Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2008-03-09

Kisinis en vente sur Internet

   Tôt ce matin, je me suis connecté à Facebook pour voir mes nouveaux messages. Je commençais à être harcelé par des spammeurs professionnels et des fans de l'avocat d'affaires. Je ne sais pas comment ces gens avaient pu croire un instant que je pouvais accepter leurs demandes d'amitié. Ils avaient sûrement visité mon site avec leur moniteur éteint ou bien avec un smartphone.
   Aujourd'hui, je n'avais aucune nouvelle proposition absurde. Mais une ligne ressortit dans la liste des infos : une nouvelle de "Friends for sale". Ce jeu dans Facebook permet à chacun d'acheter et de revendre virtuellement ses ami(e)s. Je trouvais ce jeu franchement immoral et ne l'utilisait que très peu... n'ayant pas pu m'en empêcher.
   Et là, je vis que Flora venait de m'acheter comme "pet", animal de compagnie. C'était la première fois que l'on m'achetait... Je n'aurai jamais imaginé l'effet que cela pouvait provoquer en moi. Je sentais sa main étreindre mon bras, ses boucles blondes me frôler, son parfum subtil et discret m'envahir. C'était comme si elle m'avait mordue tendrement dans le cou. Et j'en étais tout ému...
   J'aurai bien aimé l'acheter à mon tour, et d'ailleurs – franchement – j'y avais déjà pensé depuis un moment... mais le prix d'achat de Flora était prohibitif, et moi, dans ce petit jeu très pervers, je ne disposais que d'une somme complètement dérisoire... Quoi de plus normal pour un poète !!!
   Je me rabattais alors sur "La Vie Réelle"... A notre prochaine rencontre... bientôt... je lui rendrais peut-être sa petite morsure au centuple...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-26

Caricatures Internet et multimédia

   Sortant de ma tannière hier, je suis allé voir aux Gobelins une conférence sur les jeux en ligne. Sont intervenus des professionnels et des chercheurs exposant les dernières innovations techniques et les recherches en matière de jeux et de multimédia.
   Le dernier intervenant était un jeune publicitaire qui fit un panégyrique des productions de son entreprise spécialisée dans le jeu publicitaire en ligne en Flash. D'après lui, on n'avait jamais réalisé de tels jeux auparavant. Sa méconnaissance de l'existant en la matière était confondante. Cela fait plus d'une décennie que de tels jeux sont développés, en particulier avec Director, et cela bien avant que Macromedia ne sorte Flash. Ce publicitaire multimédia semblait l'ignorer complètement. Et pour conclure en beauté, il s'étonna qu'aucun artiste n'utilise le multimédia. Gros silence. C'était vraiment navrant d'écouter une telle connerie.
   A la cloture, Etienne Armand Amato rappela tout de même que cela faisait longtemps que des artistes œuvraient dans ce domaine.
   Pas de chance pour le publicitaire, il s'était assis juste derrière moi et je l'interpellais :
– C'est symptomatique que vous ignoriez le travail des artistes.
   Il était gêné, tout en reconnaissant le fait.
– Cela fait longtemps que des artistes, musiciens, plasticiens, utilisent le multimedia, l'interactivité et le web.
   Le publicitaire s'éclipsa discrètement.
   Son acolyte, plus hargneux, s'exclama :
– Mais quels artistes ?
– Ce n'est pas parce que vous ne les connaissez pas qu'ils n'existent pas.
– Mais ils sont où ces artistes ?
   Comme nous n'étions pas au Salon de l'Agriculture et que je ne suis pas avocat d'affaires, ni Président de la République, je ne lui ai pas répondu "Dans ton cul, pauvre con !", mais :
– C'est sûr que TF1 ne vend pas leurs œuvres.
– Mais vous faites une caricature là !
   Je le regardais droit dans les yeux et je lui dis d'un ton très peu aimable :
– Mais vous êtes une caricature !
   Stupéfait, la bouche bée, le type mis un temps pour comprendre vraiment, puis il s'exclama "Ah bon d'accord !" et pris la fuite à travers la salle sans demander son reste.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-23

Avatars Internet et cyberpunks

   Cet après-midi, j'ai assisté à un séminaire de l'OMNSH avec un exposé de Yann Leroux "Sur l'Internet, personne ne sait que tu es un chien". L'exposé avait pour sujet l'avatar sur Internet et était organisé par l'Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH), à la Bibliothèque Nationale François Mitterrand, à Paris.
   J'en ai tiré un sentiment de déception causé par l'importance donnée à l'anecdotique dans l'exposé, oubliant quelque peu la composante humaine de l'avatar. Certains intervenants n'ont malheureusement pas vraiment eu la possibilité d'exprimer leurs idées à ce sujet.
   Et la place donnée dans l'exposé au phénomène "Anonymous" n'était pas très pertinente par rapport au sujet du séminaire. Et finalement, comparer "Anonymous" à "Akira" l'était encore moins, car cela revient à dire que "Anonymous" est un groupe de criminels sanguinaires... La bonne référence serait plutôt les cyberpunks et "Neuromancien" (de William Gibson). Quelle erreur dramatique !!!
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-11-01

Une ville antique effacée par la barbarie

Avec le Zeugma Express, visitez la Turquie !

"C'était au temps des Grecs sur le Xanthe une cité,
Mais elle gît maintenant, pareille à d'autres,
Plus grandes, effacée du jour, ravie
Par un coup du destin à sa lumière sacrée."

   Ces vers du grand poète allemand Hölderlin me revinrent en mémoire quand je lus ce que raconte un site turc en français pour attirer les touristes français en Turquie :
"Soyez les bienvenus dans le carrefour des peuples et des civilisations !
Remontez le temps à travers 10 000 ans d'histoire et découvrez les vestiges archéologiques de 13 civilisations...
Contemplez les extraordinaires richesses géologiques de la Cappadoce, visitez la maison de la Vierge, découvrez les lieux où vivaient les premiers chrétiens, percez les secrets des Derviches Tourneurs, plongez vous dans les mosaïques de la cité engloutie de Zeugma..."
   Zeugma fut une ville hellénistique, gréco-macédonienne, fondée vers 300 av. J.-C. par Séleucos Ier, un général d'Alexandre, fondateur de la dynastie des Séleucides. Elle réunissait deux cités plus anciennes : Apamée et Séleucie.
   L'Etat turc, dans sa logique destructrice des peuples, des civilisations, des cultures et des vestiges qui lui sont totalement étrangers, a entrepris, à partir de 1995, la construction d'un grand barrage sur l'Euphrate afin de s'accaparer d'une grande partie du débit du fleuve au détriment de ses voisins, la Syrie et l'Irak. Le résultat fut la destruction quasiment totale du site archéologique de Zeugma, sans parler des populations kurdes et turques qui furent alors dépossédés et déplacés de force, comme à l'habitude... Les Arméniens, les Juifs, les Arabes chrétiens et les Grecs sont partis depuis longtemps de cette région devenue inhospitalière... Plus d'une vingtaine de sites archéologiques furent alors détruits sans aucune fouille, ni mesures de préservation et trente milles personnes déplacées.
   Avec des manières de pillards, et avec la collaboration d'archéologues français, les mosaïques furent prélevées à la hâte avant la destruction et installées dans le musée archéologique de Gaziantep. Et ce sont ces mêmes mosaïques qui servent maintenant à l'Etat turc pour attirer les touristes...
   "Zeugma Express ! Venez admirer les magnifiques débris des vestiges que nous avons détruits !"
   Ils peuvent bien tout détruire, mais leurs crimes sont inscrits dans notre mémoire. Et nous ne sommes pas prêts d'oublier.
© Michel Kisinis

Addendum
D'après l'Armenian National Institute (USA), la ville moderne de Birecik, très proche de Zeugma, fut un lieu de massacre et de déportation des Arméniens lors du génocide arménien. Et l'AGA (Allemagne) note que le barrage de Birecik a détruit la forteresse médiévale arménienne du monastère de Hromkla.

Libellés : , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-09-27

Grec ou pizza

Trois petits jeunes venaient de s'installer au comptoir, près de moi. Ils paillaient comme une bande d'étourneaux en quête d'insectes.
- On va s'faire un grec, hein ?
- Ouai !!! c'est pas cher à côté, 3,75.
- Trois grecs, ça fait euh... dix euros vingt-cinq !
- Mais non hé, comptes sur tes doigts, ça fait neuf soixante-quinze.
- On f'rait mieux de commander une pizza sur Internet. Chez Pizza Zut, t'en as deux pour le prix d'un !!!
Et là, sans me retourner, je dis à haute voix :
- Un grec vaut largement plus que trois blaireaux qui cherchent une pizza sur Internet.
Dodo, qui était en train de servir leurs demis, s'exclaffa bruillament.
- Eh euh, on est pas des blaireaux, nous !
- Moi, Monsieur, je nique ta mère !, me fit l'un d'eux en s'accompagnant d'un joli geste de la main.
- Bouffon, tu niques déjà la tienne. Ça t'suffit pas ?!!!
- Aaah !, fit-il d'un air effaré. T'es trop vulgaire, Monsieur. Moi, je parle pas aux gens vulgaires. Avec un air dégoûté, ils prirent leurs verres et allèrent s'installer à l'autre bout du comptoir, tout en me regardant bizarrement.
Je me tourna alors vers un Dodo hilare.
- Non mais, t'as vu cette jeunesse. Aucun respect ! Et c'est moi qui suis vulgaire !
- Tu devrais laisser tomber les conseils culinaires et te limiter plutôt à la poésie... et au café ! Il me resservit alors un autre café.
- Ces pauvres andouilles seraient capables de manger leurs propres vomis sans s'en apercevoir. Moi, en tout cas, j'ai bien envie de me faire un portugais aujourd'hui. Je mangerais bien un bon bacalhau.
- Michel, tu rêves là ! Il faudrait aller à Lisbonne pour çà.
- Ah merde... Et si je le commandais sur Internet ?!!! Tu crois qu'ils me livreraient ?
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-02-20

Artistes et spammeurs

   En plus du flot continu de spams pour des médicaments, des vitamines, des actions, des sites de cul ou de rencontres, des fausses demandes d'aide, je reçois aussi des spams de sociétés françaises qui veulent me vendre des machines-outils, des pompes hydrauliques, etc.
   Mais le pire, ce sont les messages provenant de certains artistes. Ceux-ci m'abonnent d'office à leur liste sans demander mon avis, certains de l'importance de leurs proses et de leurs œuvres. Et quand je me désabonne, pas de problème, ils me réabonnent aussitôt, craignant sans doute pour moi que je ne rate un texte "incontournable", une œuvre géniale. Et voilà, je reçois un paquet de textes interminables, illisibles, parfois risibles tout simplement, des méga-octets d'images... On veut absolument me forcer à lire et à voir. Je n'ai pas le choix. Et je n'ai pas intérêt à renauder, à protester contre leurs assauts, ou même à leur expliquer que... Peine perdue ! Il s'agit d'un véritable harcèlement.
   Sur la liste "Art Squat", j'ai dû désabonner quelques idiots qui s'amusaient à renvoyer des spams sur la liste. Alors là, quel salop j'ai été !!! Et quand, sur une autre liste, j'ai eu le malheur de rappeler à une amie le respect des règles, elle m'a envoyée trois longs messages pour justifier vainement son attitude... Pfou... même pas lus !!!
   Il y aussi ceux qui vous envoient un message où votre adresse apparaît en clair dans une très longue liste de destinataires. Evidement, dans le lot, il y en a toujours quelques-uns pour reprendre cette liste afin de spammer tout le monde. Et si vous avez le malheur d'écrire à l'expéditeur pour lui en parler, vous aurez droit à un message outré d'un gentilhomme offensé par votre grossièreté. Et il vous en punira durement par un bannissement à vie de sa liste. Cruel, n'est-ce pas !!!
   Je reçois aussi des messages de types qui racontent leurs phantasmes sexuels ou bien leur vie quotidienne d'artiste fortuné, d'autres m'envoient de longs textes indigestes. D'autres encore m'expédient des invitations sous forme d'images de plusieurs mégas, en double dans le message, et plusieurs fois... J'ai eu aussi droit aux délires de quelques-uns sur des complots internationaux, un autre m'a envoyé la photo de sa grand-mère qui était sûrement une brave dame, et une autre m'a envoyée des photos de chiens abandonnés. Malheureusement, ne pouvant déjà rien pour moi-même, je ne vois pas ce que je pourrais faire pour cet artiste niçois si malheureux, ni pour sauver cette femme qui affirme avoir été violée et implantée par les services français, ni même sauver des chiens handicapés. Et moi, à qui pourrais-je bien écrire ?
   Un autre artiste m'a abonné non seulement à sa liste de diffusion, mais aussi à son Groupe Google. Donc, à chaque que je reçois sa lettre, je reçois aussi un message de son groupe pour prévenir qu'il a envoyé sa nouvelle lettre. Y'en a qui ont franchement besoin de se faire soigner !
   La semaine dernière, j'ai été abonné à quatre listes de diffusion, et l'une d'elles par deux fois. Errare humanum est, sed persevere diabolicum est. Et je passe plus de temps à effacer tous les messages qu'à lire ce qui pourrait être intéressant. Temps démesuré, perdu, et que je paye... Je ne lis quasiment plus rien. Et je ne dois pas être le seul dans cette situation, car lorsque j'envoie un rare message à la liste de l'annuaire Art-Atlas.Net, presque personne ne le lit.
   A force d'user et d'abuser du courrier électronique, il devenu inutilisable, inutile et même nuisible. Perte de temps globale, ce n'est même plus la peine d'écrire ! Sauf peut-être à soi-même...
© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-10-17

Pagerank et objectivité

La course au Pagerank Google
   Le moteur de recherche Google a conçut un système de classement de popularité de sites, le "Pagerank", basé sur différents critères dont le nombre de liens provenant de sites différents et calculé par un algorithme complexe, chaque page d'un site ayant son propre Pagerank. Noté de 1 à 10, il permet d'être plus ou moins visible dans les résultats de recherche sur Google.
   Une frénésie irrationnelle domine ainsi nombre de webmestres à travers le monde, professionnels et amateurs étant réunis dans une même obsession. Elle les pousse à échanger le maximum de liens dans l'espoir de faire monter le PR de leur site, et par conséquence, le nombre de leurs visiteurs. Ainsi, les "webmasters" peuvent passer plus de temps à ce travail fastidieux qu'à augmenter ou à améliorer leur contenu.
   Mais il ne suffit pas de multiplier les liens entrants pour y réussir. Le calcul tient aussi compte du contenu respectif des sites... Et la progression sur l'échelle du Pagerank s'avére au fur et à mesure de plus en plus difficile. Le 8 de Pagerank du Louvre et du MOMA donne une idée de la difficulté.
   J'ai comparé trois sites français, de même catégorie et non commerciaux, avec quatres données différentes : a) liens entrants, b) liens sortants, c) Pagerank Google et d) classement de fréquentation Alexa.

      a)   b)   c)   d)
XXX   306   281   5   3.387.506
AAN   185   3030   6   682.425
KWA   87   344   5   1.077.224
Chiffres constatés le 14-10-2005.


Premier constat : XXX, le site qui a le plus de liens entrants n'a pas le meilleur PR. Son Pagerank est même égal à celui de KWA qui a beaucoup moins de liens entrants.
Deuxième constat : AAN qui contient le plus de liens sortants (normal pour un annuaire) a un PR de 6, alors que tout le monde s'accorde à dire que cela aurait un effet négatif sur le Pagerank...
Troisième constat : AAN, avec un PR 6 est le plus visité. Là, rien que de très logique !
Quatrième constat : XXX, qui contient le plus de liens entrants et le moins de liens sortants, est le moins visité. Ce qui contredit totalement les discours habituels sur le sujet.
Cinquième constat : KWA totalise une fréquentation plus que triple par rapport à XXX, alors qu'ils ont le même Pagerank. Ce qui prouve finalement que tout cela n'est pas aussi simple.

Un trou noir appelé "Google"
   En fait, le Pagerank affiché par Google n'est pas celui qu'il "utilise" réellement, alors que le résultat du tri opéré par l'algorithme du moteur laisse à désirer. Le problème est qu'il est impossible de savoir comment et pourquoi certaines pages n'apparaissent pas, ni dans le calcul du PR, ni dans les résultats des recherches, alors même que, peut-être, il en tient tout de même compte... A ce niveau d'incertitudes, on peut s'interroger sur la fiabilité de ce moteur de recherche hégémonique.
   Aujourd'hui, il est déjà stratégique d'apparaître dans les moteurs de recherche. Et à l'avenir, plus encore. Or, il n'est pas interdit d'imaginer dans un avenir proche un moteur international qui, sur ordre gouvernemental, gommerait de ses résultats certains mots, certains sites. Un manip sur un terminal, une modif. de l'algorithme et toutes les occurences de "kisinis" disparaitraient comme par enchantement. Et alors personne ne pourrait plus lire ses poèmes, ni admirer ses photographies. L'enfer ! "1984" n'est pas si loin !
   Alors que tous se battent pour la numérisation des livres, qui peut nous garantir réellement l'objectivité des moteurs ?

© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-10-01

Quand les blaireaux courent après le vomi du potier

   Alors que le vomi du potier inonde les supermarchés, après le tsunami de la bouillie du si vain code, je vous conseille de lire plutôt le livre de THTH, le crevard anti-HYPE : "Crevard" de Thierry Théolier
Voir aussi : Le site de THTHLe site Casseurs2hypeLe site du Syndicat du hype

© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-09-22

Sites d'art et positionnement

   Lors d'une discussion récente avec un ami à propos du positionnement de mes sites, celui-ci m'a donné l'idée de faire un comparatif de sites d'art à travers le monde. Il est intéressant de comparer tous ces sites, chacun ayant sa spécificité. Et j'ai ajouté à la fin deux sites, un français et un américain, qui n'ont strictement rien à voir avec l'art et la culture.

Art-Atlas.Net, annuaire spécialisé art et culture, France
   6   11.303   710.988
Artprice, base de données de ventes d'oeuvres d'art, France
   6   29.938   15.470
CNAP, institutionnel public, France
   6   5.631   12.140
Culture guide, institutionnel public, Grèce / Hellas
   7   89.623   76.291
Designfesta, portail, Japon
   6   21.799   125.650
Getty Musée, institutionnel privé, USA
   7   89.4511   21.130
Kisinis Web Art, site d'artistes, France
   5   36.161   1.161.833
Louvre Musée, institutionnel public, France
   8   255.027   16.710
MOMA Musée, institutionnel privé, USA
   8   348.519   17.745
Swissart, portail, Suisse
   6   9.999   834.500
The Art Gallery, portail, Australie
   6   62.246   184.032
TF1, chaîne TV pour blaireaux, France
   7   849.386   1.385
USA Today, quotidien pour blaireaux, USA
   7   17.627.240   219

* 1er chiffre = PageRank Google, 2e = popularité, 3e = classement Alexa
Chiffres constatés à la date du 22-09-2005. Les chiffres cités sont accessibles à tous par le biais de sites comme Alexa.
Le PageRank est un classement des sites établi par le moteur de recherche Google sur différents critères. Le chiffre de popularité indique la fréquence de la présence du site dans différents moteurs internationaux. Le classement Alexa est calculé sur la fréquentation des sites.

   Je tiens à préciser que tous ces chiffres sont valables pour ce qu'ils sont, les statistiques et les moteurs étant ce qu'ils sont... Il faut donc relativiser un peu tout cela. Mais il vaut mieux avoir tout de même un PageRank approchant de 10 (qui est le maximum) et un chiffre de popularité important. Le classement de fréquentation Alexa est inverse.
   La conclusion, qui n'étonne pas vraiment, est qu'il peut exister des différences notables entre les résultats et que nous devons éviter de mettre automatiquement en parallèle PageRank, popularité et fréquentation, les données étant de nature différente, et aussi plus ou moins fiables.
   Les résultats les plus étonnants proviennent du site hellène cultureguide.gr dont tous les chiffres sont assez hauts, explicables par la portée internationale du site et de la culture grecque, et sûrement aussi par la fréquentation de la diaspora grecque.
   Par contre, c'est sans surprise que l'on constate que les deux sites de blaireaux font les deux premiers scores en popularité et en fréquentation.
   Concernant le PageRank et la popularité d'Artprice, ses résultats sont tout à fait ridicules eut égard à l'ambition internationale de cette entreprise et au nombre d'informaticiens qui travaillent pour elle. Voilà un bel exemple pour la mise en parallèle des résultats...
   Assez logiquement, le Louvre, le Moma et le Getty Museum sont devant la plupart des sites d'art. Mais bonne surprise, le CNAP, malgré une popularité très moyenne, les dépasse tous en fréquentation. L'excellent contenu de ce site ne doit pas être étranger à ce bon score.
   Kisinis Web Art et Art-Atlas.Net font des scores honorables face à tous ces géants. Cela doit être à cause des milliards d'euros investis depuis tant d'années...

NB : j'ai volontairement omis de mettre l'url de certains sites commerciaux. ;)
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-09-19

Art Escroquerie From Nigeria

   J'ai reçu aujourd'hui ce message (en anglais) :
"Bonjour l'artiste,
J'aimerai commander pour mon prochain concours que nous voulons organiser pour les jeunes leaders de demain et l'événement a lieu à Lagos, Nigeria, 23401 et j'aimerai tout d'abord savoir si vous expédiez à Lagos, Nigeria, 23401 et j'aimerai aussi vous demander si vous acceptez les cartes de crédit comme le moyen de paiement.
Si oui est la réponse aux deux questions. Répondez-moi s'il vous plaît avec votre site Web et quelques informations sur vous."
   Si vous recevez un tel message, n'y répondez jamais et n'y allez surtout pas. Il provient d'une organisation criminelle et non d'un amateur d'art.
   Maintenant les escrocs nigérians ne se contentent plus des classiques histoires de la veuve du général Machin ou du neveu du gouverneur Bidule qui demande votre aide pour sortir 990 millions de dollars de son pays en échange d'un bon pourcentage. Ils suivent l'actualité et s'attaquent aussi à des créneaux plus spécialisés comme l'art.
   On pourrait peut-être leur envoyer des statuettes en plastique de Jean-Paul II.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-07-22

Poésie et référencement

Vous vous intéressez peut-être au référencement de sites, mais quand est-il de la poésie ?
1- NSP
2- J'en ai entendu parler dans la cour de récréation, il y a longtemps.
3- Je connais par coeur les chansons de Florent Pagny.
4- J'ai lu quelques recueils de poésie lyrique émouvants.
5- J'écris dans le métro des vers plein de mélancolie.

Choisissez la réponse qui vous convient le mieux et ajoutez-y un petit commentaire.
© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-07-18

La poésie du référenceur

J'égrène mes mots-clés.
De mon site, je diffuse les graines
Qui s'envolent dans l'éther azuré
Pour envahir les écrans du monde entier.
Et telle une vieille rengaine,
J'ânonne sans fin au clavier
Les formules souveraines.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-05-06

Trop dur positionnement !

Keyword Search Engine... Trop drôle, l'audit de positionnement !!!
Je viens de tester l'audit de positionnement de Keyword Search Engine
J'ai demandé l'audit du mot "peinture".
Voilà la réponse obtenue :
- Nombre de fois où la requête peinture a été saisie le mois dernier sur le Web (estimation) : 93 836
Notre diagnostic (intérêt du positionnement) : Le nombre de requêtes demandées sur le Web pour ce mot clé est très important. Un positionnement sur ce terme sera certainement très intéressant.
Nota : Ce diagnostic ne s'applique qu'à la partie "intérêt du positionnement"
- Nombre de résultats identifiés par Google pour la requête peinture : 3 500 000
Notre diagnostic (faisabilité du positionnement) : Un positionnement sur ce terme sur un moteur de recherche sera extrêmement complexe, voire impossible. Recherchez des mots clés qui génèrent moins de résultats sur Google.
Nota : Ce diagnostic ne s'applique qu'à la partie "faisabilité du positionnement"
- Intérêt et faisabilité du positionnement d'une page web pour la requête peinture sur les moteurs de recherche : (8/20)

La conclusion est donc qu'il serait trop dur d'obtenir un bon positionnement, même si cela serait "certainement très intéressant"...
Pour des mots peu usités, comme "aphérèse", là KSE nous répond "Un positionnement sur ce terme ne posera a priori pas de problème". ;)))
C'est trop drôle !
Je me demande si cet "audit" ne serait pas tout simplement un outil de découragement.
---
Note du 10-05-2005
Deux spécialistes du référencement m'ont répondus que c'était un outil d'encouragement.
J'ai répondu ainsi : " Franchement, je ne vois pas où est l'encouragement quand on dit que c'est "extrêmement complexe, voire impossible" et que l'"intérêt et faisabilité du positionnement" est faible et de conseiller de chercher d'autres mots-clé plus faciles.
Vous imaginez un peintre qui voudrait faire référencer son site par un professionnel qui lui répondrait que le mot "peinture" sera trop dur à référencer et qu'il devrait plutôt choisir un autre mot, "cromlech" par exemple...
Cela serait donc un encouragement aux webmestres pour qu'ils changent le contenu de leurs sites..."
Il y a une chose sur lequel on est d'accord : bien positionner son site nécessite labeur et ténacité.
... C'est quand même mieux que de s'acharner à peindre des cromlechs... ;)
© Michel Kisinis

Libellés : ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-04-12

La bise du teufeur

Dimanche dernier, j'ai participé au KarnageVal organisé par la Nuit des Meutes.
Plusieurs milliers de personnes ont défilés en République et Nation avec des grosses sonos pleines de teckno. Les participants étaient très colorés, déguisés ou non. Le Vent des steppes y était aussi. Pas mal d'étudiants et de lycéens.
Ma présence devait paraître un peu incongrue à certains. Pour moi, la défense de la liberté n'a pas de barrière, d'âge, de mode, de convenance... et de conventions bourgeoises... S'arrêter à ce genre de choses, c'est être primaire !
Un mec très jeune, ivre et se croyant mortellement drôle, m'a demandé si je n'avais pas de la drogue à lui donner. Je lui ai souris, mais un bon coup de santiag dans la tronche lui aurait remis les idées en place.
Avant d'arriver à la place de la Nation, il y eût un concert de Miss Hélium. Là, ça déchirait grave ! Costes a hurlé sa rage et sa révolte dans les rues de Paris. Vous n'êtes pas prêt de voir ça sur la TNT ! Moi, j'écoute Miss Hélium tous les jours.
A un moment, un des types qui s'agitaient devant comme un diable déchaîné est passé à côté de moi. Il me regarde et me demande "Vous savez pourquoi vous êtes là ?".
Je l'ai fixé gravement et je lui répondis : "Et toi, tu sais pourquoi tu es ici ?".
- "On manifeste pour la liberté de la musique et..."
- "Pas besoin de me faire l'article !", lui dis-je. "Je participe à la manifestation".
Et là, je lui sort mon beau flyer pour Kisinis Web Art et Art-Atlas.Net. Il le parcourt les yeux ahuris et se précipite brusquement sur moi pour m'embrasser sur la joue. Puis, s'éloigne tout joyeux en dansant une gigue endiablée au rythme de Miss Hélium.
Ah merde, si je pouvais faire cet effet à toutes les femmes... Euh, non, pas toutes... quelques-unes suffiraient !
© Michel Kisinis

Libellés : ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-03-24

Photo-passion et charge maximum

Ce soir-là, pour me détendre, je suis allé aux Acacias. Après avoir salué tout le monde, je commandais un express, pour changer. Puis, petit moment de détente pur, je mis une pièce dans le monnayeur et j'étreignis les angles froids du flipper. Et c'était parti pour une danse mécanique, ponctuée de cliquetis, de chocs et de bruitages électroniques.
J'étais en plein effort lorsque survint Jojo, l'air hagard, examinant tous les recoins du café, comme pour trouver une hypothétique muse qui, sous la torture, lui insufflerait quelles bribes d'inspiration. Il était essouflé.
- Michel, j'ai des tirages.
- Bonjour Jojo ! Eh alors ?
- Je peux te les faire voir ! Dis-moi ce que tu en penses, comme t'as l'habitude des appareils.
Je lâchai mon flipper et perdis toutes mes boules multiples qui allèrent s'engouffrer rapidement dans le trou final. Je jaugeai l'olibrius qui me demandait mon avis, non pas de photographe, mais d'utilisateur d'appareils... Mes sens m'inondèrent d'ondes négatives provenant d'un Jojo qui me tendait ses tirages avec un sourire niais.
- Tu sais, moi j'y connais rien en appareil de blaireau. Je suis seulement photographe.
Je pris le paquet et commençai à regarder, prenant l'air intéressé. C'était pathétique ! De pauvres figures blafardes traversaient des espaces colorés chaotiques. Tout était flou, à des degrés différents. J'avais envie de gerber sur ces tirages numériques pixellisés à mort par d'absurdes manipulations informatiques. Mais je fis tout de même l'effort de regarder tous les tirages.
- Alors ?
- C'est très bien.
- Ah bon, c'est tout ?
- Tu veux peut-être que je me mette à hurler à la mort ?
- Non, non, c'est pas nécessaire. Bon maintenant, je vais mettre ces photos sur mon site.
- Oui c'est indispensable pour que les gens découvrent ton oeuvre.
- Michel, j'aimerai bien que tu m'expliques quelle est ta passion dans tout ça ? Est-ce que Internet est une passion pour toi ?
Je fixa Jojo, et en une fraction de seconde, je décidais de lui délivrer la charge maximum, les yeux dans les yeux, d'un ton très dur, aussi dur que le titane du god que son patron lui mettait tous les jours.
- Je n'ai aucune passion pour le html, les pages web ou l'Internet en général. Ce qui me passionne, c'est l'Art. Et Internet est pour moi un outil pour diffuser ma passion, mon Art.
Il y eut un blanc. L'effet fut dévastateur. Une bonne part de ses connections synaptiques cédèrent sous la surcharge et des pans entiers de son esprit furent emportés. Les dégâts ainsi provoqués se lisaient sur son visage tétanisé. Il remua faiblement les lèvres, mais aucun son n'en sortit.
J'aurai pu appeler le SAMU, mais il était encore conscient. En tout cas, il gardait les yeux grands ouverts. Et le SAMU aurait refusé de le prendre en charge... Le Numérikeu avait encore fait une victime.
Ayant payé mon café, et le patron m'ayant rendu la monnaie, je sortis du bar, le coeur léger.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-03-16

Formation et déformations Internet

Au café, Bobo Blaireau m'avait demandé – supplié – de donner une formation à sa copine un samedi après-midi. Il avait finement ajouté qu'il était trop doué pour qu'une grosse pétasse puisse le comprendre... Ça commençait bien !
Le lendemain, à l'heure dite, je traversais la rue pour me rendre chez lui. Quand la porte s'ouvrit, je découvris une sculpturale naïade blonde qui embaumait le benjoin et la myrrhe.
- Bonjour, Michel. Je t'attendais impatiemment.
- Euh, oui, bonjour. J'étais stupéfait. Véronique, la copine de Bobo Blaireau, était à tomber par terre. Elle était dotée d'une paire qui me laissait sans voix. Et le reste était à l'avenant...
- Bobo m'a dit que vous aviez besoin d'une petite formation. Quelles sont vos besoins exactement ? J'essayais malgré tout de garder un ton professionnel.
- On peut se tutoyer entre voisin, hein ! Je voudrais que tu m'apprennes à télécharger des MP3 sur Internet.
- Ah oui, fis-je tristement, plein d'enthousiasme. Avant de télécharger, il faut d'abord apprendre comment utiliser Internet. Tu as déjà utilisée Internet ?
- Non. J'ai un portable Apple, je viens de l'acheter. Enfin, c'est à Bobo...
- Oui, l'autre jour, il l'a montré à tout le quartier. Même le gardien de l'Armée du Salut doit être au courant.
Nous nous installâmes devant le Powerbook et je commença par lui expliquer les bases de l'utilisation de l'ordinateur.
- Et là, cette fente, c'est le lecteur de CD. Tu introduis doucement le CD et il rentre tout seul.
Elle essaya, sans succès. Le CD ne montait pas. Rien. Je regardais sur le bureau du Mac, nulle part ! Au bout de quelques longues secondes de silence, j'avisais un bout de plastique qui dépassait.
- Véronique, il faut mettre le CD dans le lecteur et non sous le portable. Là, ça peut pas marcher.
Crise de fou rire. Son merveilleux buste était secoué de soubressauts incandescents. J'avais du mal à détacher mon regard de son doux corsage.
- Bon, revenons-en à nos moutons et j'inserrais le CD qui monta avec un bruit incongru.
Véronique observait attentivement mes gestes. Et à chaque fois qu'elle se rapprochait de l'écran pour mieux voir mes manips, son magnifique sein droit frottait contre mon bras gauche. Une furieuse envie de lâcher ma souris m'étreingnais douleureusement.
- Michel, fit-elle, là, j'ai deux fentes. Qu'est-ce que je fais ?
- Ah bon ?!!! Je détaillais alors sa généreuse anatomie. Où çà ?
- Mais, non, idiot ! C'est l'ordinateur qui a deux fentes. Elle me désigna le côté droit du portable.
- Il s'agit d'un orifice où tu peux introduire une carte mémoire.
- Et je peux en mettre une grosse ?
- Oh oui, une très grosse, si tu veux. J'étais mort de rire.
- Pfuu ! Franchement, t'es pas un formateur très sérieux.
- Ben, avec une élève comme toi, c'est difficile de le rester.
- Montres-moi vraiment comment utiliser cette foutue machine et tu pourra me faire un petit bisou.
- Avec la langue ?, risquais-je d'une voix hésitante.
Elle resta silencieuse, se voulant énigmatique, espiègle minaudière.
- Et un peu les mains aussi ?
- La récompense sera à la mesure de la formation.
Je m'accrochais à la souris qui semblait tout à coup gonflée sous ma main.
En fait, son esprit était aussi fin que sa poitrine était ample. Bobo Blaireau ignorait tout de la créature qui partageait son nid douillet. Véronique fut prompte à comprendre les bases du Mac qui étaient indispensables pour utiliser son petit Ipod chéri.
Puis aux tours qu'elle m'appris, succédèrent des vers passionnés qui l'enchantèrent.
- Je te croyais technicien hors pair et voilà que tu me charmes avec de doux vers, s'écria-t-elle et elle me roula un patin d'enfer.
Et mes mains s'aggripèrent une fois encore à ses formes si voluptueuses.
- Les apparences peuvent être trompeuses.
J'en tiens là la preuve la plus somptueuse.
Le technicien s'est épuisé à une tâche hardue,
Mais le poète s'enflamme sans fin devant ton cul.
Et là, comme aiguillonnée par mes vers, elle se jeta sur moi. J'hésite à conter tout ce qui se passa durant cet après-midi, si riche en baisers passionnés et subtiles caresses. J'en rêve encore...
Le lendemain matin, je retournais au bar des Acacias. J'avais bien besoin d'une bonne dose de café pour me réveiller.
Au bout du deuzième double, survint Bobo tout guilleret et très amical.
- Ah Michel ! Je ne sais pas comment te remercier pour hier.
- Eh bien, tu n'as qu'à me donner quelques gros biftons.
- Bien sûr, Michel. Véronique est ravie de ta prestation. Moi, j'arrivais à rien avec elle. Je dois être trop proche, et puis, entre nous, il faut être très très patient avec elle. Et surtout ne pas avoir peur de répéter les choses. Mais toi, c'est une de tes grandes qualités.
- Je suis très cher aussi !
- Pas de problème, Michel. D'ailleurs, j'aimerai que tu me fasses un petit forfait. Véronique se débrouille très bien tout seule maintenant avec son Ipod. Elle m'emmerde plus ! C'était le but de la manoeuvre. Il s'exclaffa, fier de lui.
- Mais j'ai toujours oeuvré pour l'indépendance des individus.
- Il faudrait quand même que tu complètes son initiation. Elle a besoin que tu lui apprennes Internet, un peu de bureautique et de multimedia.
- Je suis disponible les samedis après-midi.
- D'accord. Mais je suis désolé, je ne peux pas y assister car j'ai trop de boulot à ma boîte.
- Non, non, il faut pas. Tu risques de perturber l'attention de Véronique.
- Tu as raison. T'ai un vrai pro, Michel. J'ai envie de t'embrasser ! s'exclama-t-il. Les habitués du café se retournèrent tous.
- Ah non, Bobo ! Je ne me fais jamais payer en nature.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-03-11

Harcèlement numérique

Avec l'explosion du numérique et du volume des boîtes aux lettres, je reçois de plus en plus de messages contenant plusieurs Mo d'images, de fichiers "DOC", "RTF", "PSD", "PPS" et les inévitables "PDF". Certains envoient même leurs infos sous plusieurs formes pour être certains que leurs destinataires n'aient aucune chance de leur échapper. Et pour être vraiment sûr que je les reçoive, on me les envoie plusieurs fois, sans oublier ceux qui m'inscrivent plusieurs fois à leur liste de diffusion.
L'effet est inversement proportionnel au poids du fichier... Je les détruis souvent sans les ouvrir. De toute façon, je ne lis plus rien, je ne réponds plus à rien... Je ne réponds plus de rien !
A quand le logiciel pour filtrer l'inutile et le vain ?!!!
© Michel Kisinis

Libellés : , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-28

Une carte Vitale pour les cyberpunks

Au comptoir, toujours les mêmes disputes entre les habitués. L'équipe Machin contre l'équipe Bidule. Trouduc aurait dû faire ceci et ils auraient gagnés ces cons. Tous des incapables ! Interminables disputes sur les péripéties d'un spectacle joué d'avance – qu'eux, évidemment, ne gagnaient jamais.
Je m'étais mis à compter les bulles de la mousse de mon café. Je me disais que la petite cuillère ne convenait pas pour cette tache quand j'entendis derrière moi une conversation passionnée à voix basse.
- "Une fois que tu as créé ta clé publique avec GnuGP, tu va l'inscrire dans un serveur de clés. Comme çà tout le monde peut t'envoyer des messages cryptés", affirmait un type assis avec deux autres, les yeux rivés sur un micro portable.
- "Et la NSA ne peut plus mater nos messages !" fit l'autre, la mine réjouis en imaginant déjà les types de la NSA se casser les dents sur ses messages.
- "Et encore moins le KGB ! Aaaah !!! Ça m'explose !"
- "Et on peut l'ajouter à un... machin qui réunit toute une série de clés".
J'intervins pour aider ces petits chéris : "Oui, un trousseau !".
Les trois types se retournèrent vers moi, ahuris, me dévisageant. Je me présentais aimablement pour réchauffer l'ambiance : "Michel Kisinis, poète". Il y eut un silence lourd. Le plus jeune finit par dire : "Poète ?!!! Mouais... Nous on est des cyberpunks."
- "Des cyberpunks ! J'ai toujours rêvé d'en rencontrer. On dirait que vous êtes sur un truc chaud là... Je vois que vous êtes sur une connection telnet par ouifi."
- Désolé, mais on peut pas t'en parler. On travaille sur des projets qui impactent massivement les libertés individuelles et la diffusion des données personnelles des citoyens".
- "Ah oui, c'est trop grave ces sujets. J'aimerais justement vous parler d'un truc qui me turlupine depuis un bail".
- Nous, on s'occupe pas des problèmes de proxy pitoupi, répliqua le plus âgé. Adresses-toi à un technicien de Sur-coût, là où t'a acheté ton graveur à deux balles.
Là, j'ai eu envie de lui mettre ma tasse dans la gueule. Je pris sur moi.
- Je voudrais vous parler d'un problème plus important.
- Résumes alors ton histoire, ricana le petit jeune qui machonnait sa clé usb.
- Il s'agit de la carte Vitale. Est-ce que vous vous y intéressés en ce qui concerne la confidentialité des données et de la faiblesse de la protection du réseau Sésame ?
Les trois cyberpunks se regardèrent, un peu gênés.
- "Ben, je l'utilise".
- "Moi aussi ! C'est super pratique ! Avec mes gamins, je n'ai pas à faire l'avance des frais. Je donne ma carte et je paye rien grâce à ma mutuelle".
- Attendez, vous allez pas me dire que vous utilisez tous votre carte Vitale. Vous parlez de la protection des données et vous utilisez sans vergogne la carte la plus nase qui existe en France.
- Oui, je sais, mais c'est quand même bien pratique.
- En fait, vous avez croqué la carotte qu'on vous tendait et vous l'aurez bientôt dans le cul. Elle va être bientôt obligatoire. Toutes nos données personnelles seront bientôt largement diffusées sur un réseau sans protection sérieuse et les cyberpunks trouvent cela bien pratique.
- Non, on est sur des dossiers balaises. Rien à voir !
- Oui, bien sûr, fis-je en colère. Continuez à jouer à touche-pipi avec votre souris pendant que ces salopards livrent nos vies à tous vents.
Et je sortis du café en claquant la porte, emporté par l'hubris d'une juste colère, laissant derrière moi trois zigotos muets autour d'un portable futile.
En fin d'après-midi, je revins au café pour payer au patron le café que j'avais oublié. Dodo me demanda discrétement ce qu'il s'était passé avec ces trois types pour que je parte ainsi.
Je lui répondis : "Ils voulaient me vendre un CD remplie de mp3 de Florent Pagny".
Il éclata de rire : "Michel, la prochaine fois, tu me les envoies. Ma femme aime bien Florent Pagny". Et il me fit grâce du café... Je reviendrais.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-02-09

Cyberpunks contre Cyberblaireaux

Les aventures de Bobo Blaireau
ou l'odyssée du Numérikeu

Je touillais paisiblement ma petite cuillère dans mon café quand une voix trop entendue m'interpella au bout du comptoir.
- "Ah, Kisinis, y'faut qu'j't'vois !"
- "C'est bon, tu peux rentrer chez toi maintenant... fis-je aimablement".
Bobo Blaireau fouilla fébrilement son sac à dos tout encombré de son bureau sans papier.
- "Chais'plus où je l'ai mis... Je viens de lire dans une revue super bien informée que des types, euh... des cyberpunks, sont en train de mener une attaque de grand envergure contre les blogs. Ils détruisent tout sur leur passage".
- "Où as-tu lu cette nouvelle renversante ?"
- "Ah tiens la voilà !" Et il me tends un torchon dont la couverture aux couleurs criardes était couverte de titres racoleurs.
J'éclatais de rire : "Ah mais c'est Hackaka, l'Académie des Cyberblaireaux". J'en oubliais mon café qui refroidissait.
- "Tu sais, Kisinis, ils sont vraiment au courant de tout ce qui se passe sur le Net. Et même plus que toi !", fit-il exaspéré par mon rire.
- "Tu n'as pas tort, je ne suis au courant de rien, mais tout simplement parce qu'il ne s'y passe RIEN ! Dans la vie réelle, ni ton blog, ni ton avatar n'existent...".
- "Et moi, qu'est-ce que je vais pouvoir faire contre les cyberpunks ?"
- "Premio, les cyberpunks n'attaquent pas les sites de blaireaux. Secundo, ils ne sont pas violents. Et trito, arrêtes de lire ce torchon débile. Lis plutôt Ici Paris", ça serait bon pour ton coeur".
- "Michel, j'ai peur pour mon blog !". Sa voix tremblait sous l'émotion. "J'y ai passé des heures à écrire de longs poèmes d'amour".
- "Tu n'as qu'à le sauvegarder en FTP sur ton ordinateur."
- "Excellente idée !" Il posa son sac à dos sur le comptoir et souffla, rassuré. Il jeta subrepticement un coup d'oeil à la revue qui était maintenant à terre. Et ce fut un cri qui traversa la salle du café :
- "Et si les cyberpunks attaquaient aussi mon ordinateur ?".
Tous les clients du café nous regardaient fixement. Je serrais mes poings contre le comptoir.
- "En fait, Bobo, tu devrais faire attention. J'ai entendu dire que les cyberpunks utilisaient l'antenne d'une borne ouifi pour sodomiser leurs victimes".
- "Même pas vrai !"
- "Ah si, je l'ai lu dans Hackaka, l'Académie des Cyberblaireaux".
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2004-08-30

Les liens Blogs

Art Blogs Top List
Art Blogs Top List


Kisinis Art Blog sur BonWeb
Kisinis Art Blog sur BonWeb


Listed on BlogShares


This Feed Powered by FeedBurner.comFeedBurner.com



THE BOBs - Blogs




Annuaire-Sites-AND-Blogs


Annuaire RSS - DirRss.com


Add to GoogleAdd to Google


feeds2read


Annuaire WEDOO


boosterblog.com


Add to My Yahoo!


blogstreet.com


blogstreet.com


blogsweet.com


If you like our website,
please rate it at
FindingBlog.com




Un Blog
par jour


© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis