Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2006-10-30

Fleurs de prunier

Mes livres gisent au sol, refermés.
J'égrène ma grenade sans compter,
Comme toutes ces cartes qui défilent.
Et les pruniers fleurissent en mon île,
Loin de mon regard emprisonné
Au milieu d'une cité tourmentée.


----

Flowers of plum tree
My books are lying on the ground, closed.
I shell my pomegranate without counting,
As all these cards which march past.
And plum trees bloom in my island,
Far from my glance imprisoned
In the middle of a restless city.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-10-22

Le Barbizon : "Reprenez vos parpaings !"

Michel Kisinis, photographe et poete
Quelques policiers pour défendre
quelques tristes parpaings.


Hier soir, samedi 22 octobre, devant le Barbizon muré par la Préfecture de Police, quelques centaines d'habitants du quartier et de militants associatifs ont protestés contre leur expulsion du Barbizon cette semaine.
Un tintamarre musical a accompagné le slogan "Reprenez vos parpaings !" reprit par tous. Bientôt suivi par des chansons de la Commune de Paris, des chants de lutte français, italiens et espagnols, ainsi que "Il n'y en a pas un sur cent".
Face au cordon de policiers, nous n'avons pas pu peindre les parpaings de la Préfecture, mais l'ambiance était festive du côté des manifestants. Quand aux policiers, ils avaient l'air bien excédé par tout cela.
Prochaine réunion publique d’information de l'association "Les Amis de Tolbiac" mercredi 25 octobre à 19h30, à la Maison des Associations, 11 rue Caillaux, 75013 Paris (métro : maison blanche).
Venez nombreux pour la liberté de la culture !
Venez défendre le squat du Barbizon !
Michel Kisinis, photographe et poete

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-10-12

Poésie et insatiabilité en Grèce

Dans mon texte "L'humour d'Aristote, Humour et philosophie", en décembre 2005, je parlais de Diogène de Sinope : "Exemple parfait de la définition d'Aristote. Il fut un philosophe pauvre, ne rançonnant aucun de ses élèves et vivant dans le dénuement que lui dictait sa conscience, scandalisant même ses contemporains par certaines applications pratiques de ses idées. En tant que citoyen athénien, il combattit en 338 (avant J.-C.) à la bataille de Chéronée contre l'armée macédonienne qui vainquit les Grecs coalisés. Prisonnier enchaîné, il fut amené devant Philippe, le roi des Macédoniens (père d'Alexandre, l'odieux tyran sanguinaire). Et celui-ci lui aurait alors demandé qui il était, alors que Philippe connaissait bien l'identité de son prisonnier, déjà célèbre en son temps. Diogène lui aurait répondu : "J'espionne ton insatiabilité !"".
En fait, c'est avec une intention malicieuse que j'illustrais la définition d'Aristote de l'exemple de Diogène. Celui-ci a combattu les macédoniens, non seulement en tant que citoyen, mais aussi en tant que philosophe. L'anecdote est limpide ! Or, Aristote fut le précepteur d'Alexandre, fils de Philippe... Aristote fut auparavant l'élève de Platon, élève lui-même de Socrate. Et ces deux-là avaient en horreur Diogène qui ne se gênait pas de les attaquer publiquement dans ses discours. Les uns monnayaient fort cher leurs leçons auprès de l'aristocratie athénienne, alors que Diogène enseignait sa philosophie en la pratiquant tous les jours.
Dans sa réponse, Diogène évoquait donc l'insatiabilité de Philippe II. En fait, il reprenait Démosthène dans la Ire Philippique où celui-ci déclarait au peuple d'Athènes (vers 351 av. J.-C.) : "Pour moi je suis persuadé, Athéniens, que quelque Dieu, honteux pour Athènes de ce qui se passe, a jeté dans l'âme de Philippe cette ambition insatiable". Démosthène s'opposa systèmatiquement à l'impérialisme macédonien, à Philippe, puis à Alexandre. Après la mort de ce dernier en 323, comme à l'occasion de la mort de son père assassiné (en 336), les Grecs se révoltèrent, mais ils furent vaincus à Crannon par les armées macédoniennes conduites par Antipatros. Tous les chefs de la révolte furent assassinés. Et Démosthène se suicida avant que les soldats macédoniens ne purent lui mettre la main dessus (en 322). Dans son discours appelé "IIe Olynthienne", il décrivit ainsi le roi barbare Philippe : "Si quelques-uns d'entre eux (ses soldats) se font remarquer par l'expérience de la guerre et des combats, il les éloigne tous, par jalousie, par l'envie qu'il a de paraître faire tout par lui-même; car, outre ses autres défauts, il est d'une jalousie incomparable. Si quelque autre, dans sa modération ou par je ne sais quel sentiment de justice, désapprouve l'intempérance ordinaire du personnage, et ne peut souffrir sa crapule ni ses danses obscènes, il est mis de côté et ne compte pour rien. Il ne reste autour de lui que des brigands, des adulateurs, des gens capables de danser dans l'ivresse ces pas que je n'ose même pas nommer devant vous"... On croirait lire la description de son fils dégénéré dansant ivre sur les ruines fumantes de Persépolis.
Ne fusse pas lors d'une beuverie après la bataille (en 328), que Cleitos, un soldat "proche" d'Alexandre, entendant celui-ci se vanter de "sa" victoire, lui rappela ce passage de l'Andromaque : "Les Grecs ont un bien injuste usage. Qu'une armée dresse un trophée, l'honneur ne sera pas pour ceux qui ont pris la peine, qui ont travaillé à la victoire, mais seulement pour le général. Parmi tant de milliers d'hommes, également armés de la lance, il n'a pas plus fait qu'un autre, il recueille plus de gloire". Alexandre, ivre de colère, prit une lance et le transperça de part en part, et puis... il pleura abondamment. D'ailleurs, il ne pleurait que lorsqu'il tuait ses propres amis, tel un Achille monstrueux assassinant lui-même un Patrocle sans défense.
En plus de la corruption systématiquement utilisée pour affaiblir les cités grecques, les deux tyrans achetèrent aussi, à prix d'or, les services de mercenaires gaulois qui dévastèrent la Grèce, puis l'Asie Mineure, et qui finirent par s'y installer sous le nom de Galates.
On peut s'interroger sur la pertinence de l'engagement pédagogique et moral d'un philosophe auprès de l'enfant d'un roi barbare, surtout quand cet enseignement aboutit à en faire un tyran pervers et criminel, dieu-héros absurde d'un peuple oublieux et aveugle qu'il aura saigné même après sa mort. Pour tout résumer, Alexandre ne fut ni grec, ni grand. La destruction des villes de Thèbes, de Persépolis, de Tyr, pour ne parler que des plus célèbres, avec toutes ces populations massacrées ou livrées à l'esclavage, c'est aussi le constat de l'échec de l'enseignement d'un philosophe. Cet enseignement n'aura servi qu'à rendre un tyran plus implacable encore, digne héritier du tempérament de son père, et plus prompt à faire couler le sang qu'à pratiquer les enseignements de son maître. Mais "qui se rend à la cour d'un tyran, est déjà, bien que libre encore, devenu son esclave" (Sophocle). Mais l'attitude d'Aristote envers la cité de son maître n'est pas si surprenante, car il était lui-même macédonien, fils d'un médecin qui prétendait être un descendant d'Asclépios et originaire de la ville de Stagyre que son "ami" le roi Philippe II détruisit en 349. Professant la morale et la vertu, éducateur et complice de tyrans si fiers de ne posséder ni l'un, ni l'autre, il dut fuir Athènes en 323, lors de la révolte des Grecs après la mort pitoyable du monstre qu'il avait lui-même si bien éduqué.
Aristote considérait, dans la "Politique", comme juste toute guerre faite "contre les hommes qui, nés pour être commandés, s'y refusent", et aussi afin de "régner en maîtres sur ceux qui méritent d'être esclaves" et "sur ceux qui peuvent être assujettis à un maître". Vaste programme où le philosophe mercenaire justifie l'asservissement de tous. Vingt siècles plus tard, la nature des Grecs n'avait pas changée, toujours épris de liberté et toujours en révolte, ils se faisaient sautés plutôt que de se rendre aux barbares ottomans, perpétuant ainsi, à travers les âges, l'exemple héroïque de leurs ancêtres à la bataille des Thermopyles contre les envahisseurs perses (481).
Et ce n'est pas sans un sourire narquois et bien amer que nous lisons cette phrase d'Aristote, d'une ironie toute aussi lyrique qu'involontaire : "Vertu, toi qui coûtes tant d'efforts à la race des mortels, conquête si belle offerte à notre vie ! pour ta beauté, ô vierge, c'est, chez les Grecs, un sort enviable de mourir et de souffrir, sans se lasser, des peines amères : si précieux est le fruit éternel que tu jettes dans notre cœur, plus estimable que l'or ou les ancêtres, ou le sommeil reposant !". Ce devait être alors le jus d'un fruit bien gâté qu'Aristote jeta sur Alexandre...
Et au-delà de la justification de la pratique de son enseignement et de sa rétribution par des tyrans barbares, il y a peut-être aussi une motivation vindicative. Après la mort de Platon en 347, l'Académie, l'école qu'il avait fondée à Athènes, rejeta par deux fois la candidature d'Artistote pour la diriger. Il finit alors par fonder à Athènes sa propre école, le Lycée. Le philosophe avait bien dû en éprouver un fort lourd ressentiment pour une cité qui lui montrait ainsi tant de mépris.
A propos de la poésie, Aristote écrivit : "La poésie est plus philosophique et mérite plus d'attention que l'histoire". Mais il est des moments où les rimes plaisantes doivent laisser place à la mémoire afin d'honorer ses ancêtres... et aussi la vérité historique. Le poète Mimnerme, des siècles auparavant, ne déclamait-il pas "Que la vérité nous accompagne, toi et moi; de toutes les choses c'est la plus juste". Et "tu ne laisseras à tes enfants aucun trésor plus précieux que la conscience; cette conscience qui est la compagne des hommes de bien" écrivit le poète Théognis, vers 550.
Pour paraphraser Ernest Renan, je dirais même que philosophie sans conscience n'est que ruine de l'âme. Il y a devoir de mémoire et de vérité, mais aussi de conscience, clef de tout pour une pensée libre qui refuse l'asservissement, l'obscurantisme et la superstition, ainsi que toute concession à leurs agents. Même s'il faudrait, pour y parvenir, périr au milieu de hordes déchaînées de barbares.
La poésie a besoin d'émotion, comme la philosophie de conscience. Et toutes deux de mémoire. Heureux l'alchimiste qui, en les liant, les sublime !

Michel Kisinis

PS : toutes les dates sont avant J.-C.
---
Bibliographie
"Les cyniques grecs", Ed. Le Livre de Poche, 1992. Une anthologie des philosophes cyniques.
"Les Philippiques de Démosthène", Aimé Puech, Ed. Librairie Mellottée, vers 1927. Une étude documentée et intelligente.
"Démosthène ou les ambiguïtés de la politique, Claude Mossé, Ed. Armand Colin, 1994. Une bonne biographie par une helléniste qui fait autorité, résumant la carrière de l'homme politique et son combat contre les macédoniens.
"Voyage du jeune Anacharsis en Grèce", J.-J. Barthélemy, Ed. Ménard et Desenne, 1820. Un classique du 19e siècle.
"Histoire d'Alexandre le grand", Quintus Curcius, Ed. Garnier, 1932. Une histoire romancée d'un auteur romain qui a beaucoup servi...
"La falsification de l'histoire de la Macédoine", Nicolaos K. Martis, Ed. Ikaros (Hellas), 1984. Un ouvrage de propagande chauvine, malhonnête et imbécile.
"L'impérialisme macédonien et l'hellénisation de l'Orient", Pierre Jouguet, Ed. Albin Michel, 1926. Une référence historique.
"La guerre en Grèce à l'époque classique", P. Brulé et J. Oulhen, Ed. Presses Universitaires de Rennes, 1999. Ouvrage collectif très spécialisé, dont Finley et Vidal-Naquet.
"Guerres et sociétés dans les mondes grecs (490-322)", Patrice Brun, Ed. du temps, 1999. Ouvrage collectif très spécialisé.
"Peuples, mers, navires", Zvi Herman, Ed. Massadah (Israël), 1964. Une histoire des peuples marins de l'Antiquité.
"Eschyle", M. Patin, Ed. Hachette, 1877. Une étude très complète de l'œuvre d'Eschyle.
"Hésiode et les poètes élégiaques et moralistes de la Grèce", E. Bergougnan, Ed. Garnier, 1940. Anthologie excellente d'auteurs de l'Antiquité grecque.
"La Couronne et la Lyre, Anthologie de la poésie grecque ancienne.", Marguerite Yourcenar, Ed. Gallimard, 1979.
"Anthologie de la poésie grecque", Robert Brasillach, Ed. Stock, 1991.
"Les celtes et la civilisation celtique", Jean Markale, Ed. Payot, 1981. Un chef d'œuvre d'érudition sur l'histoire des Celtes.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Déclaration d'amour et de vote !

Ma chère Odette,
Quand tu t'enflammes,
Noble suffragette,
Te déclarer ma flamme
Je n'ose, trop timide.
Mais au prochain scrutin,
Rejettant les perfides,
Je choisirais ton bulletin.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis