Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2006-07-23

Loup solitaire

Je suis un loup solitaire, photographe et poète parfois.
J'évites de hurler dans la ville, mais l'envie me tenaille.
J'erre et je gambade jusqu'à l'orée du bois,
Où j'ai entendu toute une meute qui se chamaille.
Je jappe ma joie et ne bride pas mon émoi,
Hurlant de concert avec toute cette canaille.

© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-07-13

Triste magicienne (suite)

Je suis content de faire des émules.
De concert et gaiement, nous pouvons tous rimer.
C'est bien au delà des apparences qu'il faut regarder.
La magicienne hante mes rêves avec de la mandragore,
Ni éther, ni feu, et encore moins de l'hellébore.
Je l'imagine telle une campanule,
Assoupie dans son alcôve, flottant au gré
Du souffle de ses songes les plus secrets.
Le poète sortira de son antre illuminé,
De sa belle enjôleuse le cœur imprégné.
Mais il n'est pas encore occis
Pour voir partir son âme au paradis.
Un jour, viendra-il au petit matin,
Peut-être, pour un petit câlin.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-07-08

Triste magicienne de l'éther

A travers les liens de l'éther,
J'ai suivi de loin en loin
Ton avatar de douce sorcière,
Beauté pleine de mystère,
Rêvant de tes mots si câlins,
Et d'une relation délétère.

Chère petite fée au regard malheureux,
Tes formules magiques n'y changeront rien.
Au petit matin, tu prendras ton train de banlieue,
Comme tout un chacun, direction le chagrin.

Ecris-moi encore avec passion,
Avec la magie de ton émotion,
Oubliant un instant seulement
La tristesse de ton isolement.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-07-02

Odyssée onirique au paradis

Michel Kisinis, photographe et poete

   Cette nuit, mon odyssée onirique m'a conduit encore une fois auprès de toi, sur la terre ensanglantée de nos ancêtres. Je m'éveillai après, tout en nage, me laissant si malheureux.
   Nous marchions sur la plage, main dans la main. Les vagues venaient mourir à nos pieds. Ce fut peut-être la nuit, mais tu rayonnais et je ne voyais que toi.
   M'arrêtant soudain, je me baissai et ramassa un grain de sable collé sous l'un de tes pieds.
- Regarde, Despinis, fis-je en te le montrant. Tu me regarda, souriant avec ton petit air espiègle.
- Regarde ce grain de sable. Il est semblable à mon cœur. Il en existe des milliards, mais c'est celui-là que tu as piétiné. Tes yeux l'illuminent. Il est plus dur que l'érain, mais il fond à la chaleur vive. Et il peut aussi éclater par un mauvais coup.
   De grosses larmes chaudes coulaient sur nos mains réunies. Les tiennes, ou bien les miennes ? Je ne saurais dire.
- Despinis, conserves précieusement ce grain de sable... Je te reconnaîtrais ainsi quand nous nous retrouverons en enfer...
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis