des frais. Je donne ma carte et je paye rien grâce à ma mutuelle".
- Attendez, vous allez pas me dire que vous utilisez tous votre carte Vitale. Vous parlez de la protection des données et vous utilisez sans vergogne la carte la plus nase qui existe en France.
- Oui, je sais, mais c'est quand même bien pratique.
- En fait, vous avez croqué la carotte qu'on vous tendait et vous l'aurez bientôt dans le cul. Elle va être bientôt obligatoire. Toutes nos données personnelles seront bientôt largement diffusées sur un réseau sans protection sérieuse et les cyberpunks trouvent cela bien pratique.
- Non, on est sur des dossiers balaises. Rien à voir !
- Oui, bien sûr, fis-je en colère. Continuez à jouer à touche-pipi avec votre souris pendant que ces salopards livrent nos vies à tous vents.
Et je sortis du café en claquant la porte, emporté par l'hubris d'une juste colère, laissant derrière moi trois zigotos muets autour d'un portable futile.
En fin d'après-midi, je revins au café pour payer au patron le café que j'avais oublié. Dodo me demanda discrétement ce qu'il s'était passé avec ces trois types pour que je parte ainsi.
Je lui répondis : "Ils voulaient me vendre un CD remplie de mp3 de Florent Pagny".
Il éclata de rire : "Michel, la prochaine fois, tu me les envoies. Ma femme aime bien Florent Pagny". Et il me fit grâce du café... Je reviendrais.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-18

La répression contre les pauvres

Les autorités ont décidées la manière forte pour expulser hier, 17 février, les squatteurs de la cité Debergue, dans le 12e, à Paris. Tout cela sans respecter la législation, et avec violence, semble-t-il.
Si certains disent "La pauvreté est un symptôme", moi j'ajouterai "et la police est son médicament".
Voir Indymedia Paris
Article Squat 1
Article Squat 2
Visiblement, à Paris, on s'attaque plus facilement aux pauvres qu'à la spéculation immobilière.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-09

Cyberpunks contre Cyberblaireaux

Les aventures de Bobo Blaireau
ou l'odyssée du Numérikeu

Je touillais paisiblement ma petite cuillère dans mon café quand une voix trop entendue m'interpella au bout du comptoir.
- "Ah, Kisinis, y'faut qu'j't'vois !"
- "C'est bon, tu peux rentrer chez toi maintenant... fis-je aimablement".
Bobo Blaireau fouilla fébrilement son sac à dos tout encombré de son bureau sans papier.
- "Chais'plus où je l'ai mis... Je viens de lire dans une revue super bien informée que des types, euh... des cyberpunks, sont en train de mener une attaque de grand envergure contre les blogs. Ils détruisent tout sur leur passage".
- "Où as-tu lu cette nouvelle renversante ?"
- "Ah tiens la voilà !" Et il me tends un torchon dont la couverture aux couleurs criardes était couverte de titres racoleurs.
J'éclatais de rire : "Ah mais c'est Hackaka, l'Académie des Cyberblaireaux". J'en oubliais mon café qui refroidissait.
- "Tu sais, Kisinis, ils sont vraiment au courant de tout ce qui se passe sur le Net. Et même plus que toi !", fit-il exaspéré par mon rire.
- "Tu n'as pas tort, je ne suis au courant de rien, mais tout simplement parce qu'il ne s'y passe RIEN ! Dans la vie réelle, ni ton blog, ni ton avatar n'existent...".
- "Et moi, qu'est-ce que je vais pouvoir faire contre les cyberpunks ?"
- "Premio, les cyberpunks n'attaquent pas les sites de blaireaux. Secundo, ils ne sont pas violents. Et trito, arrêtes de lire ce torchon débile. Lis plutôt Ici Paris", ça serait bon pour ton coeur".
- "Michel, j'ai peur pour mon blog !". Sa voix tremblait sous l'émotion. "J'y ai passé des heures à écrire de longs poèmes d'amour".
- "Tu n'as qu'à le sauvegarder en FTP sur ton ordinateur."
- "Excellente idée !" Il posa son sac à dos sur le comptoir et souffla, rassuré. Il jeta subrepticement un coup d'oeil à la revue qui était maintenant à terre. Et ce fut un cri qui traversa la salle du café :
- "Et si les cyberpunks attaquaient aussi mon ordinateur ?".
Tous les clients du café nous regardaient fixement. Je serrais mes poings contre le comptoir.
- "En fait, Bobo, tu devrais faire attention. J'ai entendu dire que les cyberpunks utilisaient l'antenne d'une borne ouifi pour sodomiser leurs victimes".
- "Même pas vrai !"
- "Ah si, je l'ai lu dans Hackaka, l'Académie des Cyberblaireaux".
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-08

Un Powerbook sur le comptoir


Les aventures de Bobo Blaireau
ou l'odyssée du Numérikeu

Je buvais tranquillement mon café au comptoir quand j'entendis les éclats de voix de Bobo Blaireau au bout du comptoir. Entouré de piliers médusés et d'abrutis éméchés, il plastronnait, fier comme Artaban.
Il sortit un Powerbook G4 15 pouces de son sac et le présenta à son auditoire.
- "C'est un ordinateur !" dit-il, des fois qu'on l'aurait pris pour un moule à gaufre. Et il fit le tour du comptoir, présentant son ordinateur portable à toute l'assemblée, tel une jeune mère présentant son premier bébé.
Je restais dans mon coin, terminant mon café. Comme il avait fait le tour du comptoir avec son petit bébé, il vint vers moi pour me le montrer.
- "Je préfére le modèle 12 pouces", lui dis-je simplement, en me retenant de le repousser par un "Vade retro satanas !".
- "Tu as un 12 pouces ?!!!".
- "Non, je n'en ai pas l'usage. Et tu as une connexion neurale sur le tien ?"
- "Euh... non". Bobo Blaireau blémit.
- "C'est vraiment dommage !", fis-je, l'air navré. Et je sortis tout en ricanant en mon for intérieur.
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-07

Tarif dégressif pour photographie régressive

La magie du numérikeu m'envahit à donf !
Il était une fois un petit blaireau qui s'acheta un appareilleu numérikeu qui faisait des tofs numérikeux.
Il pouvait ainsi prendre ses fesses sous tous les angles et les imprimer en format timbre-poste qu'il collait sur son courrier. Coquin de sort, les belles images s'estompaient avant même que les missives n'arrivent à destination. Ce que d'aucuns prennaient pour du mail art n'était en somme que du mal art.
Il alla donc faire un pélerinage au temple du dieu Numérikeu, espérant que celui-ci lui vende un appareil plus top.
"Otedéf" psalmodia le prêtre en le voyant arriver avec son chéquier. "Otedéf à toi !, répondit-il bien qu'ignorant la signification réelle de ce mot. "Je voudrais un nouvel appareilleu numérikeu qui me permette de faire des tofs plus grandes que des timbre-postes".
- "Achètes le nouveau DSP-9483 qui fait des photos otedéf, mon fils".
- "Mais le dernier que vous m'avez vendu fait aussi des photos otedéf !"
- "Ah oui, mais le DSP-9483 a une toute nouvelle technologie multi-ccd à plasma qui permet d'augmenter les performances de la compression jipégeu".
- "Et je pourrais imprimer des cartes postales ?"
- "Mais oui, bien sûr ! Avec la nouvelle imprimante Depcon, vous pourrez imprimer vos images compressés à mort avec interpolation et rééchantillonage de pixels avec un système de niveau 3 avec décompression à la volée. Et vous pouvez y adjoindre un ouifi pour imprimer sans fil depuis vos cabinets. Vos images explosées vont littéralement volées à travers les airs avant de venir barbouiller lamentablement votre papier numérikeu à durée limitée".
- "Et je peux faire combien de photos avec ce numérikeu ?".
- "Et bien, cela dépend de la compression et du format sélectionnés, et puis de la capacité de la carte mémoire. Avec une nouvelle carte mémoire quatre gos cinquante ixeu, vous pourrez stocker 50 000 images sans aucun intérêt, avec une vitesse d'écriture quasi instantannée. Il vous faudra aussi un nouveau lecteur de cartes adapté au nouveau format. Et puis, votre ordinateur ne pourra supporter toutes ces nouveautés. Il faut en changer. Nous pouvons vous faire un prix intéressant pour l'achat d'un ensemble numérikeu".
- "Prenez ma carte, je vous en supplie !"
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-06

Ascension...

Au petit trot, il escaladait les marches,
Qui le menait à l'ouvrage,
Et si vite au chômage.


© Michel KiSiNiS

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis