Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2009-03-29

Grave épidémie en France

Un complot du silence
   Depuis quelques mois, une épidémie s'est déclarée sur tout le territoire français. Elle touche actuellement des millions de personnes sans qu'on n'ait pu identifier le vecteur. Il semblerait qu'il s'agisse d'un virus étranger, et les barrières mises en place par le gouvernement n'ont pu l'empêcher de pénétrer en France. Cette information a été tenue secrète jusqu'à présent, mais, maintenant, il y a trop de gens touchés pour continuer de garder le silence sur cette catastrophe nationale. Des personnages haut placés dans le renseignement français m'ont contacté récemment et ils m'ont demandé de divulguer sur mon blog ces informations vitales que le pouvoir a voulu garder secrètes coûte que coûte. Cela explique le silence total des médias.

Toute la France est touchée
   Le vecteur inconnu de ce virus a réussi à propager l'épidémie à travers tout le pays, sans que l'on puisse déterminer son mode de diffusion, ni même savoir s'il touche aussi les pays frontaliers. Le nombre des personnes contaminées se compterait par millions, bien qu'il n'existe aucune statistique fiable, mis à part les rapports des agents des Renseignements Généraux.

Symptômes
   Ce virus inconnu provoque une amnésie partielle et quelques troubles intestinaux non létaux.
   Les symptômes atypiques présentés par les personnes contaminées sont récurrents et permanents :
– la mémoire n'est affectée que très modérément, le malade ne perdant la mémoire que pour un jour particulier : le 6 mai 2007. Et cette amnésie ne touche que certaines personnes ayant votées ce jour-là au deuxième tour des élections présidentielles.
– survient aussi une fièvre honteuse accompagnée de douleurs intestinales et de diarrhées, lorsque le malade regarde le journal télévisé ou bien lit son quotidien et constate la situation économique des Français, lui rappelant une réalité de plus en plus cruelle. De forts sentiments de culpabilité et d'angoisse peuvent potentialiser ces symptômes.
   Jusqu'à présent, aucun diagnostic vital n'a été constaté. Et il est encore trop tôt pour déterminer la durée, l'évolution et la conclusion d'une maladie qui semble devenir chronique chez tous les malades examinés.

Origines
   Le Professeur Eugène Karim Dupon, au Service d'exobiologie de l'ex-groupe hospitalier Pitié-Salpétrière nous a confié : "Nous n'excluons pas une origine extraterrestre pour ce virus furtif. Nous avons tenté d'appréhender son mode de diffusion. Il pourrait s'agir de matériel biologique transporté par une météorite, et résistant aux hautes chaleurs provoquées lors de son entrée dans l'atmosphère, et cela grâce à une enveloppe composite contenant en particulier du tantale, du carbone et du titane, et enrobée d'une importante masse de mélange gazeux en état de congélation".
   Malheureusement, le laboratoire du Service d'exobiologie a dû interrompre ses recherches sur ce virus, car son matériel le plus perfectionné a été revendu aux Emirats Unis à la suite du démantèlement du groupe hospitalier dans le cadre d'une optimisation des ressources de l'Assistance Publique. Le Professeur Eugène Karim Dupon se déclare impuissant, tenant entre ses mains les deux seuls outils qui lui restent : une petite loupe en plastique et un stylo Bic.
   Des vecteurs pathogènes particuliers sont suspectés dans la large diffusion de ce virus à travers la France. Il pourrait s'agir des pigeons. Mais certains suspectent aussi les blaireaux et les ânes. Mais, statistiquement, il est plus probable qu'il s'agisse des pigeons.

Un virus déjà connu
   Ce virus de l'amnésie aurait déjà frappé la France il y a quelques dizaines d'années, en 1944, pour être précis. En effet, lorsque les troupes alliées et les résistants ont libéré la France de l'occupation nazie, il a été constaté par les spécialistes que de nombreux Français étaient touchés par une amnésie partielle qui les empêchait de se rappeler de certains événements survenus depuis quelques années. Ce virus avait été alors beaucoup plus virulent qu'aujourd'hui, et les troubles plus importants. Cela peut aussi indiquer le caractère cyclique de cette épidémie qui pourrait peut-être avoir en France un foyer endémique dans une zone géographique non déterminée jusqu'à présent.
   De vigoureuses thérapies à base de corde et de plomb avaient été administrées à nombre d'entre eux, mais sans autre résultat que la mort rapide des malades. Vu le nombre très important de personnes contaminées à cette époque, le Général de Gaulle aurait décidé alors qu'il valait mieux oublier tout cela. Sur ses ordres, tous les traitements furent abandonnés et seuls les malades les plus gravement atteints furent isolés. Ce fait tenu depuis lors dans le plus grand des secrets m'a été révélé par mes informateurs.

Un SOS au monde entier
   Etant donnée l'urgence de la situation, et compte tenu de l'incapacité du pouvoir actuel a géré cette crise sanitaire majeure, tout comme celle de l'été 2003, je lance un appel de détresse afin que l'O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé) et Médecins du Monde envoient des équipes médicales à travers toute la France pour aider les françaises et les français durement touchés par ce virus.

   Je compte sur vous pour diffuser largement cette information en envoyant l'adresse de cette page à tous vos amis pour les avertir du danger qui nous menace :
http://www.kisinis.ch/art-blog-kisinis/art-blog-kisinis.html

   Et j'espère ne pas mettre ma vie en danger en dévoilant la vérité. En tout cas, je suis certain de ne pas avoir été contaminé par ce virus, car je me rappelle fort bien de cet après-midi du 6 mai 2007, lorsque je me suis rendu au bureau de vote pour le deuxième tour des élections présidentielles, dans mon ancienne école primaire. Et je me rappelle aussi fort bien pour qui je n'ai pas voté...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-06-30

Travaillez plus, et nous, nous gagnerons plus !

   Cela fait vraiment de la peine à voir tous ces blaireaux qui prennent pour argent comptant toutes ces promesses bidon. Ils croient tous au Père Noël ! Quand l'avocat d'affaires déclare "Travailler plus pour gagner plus", en fait il pense "Travaillez plus, et nous, nous gagnerons plus !" Et tous ses copains milliardaires et technocrates applaudissent des deux mains. C'est trop beau ! Quel talent ! Quel poète ! Le « copro-sophiste » excelle tant au service de tous ces gens-là.
   Censure des médias, répressions, protection sociale anéantie, retraite réduite au minimum, droit du travail pulvérisé, délocalisations massives, l'avenir s'annonce déjà clairement très sombre.
   Pour masquer tout cela, l'avocat d'affaires se surpasse à discourir avec des argumentations fallacieuses et des raisonnements qui n'ont que l'apparence de la vérité. Le rhéteur professionnel n'est qu'un « copro-sophiste » dont seuls les idiots et les complices admirent les sophismes nauséabonds.
   Et voici un "bel" exemple de la réalité. Alors que EADS prépare le licenciement de 10.000 salariés en Europe, l'entreprise européenne a délocalisée la production de l'Airbus A320 en Chine, à Tianjin (revue Interavia, n° 688), pendant qu’un conflit acharné oppose certains à la direction d’EADS. Il y a fort à parier que bientôt on verra des Chinabus A320 100 % chinois. Comme entre temps la plupart des salariés européens auront été licenciés, ce n'est pas si grave... en tout cas, pas pour les dirigeants et les gros actionnaires de cette société...
   Voilà ce que c'est réellement "de travailler plus pour gagner plus" !!!
© Michel Kisinis

T-shirt 'Travaillez plus, et nous, nous gagnerons plus', © Michel Kisinis, photographe et poete
Achetez le t-shirt 'Travaillez plus, et nous, nous gagnerons plus', © Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-09-27

Grec ou pizza

Trois petits jeunes venaient de s'installer au comptoir, près de moi. Ils paillaient comme une bande d'étourneaux en quête d'insectes.
- On va s'faire un grec, hein ?
- Ouai !!! c'est pas cher à côté, 3,75.
- Trois grecs, ça fait euh... dix euros vingt-cinq !
- Mais non hé, comptes sur tes doigts, ça fait neuf soixante-quinze.
- On f'rait mieux de commander une pizza sur Internet. Chez Pizza Zut, t'en as deux pour le prix d'un !!!
Et là, sans me retourner, je dis à haute voix :
- Un grec vaut largement plus que trois blaireaux qui cherchent une pizza sur Internet.
Dodo, qui était en train de servir leurs demis, s'exclaffa bruillament.
- Eh euh, on est pas des blaireaux, nous !
- Moi, Monsieur, je nique ta mère !, me fit l'un d'eux en s'accompagnant d'un joli geste de la main.
- Bouffon, tu niques déjà la tienne. Ça t'suffit pas ?!!!
- Aaah !, fit-il d'un air effaré. T'es trop vulgaire, Monsieur. Moi, je parle pas aux gens vulgaires. Avec un air dégoûté, ils prirent leurs verres et allèrent s'installer à l'autre bout du comptoir, tout en me regardant bizarrement.
Je me tourna alors vers un Dodo hilare.
- Non mais, t'as vu cette jeunesse. Aucun respect ! Et c'est moi qui suis vulgaire !
- Tu devrais laisser tomber les conseils culinaires et te limiter plutôt à la poésie... et au café ! Il me resservit alors un autre café.
- Ces pauvres andouilles seraient capables de manger leurs propres vomis sans s'en apercevoir. Moi, en tout cas, j'ai bien envie de me faire un portugais aujourd'hui. Je mangerais bien un bon bacalhau.
- Michel, tu rêves là ! Il faudrait aller à Lisbonne pour çà.
- Ah merde... Et si je le commandais sur Internet ?!!! Tu crois qu'ils me livreraient ?
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-09-21

Toujours plus de bouillie mp3 !

La semaine dernière, je suis allé au meeting... non à l'AppleExpo 2006. Une bonne partie du salon était dédiée en fait aux lecteurs mp3 : gadgets divers, adaptateurs en tout sens, étuis, etc.
J'y ai vu des enceintes bluetooth pour écouter dans son salon les mélodies compressées stockées sur son cellulaire. C'est cool d'entendre à fond et en stéréo sa sonnerie, genre beuglement de vache, croassements ou intro de "Mission impossible".
Il y avait aussi une superbe platine vinyle avec sortie USB pour enregistrer ses vieux disques en mp3 sur son ordi. L'appareil était pitoyable : un boîtier en plastique moulé, un plateau ultra léger tout en plastique, doté d'un grand élastique pour toute courroie et un logiciel gratuit aux fonctionnalités réduites au minimum. Et tout cela pour un prix de près de deux cents euros. J'ai rigolé tout en pensant aux Lenco et autres Thorens, avec poids et contrepoids, stromboscope, lourd plateau équilibré et cellule sophistiqué, sans parler de la mythique platine tangentielle.
Mais là où j'étais vraiment mort de rire, c'est quand j'ai aperçu un amplificateur à lampe pour ipod. Je rêve ?!!!... non, on peut maintenant claquer du fric dans un ampli à lampe dédié pour écouter de la musique compressée. Ah évidemment la taille de cet ampli est aussi compressée afin de l'accommoder au style de ce lecteur mp3. Reste plus qu'à brancher le micro-ampli à des micro-enceintes trois voies et une micro-caisse de graves, et le tour est joué... C'est l'extase pour les méga blaireaux !
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-06-11

Football, les vrais dindons de la farce médiatique

Récemment, à une soirée entre amis, vint inévitablement le sujet du moment : la coupe mondiale de foot. Les esprits s'échauffèrent vite et le débat s'enflamma. Moi, je restais silencieux, m'intéressant plus aux lithographies accrochées aux murs et me balançant doucement au rythme des violentes mélopées de PJ Harvey.
Une voix s'éleva aussi de la mêlée et m'interpella :
– Et toi, Michel ! Tu ne donnes pas ton avis. Tu regardes quand même le foot ?
– Je regarderai le foot quand je serais payer pour cela.
Marie me fixa comme si j'avais dit un truc vraiment très sale.
– Te faire payer pour voir du foot !!!, fit-elle d'une voix étranglée. Je lisais une incompréhension totale dans son regard.
– Tu t'rends pas compte, l'équipe du PSG a gagné cent milles euros à leur dernier match contre les austro-hongrois. Paul s'était levé en disant cela, et il levait les bras au ciel, les poings fermés, visiblement étreint d'une intense passion.
– Et toi Paul... t'as touché combien ?
– Pfff, de toute façon, on peut pas parler avec toi !, et il partit d'un pas vif, mais déjà pas très assuré, pour aller se prendre une autre cannette bien fraîche.
J'entendis alors un petit rire cristallin. Valérie venait vers moi tout en riant :
– Michel, tu as toujours le bon mot pour clore rapidement une discussion. Elle s'approcha plus encore et me fit un petit bisou plein de tendresse.
– Et c'est le champion qui, à la fin de la joute, embrasse la belle princesse.
Les éclats de rires reprirent de plus belle...
... Moi, au moins, j'aurai touché "quelque chose" grâce au foot.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-10-06

Une grosse nouille dans l'oreille

   Ce matin, je fis un détour aux Acacias, histoire de boire un café. Je m'approcha du comptoir où la patronne du bistro avait une discussion sérieuse avec Bobo Blaireau.
- Evidement, moi je ne suis pas un idiot, rétorqua Bobo, tout fier de rappeler une évidence qui allait de soi.
   La patronne blémit sous l'insulte, mais ne dit mot... Le client dépensait quotidiennement dans son troquet des dizaines d'euros en bières, déjeuners, petit-déjeuners, jus de fruits, tartines, etc. Elle retourna à sa caisse en grommelant, serrant dans son jean ses belles petites fesses rondes.
- Bobo, cela ne t'ennuie pas d'offenser les gens ainsi ?, lui fis-je remarqué gentiment.
- Ah, mais le client est roi !, s'exclama-t-il en levant les bras.
- Ouais, là, c'est surtout le roi des cons !
   Mais soudain, je le vis se raidir et se mettre à parler étrangement.
- Oui, bonjour Monsieur. Ah, je suis en route. Mais il y a beaucoup de circulation aujourd'hui... Oui oui, j'arrive. A tout de suite !
   En fait, Bobo parlait à la grosse nouille qui pendait à son oreille gauche. Il se tourna vers moi :
- Excuses-moi Kisinis, c'était mon patron. Il m'attends.
- Ça doit être le jour de la galette... des rois ?!!!
- J'comprends pas ?
- Bin, je disais que le client pouvait être aussi le roi des cons. La galette, les rois...
   Silence. Il mit le nez dans sa bière.
- T'es sûr que ton truc dans l'oreille est vraiment éteint ? Des fois que ton patron écouterait nos passionnantes discussions de comptoir.
- Je ne suis pas un idiot tout de même ! J'ai coupé la communication.
- Ouf, je suis rassuré. D'un geste large, j'essuyais d'imaginaires gouttes de sueur sur mon front.
   Je l'avais vraiment agacé le Bobo. Content de moi, je fis signe à la patronne de me faire un petit café, avec ses petites mains douces. Demain matin, je lui dirais combien je la trouve intelligente...
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-10-01

Quand les blaireaux courent après le vomi du potier

   Alors que le vomi du potier inonde les supermarchés, après le tsunami de la bouillie du si vain code, je vous conseille de lire plutôt le livre de THTH, le crevard anti-HYPE : "Crevard" de Thierry Théolier
Voir aussi : Le site de THTHLe site Casseurs2hypeLe site du Syndicat du hype

© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-09-14

Bobo-hackers du néant-derthal et encadrement grave

   Si y'a un truc qui me gave vraiment, c'est bien tous ces pauvres blaireaux qui font du "gravage" de mp3 une véritable religion, se donnant bonne conscience en prétextant d'une héroïque lutte contre les "majors" et tentant vainement de se donner des airs de hackers subversifs. Ce ne sont en fait que de vulgaires et très aveugles consommateurs, naïfs clients de réseaux de grande distribution.
   Je fut pris un jour d'un réel dégoût, dans une entreprise où je travaillais, quand un chef de service demanda à un employé : "Sois gentil, coco ! Graves-moi le dernier « Noir Désir ». Et pis, aussi « Louise Attaque » !". Le serf s'executa prestement, et avec toute la servilité qu'on attendait de lui, tout fier de ses connaissances ridicules qui lui permettaient de "rendre service" à son chef sans que cela ne lui coûte rien, le temps passé étant pris sur ses heures de travail et les cd gravés étant pris sur le stock de l'entreprise. Quelle jouissance pour ce cadre quand il put enfin écouter « Noir Désir » dans son 4x4, sa stéréo à fond, roulant à tombeau ouvert pour rentrer dans son beau pavillon dans la vallée de Chevreuse.
   Ailleurs, je vis aussi un cadre venir à son bureau systématiquement une demi-heure avant l'horaire prévu. J'étais très étonné et je lui demanda pourquoi, par pure curiosité, car je n'étais pas son supérieur hiérarchique. Il me raconta, très content de lui, qu'il venait plus tôt afin pouvoir graver tranquillement des cds audio pour toute sa famille. Lui aussi était tout fier de son intelligence si brillante. Moi, j'étais effondré devant un tel mégalithe de connerie.
   D'un côté, des cadres passent leur temps à télécharger et à graver des tonnes de mp3, et tant qu'ils n'auront jamais le "loisir" de tout écouter. De l'autre, les employés sont chronométrés dans chacun de leurs gestes. Enfin, ça c'est pas nouveau !
   Le jour où tous ces "bobo-hackers" graveront des cds remplis de contenus qu'ils auront créés eux-mêmes (que ce soit des romans, des poèmes, des photographies, des peintures, de la musique, du multimedia, ...), alors là, ils pourront être vraiment fiers. Mais le chemin est long avant cela...

© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-09-12

Super carte Vitale pour super blaireaux

La nouvelle carte Vitale va bientôt sortir. Elle coûtera 3 € pièce et sera fabriquée à 50 millions d'exemplaires. Coût total : 150.000.000 d'Euros, soit plus de 983.935.500 de Francs.
Pour cette somme, nous aurons droit :
- à un réseau informatique national de diffusion libre de nos données médicales,
- à la participation involontaire et forcée à un système de subventionnement abusif de certaines professions libérales,
- à la complicité dans un vaste programme de réduction d'emplois dans les centres de la Sécurité Sociale et dans les établissements de l'Assistance Publique,
- à l'implication dans les multiples plans de réduction des prestations et des remboursements,
- à la réduction globale du système sanitaire français, appauvrissant les hôpitaux au profit des établissements privés,
- à la collusion obligée avec des technocrates qui depuis plusieurs dizaines d'années accumulent les systèmes informatiques prohibitifs,
- à l'acceptation des augmentations des charges salariales,
- au détournement systématique des cotisations des salariés afin de financer l'ensemble.
Ne vous inquiétez pas, cette carte deviendra vite obligatoire !
Et surtout, continuez à utiliser votre carte Vitale !

© Michel Kisinis
P.S. Voir aussi La carte Vitale aux Big Brother Awards

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-09

Cyberpunks contre Cyberblaireaux

Les aventures de Bobo Blaireau
ou l'odyssée du Numérikeu

Je touillais paisiblement ma petite cuillère dans mon café quand une voix trop entendue m'interpella au bout du comptoir.
- "Ah, Kisinis, y'faut qu'j't'vois !"
- "C'est bon, tu peux rentrer chez toi maintenant... fis-je aimablement".
Bobo Blaireau fouilla fébrilement son sac à dos tout encombré de son bureau sans papier.
- "Chais'plus où je l'ai mis... Je viens de lire dans une revue super bien informée que des types, euh... des cyberpunks, sont en train de mener une attaque de grand envergure contre les blogs. Ils détruisent tout sur leur passage".
- "Où as-tu lu cette nouvelle renversante ?"
- "Ah tiens la voilà !" Et il me tends un torchon dont la couverture aux couleurs criardes était couverte de titres racoleurs.
J'éclatais de rire : "Ah mais c'est Hackaka, l'Académie des Cyberblaireaux". J'en oubliais mon café qui refroidissait.
- "Tu sais, Kisinis, ils sont vraiment au courant de tout ce qui se passe sur le Net. Et même plus que toi !", fit-il exaspéré par mon rire.
- "Tu n'as pas tort, je ne suis au courant de rien, mais tout simplement parce qu'il ne s'y passe RIEN ! Dans la vie réelle, ni ton blog, ni ton avatar n'existent...".
- "Et moi, qu'est-ce que je vais pouvoir faire contre les cyberpunks ?"
- "Premio, les cyberpunks n'attaquent pas les sites de blaireaux. Secundo, ils ne sont pas violents. Et trito, arrêtes de lire ce torchon débile. Lis plutôt Ici Paris", ça serait bon pour ton coeur".
- "Michel, j'ai peur pour mon blog !". Sa voix tremblait sous l'émotion. "J'y ai passé des heures à écrire de longs poèmes d'amour".
- "Tu n'as qu'à le sauvegarder en FTP sur ton ordinateur."
- "Excellente idée !" Il posa son sac à dos sur le comptoir et souffla, rassuré. Il jeta subrepticement un coup d'oeil à la revue qui était maintenant à terre. Et ce fut un cri qui traversa la salle du café :
- "Et si les cyberpunks attaquaient aussi mon ordinateur ?".
Tous les clients du café nous regardaient fixement. Je serrais mes poings contre le comptoir.
- "En fait, Bobo, tu devrais faire attention. J'ai entendu dire que les cyberpunks utilisaient l'antenne d'une borne ouifi pour sodomiser leurs victimes".
- "Même pas vrai !"
- "Ah si, je l'ai lu dans Hackaka, l'Académie des Cyberblaireaux".
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-08

Un Powerbook sur le comptoir


Les aventures de Bobo Blaireau
ou l'odyssée du Numérikeu

Je buvais tranquillement mon café au comptoir quand j'entendis les éclats de voix de Bobo Blaireau au bout du comptoir. Entouré de piliers médusés et d'abrutis éméchés, il plastronnait, fier comme Artaban.
Il sortit un Powerbook G4 15 pouces de son sac et le présenta à son auditoire.
- "C'est un ordinateur !" dit-il, des fois qu'on l'aurait pris pour un moule à gaufre. Et il fit le tour du comptoir, présentant son ordinateur portable à toute l'assemblée, tel une jeune mère présentant son premier bébé.
Je restais dans mon coin, terminant mon café. Comme il avait fait le tour du comptoir avec son petit bébé, il vint vers moi pour me le montrer.
- "Je préfére le modèle 12 pouces", lui dis-je simplement, en me retenant de le repousser par un "Vade retro satanas !".
- "Tu as un 12 pouces ?!!!".
- "Non, je n'en ai pas l'usage. Et tu as une connexion neurale sur le tien ?"
- "Euh... non". Bobo Blaireau blémit.
- "C'est vraiment dommage !", fis-je, l'air navré. Et je sortis tout en ricanant en mon for intérieur.
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-07

Tarif dégressif pour photographie régressive

La magie du numérikeu m'envahit à donf !
Il était une fois un petit blaireau qui s'acheta un appareilleu numérikeu qui faisait des tofs numérikeux.
Il pouvait ainsi prendre ses fesses sous tous les angles et les imprimer en format timbre-poste qu'il collait sur son courrier. Coquin de sort, les belles images s'estompaient avant même que les missives n'arrivent à destination. Ce que d'aucuns prennaient pour du mail art n'était en somme que du mal art.
Il alla donc faire un pélerinage au temple du dieu Numérikeu, espérant que celui-ci lui vende un appareil plus top.
"Otedéf" psalmodia le prêtre en le voyant arriver avec son chéquier. "Otedéf à toi !, répondit-il bien qu'ignorant la signification réelle de ce mot. "Je voudrais un nouvel appareilleu numérikeu qui me permette de faire des tofs plus grandes que des timbre-postes".
- "Achètes le nouveau DSP-9483 qui fait des photos otedéf, mon fils".
- "Mais le dernier que vous m'avez vendu fait aussi des photos otedéf !"
- "Ah oui, mais le DSP-9483 a une toute nouvelle technologie multi-ccd à plasma qui permet d'augmenter les performances de la compression jipégeu".
- "Et je pourrais imprimer des cartes postales ?"
- "Mais oui, bien sûr ! Avec la nouvelle imprimante Depcon, vous pourrez imprimer vos images compressés à mort avec interpolation et rééchantillonage de pixels avec un système de niveau 3 avec décompression à la volée. Et vous pouvez y adjoindre un ouifi pour imprimer sans fil depuis vos cabinets. Vos images explosées vont littéralement volées à travers les airs avant de venir barbouiller lamentablement votre papier numérikeu à durée limitée".
- "Et je peux faire combien de photos avec ce numérikeu ?".
- "Et bien, cela dépend de la compression et du format sélectionnés, et puis de la capacité de la carte mémoire. Avec une nouvelle carte mémoire quatre gos cinquante ixeu, vous pourrez stocker 50 000 images sans aucun intérêt, avec une vitesse d'écriture quasi instantannée. Il vous faudra aussi un nouveau lecteur de cartes adapté au nouveau format. Et puis, votre ordinateur ne pourra supporter toutes ces nouveautés. Il faut en changer. Nous pouvons vous faire un prix intéressant pour l'achat d'un ensemble numérikeu".
- "Prenez ma carte, je vous en supplie !"
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-01-28

PDF pour blaireau !

Fais-moi un "PDF" ! Envoies-moi un "pédéhéf" ! Imprimes-moi un "pédéhéf" ! Donnes-moi un "pédéhéf" ! Graves-moi un "pédéhéf" !
Pédéhéf, c'est un mot magique pour un rituel barbare, dans cette nouvelle religion qui règne sur ce monde.
Tiens, le voilà ton pédéhéf, mets-toi le bien profond !
Ce con mets le CD dans un lecteur obsolète et plante la machine. "Y'a un virus dans votre CD !"
Et dans ton cul, connard, y'a aussi un virus ?!!!
Vous voulez quel type de pédéhéf ? [blanc]
(il ignore totalement la nature du pédéhéf, ses variantes et leurs utilisations...)
... Bon je vais faire un pédéhéf pour blaireau. Si si, ça existe comme format le pédéhéf pour blaireau. J'en vois souvent... ;)
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-01-27

Le diaphragme rouillé

Lorsque je manœuvra la bague du diaphragme, je sentis la rouille accrochée un peu le métal. Par contre, quand j'armais l'obturateur, le rideau à translation se mit en position, prêt comme en 40.
Au déclenchement, le mécanisme fit un bruit de culasse.
Cela me fit penser à tous ces blaireaux avec leurs numérikeux. On "mitraillait" avant tout cela, maintenant avec tous ces "Appareils de Consommation Massive", on arrose à grands coups de "jpg" explosés et de vignettes qui sont autant de clusters qui s'éparpillent à travers un monde virtuel et vain.
Toute cette connerie explose en chaîne et apparaît comme un feu d'artifice magique à des yeux aveugles.
© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis