Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2008-02-27

Amour et livraison

   Des fois, l'amour, c'est comme la Poste... Le colis est livré au mauvais destinataire. Le malheur est que vous vous êtes vous-même trompé de destinataire, la Poste n'y est pour rien...
   Alors que vous êtes obnubilé par une dame avenante qui vous lance des œillades langoureuses, vous ne voyez pas la femme discrète, silencieuse, qui se tient juste à côté, timidement, et qui va pleurer en cachette.
   Ce que vous voyez est factice, et ce que vous ne voyez pas est bouleversant...
   Et le meilleur remède à l'amour est l'amour.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-26

Caricatures Internet et multimédia

   Sortant de ma tannière hier, je suis allé voir aux Gobelins une conférence sur les jeux en ligne. Sont intervenus des professionnels et des chercheurs exposant les dernières innovations techniques et les recherches en matière de jeux et de multimédia.
   Le dernier intervenant était un jeune publicitaire qui fit un panégyrique des productions de son entreprise spécialisée dans le jeu publicitaire en ligne en Flash. D'après lui, on n'avait jamais réalisé de tels jeux auparavant. Sa méconnaissance de l'existant en la matière était confondante. Cela fait plus d'une décennie que de tels jeux sont développés, en particulier avec Director, et cela bien avant que Macromedia ne sorte Flash. Ce publicitaire multimédia semblait l'ignorer complètement. Et pour conclure en beauté, il s'étonna qu'aucun artiste n'utilise le multimédia. Gros silence. C'était vraiment navrant d'écouter une telle connerie.
   A la cloture, Etienne Armand Amato rappela tout de même que cela faisait longtemps que des artistes œuvraient dans ce domaine.
   Pas de chance pour le publicitaire, il s'était assis juste derrière moi et je l'interpellais :
– C'est symptomatique que vous ignoriez le travail des artistes.
   Il était gêné, tout en reconnaissant le fait.
– Cela fait longtemps que des artistes, musiciens, plasticiens, utilisent le multimedia, l'interactivité et le web.
   Le publicitaire s'éclipsa discrètement.
   Son acolyte, plus hargneux, s'exclama :
– Mais quels artistes ?
– Ce n'est pas parce que vous ne les connaissez pas qu'ils n'existent pas.
– Mais ils sont où ces artistes ?
   Comme nous n'étions pas au Salon de l'Agriculture et que je ne suis pas avocat d'affaires, ni Président de la République, je ne lui ai pas répondu "Dans ton cul, pauvre con !", mais :
– C'est sûr que TF1 ne vend pas leurs œuvres.
– Mais vous faites une caricature là !
   Je le regardais droit dans les yeux et je lui dis d'un ton très peu aimable :
– Mais vous êtes une caricature !
   Stupéfait, la bouche bée, le type mis un temps pour comprendre vraiment, puis il s'exclama "Ah bon d'accord !" et pris la fuite à travers la salle sans demander son reste.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-23

Avatars Internet et cyberpunks

   Cet après-midi, j'ai assisté à un séminaire de l'OMNSH avec un exposé de Yann Leroux "Sur l'Internet, personne ne sait que tu es un chien". L'exposé avait pour sujet l'avatar sur Internet et était organisé par l'Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH), à la Bibliothèque Nationale François Mitterrand, à Paris.
   J'en ai tiré un sentiment de déception causé par l'importance donnée à l'anecdotique dans l'exposé, oubliant quelque peu la composante humaine de l'avatar. Certains intervenants n'ont malheureusement pas vraiment eu la possibilité d'exprimer leurs idées à ce sujet.
   Et la place donnée dans l'exposé au phénomène "Anonymous" n'était pas très pertinente par rapport au sujet du séminaire. Et finalement, comparer "Anonymous" à "Akira" l'était encore moins, car cela revient à dire que "Anonymous" est un groupe de criminels sanguinaires... La bonne référence serait plutôt les cyberpunks et "Neuromancien" (de William Gibson). Quelle erreur dramatique !!!
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-22

La vie nouvelle d'Orhan Pamuk

   Je viens de lire "La vie nouvelle" d'Orhan Pamuk, écrivain turc, prix Nobel de littérature en 2006, publié chez Folio. C'est une histoire d'amour émouvante, pleine de tristesse, de mélancolie et de poésie.
   Voici deux citations qui m'ont marqué pour des raisons politiques :
– "Le fait que les qualités de cette arme aient été éprouvées depuis tant d'années par tant d'amateurs de la gâchette, militaires, veilleurs de nuit, policiers ou boulangers, sur les corps d'un grand nombre de rebelles, de voleurs, de séducteurs, d'hommes politiques ou de crève-la-faim, lui accordait à mes yeux un intérêt particulier".
– "Ceux qui remarquent avec surprise que, dans les pays musulmans, les rayons des bibliothèques sont remplis de livres où foisonnent les commentaires et les annotations manuscrits devraient, au lieu de s'en étonner, lancer un coup d'œil aux multitudes d'hommes brisés que l'on croise dans les rues".

   Orhan Pamuk a fuit la Turquie en 2007 après avoir été harcelé par le gouvernement et avoir reçu de nombreuses menaces de mort...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-17

Passion et noisettes

L'amour rend bête, dit-on. Moi, la passion me rend meilleur, elle m'apaise et exacerbe mon empathie.
   Alors que je commençais à lui caresser tendrement le bras, Ilissa ne réagit pas. Elle jouait à merveille son rôle de statue de marbre. Elle me parlait calmement, mais l'émotion submergeait ses sens, sa voix avait changée. La douce caresse de mes doigts sur sa peau fine continuait, et je sentais bien que mon geste la bouleversait, mais elle n'en laissait rien paraître, du moins le croyait-elle... J'aurais voulu la prendre dans mes bras, mais nous n'étions pas seuls à cette soirée. Mon amour marmoréen avait intelligemment organisé ce dîner de façon à ce que je ne puisse pas lui sauter dessus... De toute façon, je n'aurai jamais fait cela... Je le jure !!!
   Entourés d'amis, nous étions côte à côte, nous touchant très tendrement et très discrètement, comme des adolescents. Ma frustration était à son comble, et, malgré tout, ces petits gestes de tendresse me ravissaient. Nous nous regardions avec amour et son cœur devait battre aussi fort que le mien, alors qu'elle s'efforçait de conserver une attitude désinvolte, empreinte d'une grâce toute naturelle.
   Ilissa faisait systématiquement semblant de ne pas s'intéresser à moi, alors qu'elle n'avait de cesse de m'épier sur Facebook et de lire sur mon blog les poèmes enflammés que j'écrivais pour elle. Elle faisait comme si elle ne les avait pas lu... Alors, qu'en fait, mes vers avaient dû la transpercer de part en part, tel un destroyer atteint par un missile Exocet. La soute à munitions avait alors explosée, répandant un feu intense... Et ma magnifique Ilissa serrait des dents... presque impassible.
   A l'heure du départ, elle me demanda :
– Michel, pourquoi m'as-tu offert ce paquet de noisettes ? Elle était fort intriguée par mon curieux cadeau. En plus, il faut casser les coques pour les manger. C'est pas pratique !
– J'aimerai que tu me casses les noisettes, Ilissa.
   Elle éclata de rire, surprise de cette réponse inattendue.
– Ah bon, je ne te les casse pas assez ! s'exclama-t-elle, incrédule.
– Non, pas assez...
   Dans l'ascenseur, je la coinçais dans le fond de la cabine, appuyant mon corps contre le sien et je lui pris la main tendrement. Elle ne broncha pas. Je l'aurai bien prise dans l'ascenseur, comme une bête, mais il y avait toujours ce foutu ami avec nous. Alors, nous nous quittâmes tristement dans la nuit, une nuit glaciale où, après, des rêves intenses me tourmentèrent sans fin. Des rêves où une statue sensuelle et chaude venait abuser de moi...
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-14

La statue de marbre

J'effleure son genou discrètement.
Mon cœur bat la chamade, je défaille.
Mais elle ne réagit point, et aucun gardien de musée n'intervient,
Et aucune sonnerie d'alarme déclenchée par mon rythme cardiaque.
Ma muse reste de marbre, les yeux dans le lointain.
Et moi, je pleure de mon adoration idiote pour une belle statue de marbre.
Peut-être faudrait-il un grand four à micro-onde pour la réchauffer suffisamment.
Peut-être faudrait-il aussi des balles perforantes pour atteindre son cœur.
Peut-être quelques larmes seulement suffiraient à fendre cette dure carapace ?
Une envie folle de la mordre tendrement m'étreint et me submerge.
C'est sûr, je vais m'y casser quelques dents...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-06

Pornographie et avocat d'affaires

   J'entrais dans la librairie à côté de chez moi. Mes livres devaient être bien arrivés. Du fond de sa boutique, la libraire se précipita en me voyant. Elle se dandinait gracieusement dans son beau tailleur bleu et pris son air le plus amical, un peu trop mielleux à mon goût. J'aimais le dessin de ses lèvres. C'était une des choses qui me motivaient le plus pour entrer dans cette librairie, après les livres bien sûr !
- Ah, Monsieur Kisinis. Comment allez-vous ? Vous désirez commander quelque chose aujourd'hui ?, fit-elle en me lançant un doux regard, avec son fard bleuté et ses longs cils.
- Non, je viens chercher ma dernière commande.
- Ah, oui, je me rappelle maintenant. Elle perdit brusquement son air charmeur et feuilleta nerveusement son carnet de commandes.
- Je suis désolée. Monsieur Kisinis. Je n'ai pas encore vos livres. J'ai dû mal à les obtenir, fit-elle en prenant un air sincèrement désolé.
   Je tendis alors mon index vers la première rangée de livres qui s'offrait au regard des clients quand ils entraient dans le magasin. Il y avait là une bonne demi-douzaine de livres sur la vie privée de l'avocat d'affaires.
- Toute cette pornographie est sûrement plus facile à trouver ! Je repasserais dans quelques jours. Au revoir ! Je sortis très énervé, laissant la libraire sans voix, livide.

   Quand je revins à la librairie au bout de quelques jours, je retrouvais ma libraire préférée. Je lui parlais très gentiment, et puis mes livres étaient enfin arrivés. J'attendais Salammbô depuis trop longtemps. C'était parfait ! Et la libraire n'avait pas l'air de me faire la gueule. Je lui achetais en plus un recueil de poésies de Pessoa.
   Payant mes achats à la caisse, je m'aperçus subrepticement que tous les livres sur la vie privée de l'avocat d'affaires avaient disparu du principal rayon. Je n'ai rien dit, mais je fis alors un grand sourire à ma libraire préférée qui me le rendit avec une telle grâce que j'eus une furieuse envie de lui rouler un patin d'enfer.
   Je sortis de la librairie avec un air triomphant. Je venais de gagner une bataille contre l'avocat d'affaires.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-02

Ma princesse bédouine

Mes songes vont à une princesse bédouine.
J'aimerais être le vampire de ses rêves.
Mes baisers couvrent sa douce poitrine.
Je mords son cou fiévreusement
Et l'étreins follement sans trêves.
Mais je m'éveille alors tremblant,
Seul, et le souvenir de cette mutine
Hante mes journées sans agréments.
Cette nuit, j'allumerais mon brûle-encens.
Et attirée par les senteurs d'Orient,
Viendra ma belle princesse bédouine,
Enivrée des vapeurs de musc et d'ambre.
Ma dulcinée se pâmera dans ma chambre
Et succombera à la myrrhe de son amant.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis