Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2010-02-16

Noire vestale

Ses longs doigts fins d'onyx ornés faisaient rêver à de tendres étreintes.
Mais l'âme de la vestale, consacrée à de bien ordinaires bacchanales,
Malgré une idyllique figure de déesse antique, était noire et infernale.
Implacable et cruelle, si semblable à ce vil monde aux lueurs éteintes,
Néfaste nixe qui crut m'emporter, perdu à jamais, dans une eau abyssale.
Mon cœur fragile en fut blessé, mais ses tristes visées jamais atteintes.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-11-19

Rêverie en stage de droit d'auteur

   Sa longue chevelure aux reflets dorés ondulait gracieusement, encadrant un doux visage serein. Ses longs cils noirs semblaient battre au rythme de ses doigts fins qui tapotaient sur son clavier d'albâtre. Ses yeux bleu azur fixaient son écran, la mine concentrée. Et son profil hellénique, doucement éclairé par la lueur bleutée de son ordinateur portable, offrait un charmant spectacle.    Consciencieusement, elle notait règles et usages énoncés par la juriste. Et sur un fond sonore composé d'articles de lois et de jurisprudence, le poète se mit à rêver de muses dansant au beau milieu d'une prairie fleurie de l'Olympe sacré. Lyres, flûtes et tambourins résonnant à travers la vallée et les bois enchantés, où s'entremêlaient chants gracieux, cris voluptueux et rires joyeux. Des senteurs de jasmin, de thym, de romarin et de fenouil s'ajoutaient à la sublime myrrhe des déesses.
   “Le droit moral de l'auteur supplante les droits patrimoniaux”, s'exclama la juriste.
   Et les mots d'Horace me revinrent en mémoire : “Carpe diem, quam minimum credula postero”.
Outé mera, outé nikta, zoi exhassa.
   Plus tard, une artiste participant au stage, s'extasiant devant ma dextérité sur le clavier de mon portable, me demanda de lui donner mes notes. Je lui répondis franchement que je n'avais pris que très peu de notes, connaissant déjà bien le droit d'auteur, et que j'avais surtout écris un poème en prose. Cela fit rire tout le monde.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-11-09

Marées de larmes II

Une suffisance glaciale
   Malgré mon profond chagrin, j'abordais un autre rivage pour trouver l'affection et la tendresse qui me manquait tant. Mais là, je trouvais une Circé froide et dédaigneuse. Elle aimait ma compagnie, et appréciait de s'entretenir avec moi d'art, d'histoire, de parfums et d'encens. Nous partagions nombre d'affinités et nous allions ensemble visiter agréablement jardins, musées et expositions. Malheureusement, je ne pouvais même pas lui toucher tendrement la main sans provoquer en elle une irrépressible et furieuse colère.
   Le pire de cette étrange relation était, qu'ensemble, nous avions toutes les apparences d'un beau couple d'artistes. A l'occasion de spectacles et d'expositions, elle me présentait à ses amis, et je lui présentais les miens. Et tous étaient ravis de voir ma très chère peintre grecque en couple avec Michel Kisinis, le poète grec. Mais ce simple rôle de faire-valoir, sans aucun échange de tendresse, me faisait vraiment souffrir. Lorsque enfin je rentrais seul après ce genre de ballade, j'étais désespéré.
   Et à chacune de mes gentilles tentatives de rapprochement, elle me rejetait froidement, insensible et insouciante, telle une statue d'Héra, dont l'éclatant marbre blanc pailleté ne capterait même pas la chaleur de l'astre solaire. Le summum de cette triste mascarade fut lors d'une excursion à Auvers-sur-Oise pour visiter les lieux fréquentés par Vincent Van Gogh et par de nombreux autres peintres. Je me suis retrouvé abandonné par cette statue impassible et dure.

“J'errais les larmes aux yeux dans les rues d'Auvers-sur-Oise. L'automne faisait pleuvoir des vagues de feuilles roussies.
Et moi, je serrais des dents pour que mon désespoir n'inonde point la ruelle déserte. Mais une pluie fine tomba et me rafraîchit”.
   Alors, au bout de plusieurs mois de relations très culturelles, mais frustrantes au plus haut point, ma déesse glaciale m'offrit un élégant flacon d'eau de toilette au santal d'Australie afin de mettre fin à une relation qui n'avait jamais vraiment débuter. Ce parfum raffiné, boisé, me plut énormément, moi qui aime les senteurs orientales et fleuries, le benjoin et la myrrhe. Et pour conclure cet adieu bien anticipé, elle me dit sur un ton rassurant que j'étais quelqu'un de très fin et que je me suffisais à moi-même.
   Là, je ne pus retenir un franc éclat de rire. C'était tellement absurde ! Ma Circé polaire faisait de l'humour noir sans s'en rendre compte, ajoutant le ridicule à la cruauté. Pourtant si triste, cette idiotie me fit rire de bon cœur, alors que j'en souffrais tout en même temps, toujours fidèle à mon sacré sens de l'humour. Et mes yeux la fixant profondément, je lui répondis ironiquement : “Oui, bien sûr !”, un large sourire aux lèvres.
   Ma belle walkyrie orientale était complètement déstabilisée. Alors qu'elle avait préparé très soigneusement son discours de rupture à n'en pas douter, elle n'avait sûrement pas prévu qu'il me ferait rire. Telle est ma nature : totalement imprévisible ! De toute façon, je n'avais envie ni d'argumenter, ni de discuter. Lorsque l'on rencontre une telle personne, le mieux à faire est de la laisser dériver toute seule dans son océan glacial peuplé uniquement d'icebergs et balayé par des vents polaires, dans une obscure nuit sans étoile. Elle se suffit à elle-même !
   Le lendemain, elle m'envoya un SMS pour me prévenir qu'il y avait des moelleux au chocolat à deux euros chez Paul.
   Je lui répondis d'une petite poésie :
“Bien plus moelleux,
Et bien moins coûteux,
Est mon cœur amoureux”.
   Quelques jours après, je lui adressais un beau marque-page, acheté au Musée Daubigny d'Auvers-sur-Oise, représentant un magnifique décor mural avec des oiseaux s'ébattant dans un arbre. Au dos, j'écrivis : "Les larmes du poète sont douces, mais il n'y a personne pour y goûter. Kisinis".

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-05-15

Voluptueuse Astarté

Ma chère Muse,
Le moindre de vos messages est un baume salvateur.
Mes baisers pourront-ils un jour entrouvrir votre coeur ?
Ils sont pourtant assez brûlants pour l'enflammer.
Mes vers ne percent-ils pas votre tendre carapace ?
Ils sont pourtant assez troublants pour l'entamer.
Vos sourires m'émeuvent et vos caresses me feront défaillir.
Vous hantez mes nuits et j'imagine vos mains me retenir.
Captif de votre volupté et de mes plus fous désirs,
Mes bras vous étreindront à n'en plus finir.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-03-28

Exposition Praxitèle au Louvre

   J'ai eu le plaisir d'assister à l'inauguration de l'exposition Praxitèle au Louvre le 21 mars. Quel émerveillement devant tant de sculptures magnifiques ! Que de drapés somptueux révélant des formes sensuelles ! Déesses ou courtisanes, les cheveux entourés de rubans, le chignon noué, des boucles torsadées tombant sur des épaules dénudées... Des effluves imaginaires de benjoin et de myrrhe troublèrent mes sens et j'en vis une tenant une aryballe d'un geste précieux et appliquant délicatement sa spatule sur sa poitrine nue...

L'original et ses copies
   Des œuvres originales de Praxitèle, sculpteur grec du IVe siècle avant J.-C., ne subsistent qu'une tête et quelques fragments. Mais elles furent beaucoup copiées, dès l'Antiquité, et cette exposition nous présente les plus belles copies, nous donnant un aperçu de l'excellence de ce sculpteur. Et fait remarquable, plusieurs pays européens, dont la Grèce, ont prêté des œuvres pour cette exposition.
   L'intérêt d'exposer des variantes datant de différentes périodes est de pouvoir comparer les styles propres à chacune. Ainsi, on remarquera pertinemment les détails du visage, de la coiffure, du drapé, et même de la forme du corps féminin, pour chacune des périodes antiques : grecque, hellénistique et romaine, pourtant très proches. Il y a aussi quelques sculptures modernes qui "divergent" complètement du modèle antique. L'exemple parfait en est Phryné, modèle de Praxitèle et courtisane, dont on voit ici des sculptures de différentes époques, toutes pleines de sensualité et d'érotisme. Ma préférence va évidemment à la période grecque, ainsi qu'à certaines versions modernes.
   On pourra aussi comparer la beauté du marbre. Les sculptures romaines étaient généralement réalisées en marbre de Carrare. Les sculptures grecques et hellénistiques sont faites de marbres provenant surtout de l'Attique, de Paros ou de Rhodes. Le marbre de Paros étincelait sous les projecteurs, malgré l'âge et la patine des œuvres, grâce à ses magnifiques paillettes. J'eus vraiment très envie de toucher ce marbre et d'en ressentir le froid et le grain, me remémorant d'anciennes sensations. Et l'on se prend à rêver de la beauté des originaux de Praxitèle. Henri Lechat écrivit à ce propos : "Ces beautés, nous ne pouvons que les entrevoir à travers la banalité de copies romaines. Comme elles devaient éclater dans le marbre original, caressé par le plus savant ciseau !". Et "c'est parce que Praxitèle était impérieusement attiré vers des formes souples et moelleuses, vers des contours délicats et tendres, qu'il eut pour matière de prédilection le marbre de Paros, dont la blondeur transparente et la douce chaleur donnent lumière et vie aux plus furtives délicatesses du modelé" (1).

Fanatiques destructeurs d'art
   On notera aussi de nombreuses œuvres martelées par le fanatisme chrétien. Les traits de la tête colossale Despinis (IVe s. av. J.-C.) sont fracassés. Une autre tête féminine du Ier s. apr. J.-C. est tout autant mutilée, mais là le barbare a creusé au burin une grande croix au beau milieu du visage. D'une Aphrodite détruite, ne subsiste que le torse qui a été marqué d'une petite croix. Combien de chefs-d'œuvre a-t-on perdu ainsi par la barbarie et l'obscurantisme de fanatiques religieux qui ont ravagés la Grèce et toute l'Europe pendant des siècles ?
   Les papes romains ne firent cesser l'utilisation des marbres antiques pour faire de la chaux qu'après les protestations en 1518 de Raphaël, alors super-intendant des Beaux-Arts à Rome : "Pourquoi nous plaindre des Goths et des Vandales, quand ceux qui auraient dû protéger en pères et en tuteurs les pauvres restes de la Rome antique ont depuis longtemps contribué à sa ruine et à son pillage" (2).
   La première destruction officielle d'un temple date de 386 à Apamée, en Asie Mineure (3). Le principal temple d'Alexandrie, le Sérapéion, est détruit en 391, ainsi que d'autres sanctuaires de la ville, et sa population en révolte décimée sans pitié par une armée romaine devenue chrétienne. Ce temple abritait une grande statue chryséléphantine de Zeus, œuvre du sculpteur grec Bryaxis (IVe s. av. J.-C.). La ville ne s'en remis jamais, alors qu'elle avait été déjà le lieu du massacre de toute sa population juive hellénisée en 117 par des légions romaines pas encore chrétiennes, mais tout aussi impitoyables (4).
   Mars 2001, Afghanistan : les deux colossales sculptures de Bouddha, influencées par le style hellénistique, situées de la province de Bamiyan sont détruites par les Talibans...

Un art humain
   Le génie des sculpteurs grecs, sous l'influence des Egyptiens, est d'avoir humaniser les divinités, abandonnant l'adoration primitive des bétyles, pierres sensées représentées des dieux. D'Hancarville nous dit ainsi "Le but de la Sculpture avait été dès son principe, de donner de l'intérêt pour ses productions, en les rapprochant le plus qu'il était possible de la Nature; mais jusqu'alors elle n'avait su rendre que des figures destituées de vie et de sentiment, car elles étaient privées de la vue et du mouvement, dont l'une exprime la pensée, et l'autre l'action" (5).

   Pour clore cette visite inoubliable, ne manquez pas le beau catalogue de l'exposition, très richement illustré et documenté (456 pages, 39€), mais où l'on peut regretter la présence de photographies dégradées par la compression. L'un des auteurs, Alain Pasquier, Conservateur général, chargé du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, est aussi l'auteur de "L'Art grec" (6), ouvrage de référence qui couvre une dizaine de siècles de créativité grecque et qui vous permettra d'élargir votre connaissance de la civilisation grecque.

      Michel Kisinis

Exposition ouverte du 23 mars au 18 juin, tous les jours sauf mardi, 9h/18h et jusqu'à 22h les mercredi et vendredi.

Bibliographie
1- "La sculpture grecque", Henri Lechat, Ed. Payot, 1927.
2- "Celse contre les chrétiens", Louis Rougier, Ed. Copernic, 1977.
3- "Chronique des derniers païens", Pierre Chuvin, Ed. Les Belles Lettres, 2004.
4- "Les Juifs d'Egypte de Ramsès II à Hadrien", J. Mélèze Modrzejewski, Ed. P.U.F., 1997.
5- "Antiquités étrusques, grecques et romaines", D'Hancarville et F. A. David, 1785.
6- "L'Art grec", Alain Pasquier et Bernard Holtzmann, Coll. Manuels de l'Ecole du Louvre, Ed. La Documentation française, 1998.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-11-06

Des vers hachés au menu

   Il y a quelques jours, j'étais invité par un ami à une soirée de poésie. Il me proposa de venir avec quelques-uns de mes poèmes. J'acceptais sans enthousiasme, me remémorant une autre de ses soirées où un pauvre crétin s'était mis à chanter des vers à la gloire du ballon de football, d'une voix affreuse, le regard halluciné et le geste chaotique après tant de verres consommés. J'étais parti, horrifié et furieux, en disant à un autre poète qu'il ne pouvait avoir de lieu pour accueillir en même temps mes textes et un poème sur le foot.
   Cette fois-ci, le fan de foot n'était pas là. Il devait être en train de gonfler sa vessie, ou bien d'autres victimes non consentantes. J'arrivais en retard, en plein concert. Un musicien tunisien jouait merveilleusement bien du oud. J'étais rassuré !
   L'hôte des lieux me proposa de donner mes poèmes à lire à une dame qui était présente. La femme avait un air très digne de grande bourgeoise, avec une belle coiffure de style années trente et parlait avec un léger accent allemand. J'étais vraiment rassuré !
   Mais quand elle commença à lire les poèmes de notre hôte, je frémis. Elle ne lisait pas les poèmes, elle les broyait, les hachaient. Sa prononciation était désastreuse, et son accent allemand, plus grave alors, rendait le résultat plus épouvantable encore. On aurait dit "Papa Schultz" en jupons qui aurait reçu l'ordre de son colonel de lire des poèmes de Hölderlin ou de Schiller à des prisonniers de guerre. La dame prenait un soin particulier à énoncer les vers comme un robot, réduisant à néant toute poésie.
   Je me mordais la lèvre pour ne pas rire alors que tout le monde applaudissait. Comme elle avait été tant encouragée par son auditoire, elle afficha une attitude fière et sereine et continua tout aussi mécaniquement à lire d'autres poèmes. Moi, je commençais à trembler. Je voyais bien que mon tour allait arriver et que je devrais bientôt lui donner mes textes à... hacher.
   Et alors que notre dame mâchait et remâchait les vers d'un autre malheureux poème, un véritable miracle se produisit. Une véritable déesse orientale fit son apparition au beau milieu d'un auditoire soumis à une torture sans fin. C'était une chanteuse d'origine tunisienne, une brune voluptueuse avec une magnifique chevelure noir de jais. De ses lèvres charnues et rose nacré, une voix douce et sensuelle se fit entendre pour nous saluer.
Je compris de suite que la Muse était venue à mon secours, m'envoyant une belle orientale pour chanter mon amour.
Un fard lumineux rehaussait ses yeux noirs et son corsage de l'amour en était la gloire.
Je fus touché par le miel de son regard, divine promesse de biens doux égards.

   Sans hésitation aucune, je me levais et allais au-devant de la déesse. Je fus pris de vertiges tant elle embaumait le jasmin. Je lui tendis mon poème et lui demanda : "J'aimerais que vous lisiez mon poème, s'il vous plait, Madame".
   Elle me regarda, très surprise.
- Et pourquoi moi ?
- Parce que !, lui fis-je en souriant, sans plus d'explication.
   La belle chanteuse n'insista pas et lut à voix haute le titre et les trois premiers vers :
- "Pigment passionnel
Je baisais ses paupières opalescentes
Et son fard teinta mes lèvres frémissantes.
D'un geste, elle effaça le pigment."
   S'arrêtant là, elle ria de bon cœur : "Ah oui, je comprends maintenant !". Elle se reprit et lut alors le poème entièrement. Quel délice ! J'eus alors la sensation d'un baiser divin posé sur mon cœur chancelant. Je ne regrettais point d'être venu.
   Après le charme de la belle Souad lisant mes vers, "Mama Schultz" continua méthodiquement son œuvre d'anéantissement lyrique avec un autre poème. Mais, moi, je n'écoutais déjà plus, mon regard et mon cœur étaient ailleurs...
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-10-30

Souvenirs divins d'une déesse

Aucune ivresse ne pourra effacer son souvenir qui embaumait des effluves de déesse.
Sous ma main tremblante d'émotion, palpitait un sein magnifique, gonflé de mes caresses.
Son voile de nectar s'ouvrait, me submergeant de musc, d'ambre et d'un feu intense.
Répandant le nard sur son corps, j'offrais de sensuelles libations à l'enchanteresse,
Enchaînée par de doux liens, je l'effleurais de bouquets de jasmin avec délicatesse.
De Véronique, bien douce à monter était la croupe. Et la joie en était immense.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis