Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2009-06-25

L'horloge maudite

A chacun son heure !
   Il y a des années, bien avant Internet, j'avais reçu en cadeau une grosse horloge murale en plastique avec un achat par correspondance. Elle était rutilante avec une belle imitation de placage de loupe de noyer, mais elle convenait à un bureau, plutôt qu'à l'antre d'un poète. Je ne savais pas quoi en faire, mais un jour, vint une magnifique occasion de m'en débarrasser : un ami m'avait invité à son anniversaire. Ayant soigneusement emballé ma belle horloge dans du papier journal, j'allais le cœur joyeux à ce dîner.
   Malheureusement pour moi, cet ami avait eu l'idée saugrenue d'inviter aussi une bonne dizaine de ses amis les plus religieux. Et toute la soirée fut consacrée à la religion. Je ne comprenais pas pourquoi cet ami m'avait convié à une telle réunion, sachant très bien que je n'étais pas croyant. Pendant des heures, ils débattirent de la sagesse du dieu, de son omnipotence, de sa miséricorde, etc, etc, etc, et j'en passe des meilleures. Peut-être avait-il eût un pressentiment divin et qu'il était persuadé de me convertir de cette manière. Alors, il aurait gagné des points lors de son passage au paradis. Je l'imagine se présentant à Dieu qui lui demande ce qu'il a fait comme bonnes actions durant sa vie. Et lui de répondre : "J'ai converti Michel Kisinis !". Le Créateur sursaute alors brusquement : "C'est toi qui a converti Michel Kisinis !!! Et bien, mon fils, tu aura droit pour toute l'éternité à un harem complet de cinquante vierges blondes"...
   Mais cette conversion tiendrait plutôt du miracle... qui n'est pas prêt de se produire ! Moi qui a plutôt l'habitude d'être cassant lorsqu'on me raconte des histoires idiotes, n'hésitant pas à me confronter avec plusieurs personnes en même temps, là, je restais silencieux, respectueux de mon hôte qui m'avait invité en toute inconscience avec toute cette tripotée de types qui n'avaient que le mot "Dieu" à la bouche. Parmi tous ces expatriés, je ne voyais aucune trace du bienfait de la miséricorde de Dieu. Au delà de tous leurs discours enthousiastes, je ne voyais que la pauvreté généralisée. En fait, ce fut peut-être la seule chose qui nous unissait dans cette soirée, sans qu'aucun d'entre eux n'en ait eu conscience à ce moment-là. Et cela valait bien mon respect.
   A l'heure de nous quitter, j'emmenais mon cadeau que j'avais posé à côté de moi, estimant que mon ami ne l'avait pas mérité en m'invitant à une aussi pénible soirée. Et je rentrais chez moi, bien peiné d'avoir eu à supporter un tel calvaire et de ramener en plus cette foutue horloge.


Un parfum d'incompréhension
   Je ne me suis jamais résolu à jeter cette encombrante horloge. Alors, je l'ai conservée encore des années, lorsqu'un jour, récemment, une amie m'invita à son anniversaire. J'eus alors la brillante idée de ressortir mon horloge qui était toujours soigneusement emballé de papier journal, là où je l'avais posé en rentrant de cette soirée si lointaine. Je voulais lui faire une blague, lui offrant d'abord cette horloge par jeu, pour ensuite lui faire le présent d'un parfum que j'avais fabriqué moi-même en utilisant des essences rares. Le savant et subtil mélange que j'avais concocté était très sensuel, avec des senteurs florales et boisées uniques. Ce parfum sublime était véritablement l'appel à la volupté d'une fleur épanouie qui s'offre délicatement. Samira et moi partagions un fort goût pour les parfums et les encens, et je voulais lui faire ainsi une très belle surprise. Je trouvais mon idée vraiment géniale, certain que mon amie ne pourrait résister à un tel cadeau.
   Au moment d'offrir les cadeaux, tout le monde se rassembla autour d'elle, et les plus généreux, les moins nombreux, offrirent leur cadeau à notre belle hôte. Lorsque vint mon tour, je lui tendis mon paquet. Elle rigolait déjà en défaisant l'emballage fait de feuilles du "Monde". Et lorsqu'elle découvrit l'horloge, elle éclata de rire et montra l'objet à tous : "Vous avez vu ce que m'a offert Michel ?!!!". Tout le monde riait... Je n'avais pas prévu cela... Personne ne compris que c'était une blague. Très gêné, je ne savais plus quoi dire. Je finis par lui dire que j'avais hésité entre une horloge et un parfum. Elle me fusilla alors du regard et me dit : "S'il te plaît, Michel, ne m'offre jamais du parfum de chez Tati !".
   J'étais mortifié. J'avais l'impression qu'elle m'avait transpercée le cœur avec une perceuse électrique. J'aurai pu lui répondre "Tu n'es qu'une pauvre pétasse !", mais ce n'est pas du tout mon genre. Je lui répondis simplement que je n'achetais jamais rien chez Tati. Et je sentis le flacon de parfum dans ma poche. Il semblait avoir changer de densité et de volume, comme si une dizaine d'horloges murales s'étaient soudainement téléportées dans ma poche. Le parfum y resta, malgré l'inconfort éprouvé, et j'allais m'assoire silencieusement dans un coin, au beau milieu d'une fête dont je me sentais si totalement étranger.
   A la fin de cette triste soirée que j'avais copieusement arrosé d'eau du robinet, je rentrais chez moi abattu, enfin débarrassé de mon horloge, mais lourd d'un flacon de parfum sans prix, humilié et incompris.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-06-18

Vers en longues traînées

Tel un pétrolier abandonné au sein d'une mer déchaînée,
Perdant sans fin sa cargaison au fil des vagues déferlées,
Je laisse filer vers en longues traînées à travers l'éther.
Mots et rimes s'effilochent au vent mauvais, désespérés.
Concepts inachevés, vifs amours avortés, si éphémères;
Déchirants sanglots qui me laminent et me font hurler.
Dons si puissants, mais si vains en ce monde d'enfer.
Heureux et si brefs instants de douce et tendre félicité,
Et une si profonde tristesse pour une terrible éternité.
Pauvre humain anéanti, mais bienheureuse entité,
Mes pensées dériveront jusqu'au fin fond de l'univers.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-06-06

La détresse et l'amour

   Nombre d'individus prennent plus de plaisir à voir la détresse qu'à donner de l'amour. Il n'y a qu'à regarder le nombre de toutes ces émissions et revues qui déballent complaisemment toute la misère du monde. Devant le spectacle de la souffrance de l'autre, on s'en réjouit, on se sent puissant, supérieur et l'on en oublie ainsi sa propre détresse, sa misère et son impuissance devant l'implacable machine.
   Tels des porcs s'ébattant dans leurs bauges, beaucoup se complaisent à assister à des spectacles dégradants, avilissants, des violences, des crimes qui sont complaisamment mis en scène, et d'autres où le spectacle même est l'humiliation en direct de personnes en détresse. Viols et dissections de cadavres sont offerts aux yeux de tous avec un luxe de détails et un grand soucis de réalisme. Mais tout ce spectacle n'est pas gratuit, il participe à la désensibilisation de notre humanité, à nous habituer à la violence, à nous y accoutumer, telle une drogue. Chacun réclame ainsi sa dose quotidienne de crimes sanglants et retrouve alors une pitoyable sérénité par la mort hantée.
   On ne réclame pas d'émissions de poésie, ni de films romantiques, on exige des viols, des meurtres, des explosions, des destructions massives, toujours plus, toujours plus vite, accumulés en d'absurdes scénarios. Les cours donnés aux enfants mènent tout droit à cette demande. Ils n'ont pas d'atelier d'écriture, de chant, de musique ou de peinture. Non, on leur apprend la lutte, le combat, comment faire mal et terrasser son ennemi. On ne leur apprend pas comment créer de son esprit et de ses mains. Alors que l'on devrait déjà leur apprendre comment ne pas souffrir. Mais tant mieux, car il y aura toujours des spectateurs pour s'en régaler.
   Si tous possédaient la dose d'empathie nécessaire à une humanité consciente, le spectacle de cette souffrance humaine leur serait tout simplement insupportable. Où pourraient-ils aller alors pour y échapper ? Quelle thérapie devraient-ils ingérer pour en guérir ? Car, de toute façon, toute évolution est rejetée, exclue.
   Finalement, c'est à nous de supporter avec stoïcisme ces regards ravis et cruels devant notre propre souffrance, dans une attitude digne et hiératique... jusqu'à la mort.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis