Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

Kisinis Web Art, le site des Arts et des Artistes

2010-02-11

Correspondances poétiques

Une petite fleur s'épanouissait en écrivant des poèmes de lumière.
Le poète fut ému et ébloui de tant de sentiments extraordinaires.
Bel échange poétique, me réjouissant
D'un être si sensible à mon écriture,
Et qui m'inspire tant et si joliment.
Je t'offre mes vers telle une parure
Dont je ceins avec bonheur ton front fier,
De mon audace, n'en sois pas si sévère.

De ces petites fleurs inspirées,
J'en hume la senteur, enivré
Par la splendeur et charmé
De leurs vers d'amour brodés.

Comment ne pas être inspirer par de si merveilleuses muses ?!!!
Ni mon esprit léger, ni mes sens aiguisés ne s'en abusent.
Le sage poète réponds en vers à ton attente et s'en amuse.

Ravi de trouver un joli esprit rieur,
Les mots viennent au rimailleur,
Par vagues, en rythme, plaisant labeur.
Merci, chère Célia, du fond du cœur.

Bercé par la musique sidérale, j'écris et je m'immerge dans l'espace profond, traversé par de gigantesques vagues de plasma et d'ondes cosmiques. Je me laisse porter par elles et les mots s'écoulent jusqu'à toi en virevoltant en nuées magiques. Je m'imagine tes yeux brillés à la lueur de ton écran, et étincelés par l'émotion ressentie à la lecture de mes vers.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-11-19

Rêverie en stage de droit d'auteur

   Sa longue chevelure aux reflets dorés ondulait gracieusement, encadrant un doux visage serein. Ses longs cils noirs semblaient battre au rythme de ses doigts fins qui tapotaient sur son clavier d'albâtre. Ses yeux bleu azur fixaient son écran, la mine concentrée. Et son profil hellénique, doucement éclairé par la lueur bleutée de son ordinateur portable, offrait un charmant spectacle.    Consciencieusement, elle notait règles et usages énoncés par la juriste. Et sur un fond sonore composé d'articles de lois et de jurisprudence, le poète se mit à rêver de muses dansant au beau milieu d'une prairie fleurie de l'Olympe sacré. Lyres, flûtes et tambourins résonnant à travers la vallée et les bois enchantés, où s'entremêlaient chants gracieux, cris voluptueux et rires joyeux. Des senteurs de jasmin, de thym, de romarin et de fenouil s'ajoutaient à la sublime myrrhe des déesses.
   “Le droit moral de l'auteur supplante les droits patrimoniaux”, s'exclama la juriste.
   Et les mots d'Horace me revinrent en mémoire : “Carpe diem, quam minimum credula postero”.
Outé mera, outé nikta, zoi exhassa.
   Plus tard, une artiste participant au stage, s'extasiant devant ma dextérité sur le clavier de mon portable, me demanda de lui donner mes notes. Je lui répondis franchement que je n'avais pris que très peu de notes, connaissant déjà bien le droit d'auteur, et que j'avais surtout écris un poème en prose. Cela fit rire tout le monde.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-11-09

Marées de larmes II

Une suffisance glaciale
   Malgré mon profond chagrin, j'abordais un autre rivage pour trouver l'affection et la tendresse qui me manquait tant. Mais là, je trouvais une Circé froide et dédaigneuse. Elle aimait ma compagnie, et appréciait de s'entretenir avec moi d'art, d'histoire, de parfums et d'encens. Nous partagions nombre d'affinités et nous allions ensemble visiter agréablement jardins, musées et expositions. Malheureusement, je ne pouvais même pas lui toucher tendrement la main sans provoquer en elle une irrépressible et furieuse colère.
   Le pire de cette étrange relation était, qu'ensemble, nous avions toutes les apparences d'un beau couple d'artistes. A l'occasion de spectacles et d'expositions, elle me présentait à ses amis, et je lui présentais les miens. Et tous étaient ravis de voir ma très chère peintre grecque en couple avec Michel Kisinis, le poète grec. Mais ce simple rôle de faire-valoir, sans aucun échange de tendresse, me faisait vraiment souffrir. Lorsque enfin je rentrais seul après ce genre de ballade, j'étais désespéré.
   Et à chacune de mes gentilles tentatives de rapprochement, elle me rejetait froidement, insensible et insouciante, telle une statue d'Héra, dont l'éclatant marbre blanc pailleté ne capterait même pas la chaleur de l'astre solaire. Le summum de cette triste mascarade fut lors d'une excursion à Auvers-sur-Oise pour visiter les lieux fréquentés par Vincent Van Gogh et par de nombreux autres peintres. Je me suis retrouvé abandonné par cette statue impassible et dure.

“J'errais les larmes aux yeux dans les rues d'Auvers-sur-Oise. L'automne faisait pleuvoir des vagues de feuilles roussies.
Et moi, je serrais des dents pour que mon désespoir n'inonde point la ruelle déserte. Mais une pluie fine tomba et me rafraîchit”.
   Alors, au bout de plusieurs mois de relations très culturelles, mais frustrantes au plus haut point, ma déesse glaciale m'offrit un élégant flacon d'eau de toilette au santal d'Australie afin de mettre fin à une relation qui n'avait jamais vraiment débuter. Ce parfum raffiné, boisé, me plut énormément, moi qui aime les senteurs orientales et fleuries, le benjoin et la myrrhe. Et pour conclure cet adieu bien anticipé, elle me dit sur un ton rassurant que j'étais quelqu'un de très fin et que je me suffisais à moi-même.
   Là, je ne pus retenir un franc éclat de rire. C'était tellement absurde ! Ma Circé polaire faisait de l'humour noir sans s'en rendre compte, ajoutant le ridicule à la cruauté. Pourtant si triste, cette idiotie me fit rire de bon cœur, alors que j'en souffrais tout en même temps, toujours fidèle à mon sacré sens de l'humour. Et mes yeux la fixant profondément, je lui répondis ironiquement : “Oui, bien sûr !”, un large sourire aux lèvres.
   Ma belle walkyrie orientale était complètement déstabilisée. Alors qu'elle avait préparé très soigneusement son discours de rupture à n'en pas douter, elle n'avait sûrement pas prévu qu'il me ferait rire. Telle est ma nature : totalement imprévisible ! De toute façon, je n'avais envie ni d'argumenter, ni de discuter. Lorsque l'on rencontre une telle personne, le mieux à faire est de la laisser dériver toute seule dans son océan glacial peuplé uniquement d'icebergs et balayé par des vents polaires, dans une obscure nuit sans étoile. Elle se suffit à elle-même !
   Le lendemain, elle m'envoya un SMS pour me prévenir qu'il y avait des moelleux au chocolat à deux euros chez Paul.
   Je lui répondis d'une petite poésie :
“Bien plus moelleux,
Et bien moins coûteux,
Est mon cœur amoureux”.
   Quelques jours après, je lui adressais un beau marque-page, acheté au Musée Daubigny d'Auvers-sur-Oise, représentant un magnifique décor mural avec des oiseaux s'ébattant dans un arbre. Au dos, j'écrivis : "Les larmes du poète sont douces, mais il n'y a personne pour y goûter. Kisinis".

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-10-23

Marées de larmes I

Un terrible chagrin d'amour
   Une tristesse infinie emplissait mon âme, n'en finissant plus d'aller et de venir, au gré des marées de mon cœur en souffrance. Des vagues de larmes ruisselaient en moi et me rongeaient les tripes, tel un acide. Je me repliais sur moi-même, miné par une douleur indicible.
   Sévère, elle m'avait dit qu'il fallait tourner la page. Mais cette page brûlait en moi. Elle avait tourné mon cœur, elle l'avait retournée, par sa tendresse et son amour infini.
   J'éprouvais une insoutenable nausée à me sentir ainsi bousculé. Maintenant, je devais couper ces liens, arrêter net le moteur de mes sentiments. D'après elle, c'était nécessaire, indispensable. Mais le moteur n'obéissait pas, ni à la raison, ni aux reproches. Ce satané moteur continuait à tourner, même privé de son inoubliable douceur. Ses maudits soubresauts n'en finissaient pas de relancer d'irrégulières marées de larmes qui se déversaient partout en moi, tels de gigantesques raz de marées emportant tout sur leur passage.
   Mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser tendrement à celle qui s'acharnait ainsi, tel Alexandre sectionnant de son glaive le nœud gordien... Elle avait beau y faire, mes sentiments restaient intacts.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-08-27

Elixir d'amour et noires banderilles

   J'avais versé un doux élixir dans sa bouche et ses appels enflammés ravissaient mon cœur épanoui. Dans ses oreilles, j'en versais aussi quelques gouttes et elle frémissait de plaisir en écoutant les vers que m'inspiraient son amour. Dans son troublant regard illuminé par mes paroles les plus tendres, je vis une passion sans fond et je l'étreignais avec encore plus d'ardeur.
   Mais, à présent, le silence me clout sur place, tel un papillon perdu dans une cité obscure et sans vie, une banderille noire plantée au plus profond de mon cœur. Elle m'a fait oublier un instant toutes les autres qui se sont ajoutées au fil du temps, plantées là souvent avec un certain sourire.
   Dans une fuite éperdue, aveuglé par la souffrance, le papillon finira par périr dans la poussière d'une ruelle déserte, mis en pièce, dépeçé par les mâchoires implacables d'une multitude de laborieuses fourmis. Ses poèmes s'évanouiront alors dans l'immensité de la nuit, perdus à jamais.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-08-14

Ma famille et le monde

   La famille, dit-on, est une porte ouverte sur le monde...
   Ainsi, ce fut d'abord ma propre famille qui m'a apprit certains aspects de ce monde : la bêtise, l'insatiabilité, la cruauté, la cupidité, la fierté amorale d'être implacable, sans pitié, sans scrupule, ni remord, avec une insensibilité diabolique face à la souffrance et à la mort, accompagnée d'une belle hypocrisie au discours conformiste lénifiant, sans oublier le plaisir sadique de voyeurs sans foi et des postures à la perfection mimées devant des autels consacrés, et le néant spirituel de vils esprits.
   Au fil des années, j'ai appris tout cela à mes dépends.
   Aurais-je été assez naïf pour chercher vainement en ce monde ce que je ne trouvais point auprès des « miens » ?
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-06-06

La détresse et l'amour

   Nombre d'individus prennent plus de plaisir à voir la détresse qu'à donner de l'amour. Il n'y a qu'à regarder le nombre de toutes ces émissions et revues qui déballent complaisemment toute la misère du monde. Devant le spectacle de la souffrance de l'autre, on s'en réjouit, on se sent puissant, supérieur et l'on en oublie ainsi sa propre détresse, sa misère et son impuissance devant l'implacable machine.
   Tels des porcs s'ébattant dans leurs bauges, beaucoup se complaisent à assister à des spectacles dégradants, avilissants, des violences, des crimes qui sont complaisamment mis en scène, et d'autres où le spectacle même est l'humiliation en direct de personnes en détresse. Viols et dissections de cadavres sont offerts aux yeux de tous avec un luxe de détails et un grand soucis de réalisme. Mais tout ce spectacle n'est pas gratuit, il participe à la désensibilisation de notre humanité, à nous habituer à la violence, à nous y accoutumer, telle une drogue. Chacun réclame ainsi sa dose quotidienne de crimes sanglants et retrouve alors une pitoyable sérénité par la mort hantée.
   On ne réclame pas d'émissions de poésie, ni de films romantiques, on exige des viols, des meurtres, des explosions, des destructions massives, toujours plus, toujours plus vite, accumulés en d'absurdes scénarios. Les cours donnés aux enfants mènent tout droit à cette demande. Ils n'ont pas d'atelier d'écriture, de chant, de musique ou de peinture. Non, on leur apprend la lutte, le combat, comment faire mal et terrasser son ennemi. On ne leur apprend pas comment créer de son esprit et de ses mains. Alors que l'on devrait déjà leur apprendre comment ne pas souffrir. Mais tant mieux, car il y aura toujours des spectateurs pour s'en régaler.
   Si tous possédaient la dose d'empathie nécessaire à une humanité consciente, le spectacle de cette souffrance humaine leur serait tout simplement insupportable. Où pourraient-ils aller alors pour y échapper ? Quelle thérapie devraient-ils ingérer pour en guérir ? Car, de toute façon, toute évolution est rejetée, exclue.
   Finalement, c'est à nous de supporter avec stoïcisme ces regards ravis et cruels devant notre propre souffrance, dans une attitude digne et hiératique... jusqu'à la mort.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-05-10

Le bain de terre

   Dans un petit jardin public, près de la rue de Tolbiac, je m'étais assis sur un banc pour lire les émouvants échanges épistolaires et amoureux de Jack London et Anna Strunsky*.
   Près de moi, un jeune moineau, à moitié couvert d'un fin duvet grisâtre, s'ébattait dans la terre en piaillant de joie. De son petit bec, tour à tour, il soulevait un peu de terre et fourrageait énergiquement son duvet caduc en battant des ailes, tout en sautillant d'allégresse au beau milieu d'un parterre de fleurs.
   Ce spectacle ravit mon cœur lourd. Une tristesse infinie l'avait submergé, englouti. Que m'aurait-il fallu pour m'en défaire ? Une large coupe d'hellébore ou bien un bain chaud parfumé de miel de thym et d'ambre doré. Mais aucune vestale sacrée embaumant la myrrhe ne vint pour me présenter de tels remèdes.
   Je n'avais qu'un carnet de notes romain, dont la couverture représentait le château Sant'Angelo à Rome, belle reproduction d'une gravure ancienne du XIXe siècle, et m'offrant ses pages blanches à noircir, telles les bras d'albâtre de Calliope m'apportant inspiration et tendresse.
   Je pris alors ce carnet vierge et commençais d'écrire. Il absorba toute ma peine et mon désespoir, et soulagea mon cœur meurtri. Je m'y plongeai, tout comme ce moineau s'ébattant dans la terre, et l'insupportable surplus de tristesse quitta mon esprit pour aller s'étaler sur les belles lignes grises, en formant de longues suites de gribouillis noirs et obscurs.
Le bain de terre pour le moineau,
Le bain de mots pour le poète qui désespère.

         Michel Kisinis

* "L'Amour et rien d'autre, Correspondance Kempton-Wace", Jack London et Anna Strunsky, Edition Phébus Libretto, 2008. L'écriture de cette femme est bouleversante, d'autant que cet amour a été un échec complet. Les deux auteurs, brûlants d'un amour passionné l'un pour l'autre, se sont révélés incapables de mettre en pratique leur propre idéal de l'amour développé dans ce livre. Ce ne sont ni les premiers, ni les derniers...
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-04-27

Amitié et Amour

Michel Kisinis, photographe et poete
L'amitié sublimée par l'amour est éternelle.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-03-29

Grave épidémie en France

Un complot du silence
   Depuis quelques mois, une épidémie s'est déclarée sur tout le territoire français. Elle touche actuellement des millions de personnes sans qu'on n'ait pu identifier le vecteur. Il semblerait qu'il s'agisse d'un virus étranger, et les barrières mises en place par le gouvernement n'ont pu l'empêcher de pénétrer en France. Cette information a été tenue secrète jusqu'à présent, mais, maintenant, il y a trop de gens touchés pour continuer de garder le silence sur cette catastrophe nationale. Des personnages haut placés dans le renseignement français m'ont contacté récemment et ils m'ont demandé de divulguer sur mon blog ces informations vitales que le pouvoir a voulu garder secrètes coûte que coûte. Cela explique le silence total des médias.

Toute la France est touchée
   Le vecteur inconnu de ce virus a réussi à propager l'épidémie à travers tout le pays, sans que l'on puisse déterminer son mode de diffusion, ni même savoir s'il touche aussi les pays frontaliers. Le nombre des personnes contaminées se compterait par millions, bien qu'il n'existe aucune statistique fiable, mis à part les rapports des agents des Renseignements Généraux.

Symptômes
   Ce virus inconnu provoque une amnésie partielle et quelques troubles intestinaux non létaux.
   Les symptômes atypiques présentés par les personnes contaminées sont récurrents et permanents :
– la mémoire n'est affectée que très modérément, le malade ne perdant la mémoire que pour un jour particulier : le 6 mai 2007. Et cette amnésie ne touche que certaines personnes ayant votées ce jour-là au deuxième tour des élections présidentielles.
– survient aussi une fièvre honteuse accompagnée de douleurs intestinales et de diarrhées, lorsque le malade regarde le journal télévisé ou bien lit son quotidien et constate la situation économique des Français, lui rappelant une réalité de plus en plus cruelle. De forts sentiments de culpabilité et d'angoisse peuvent potentialiser ces symptômes.
   Jusqu'à présent, aucun diagnostic vital n'a été constaté. Et il est encore trop tôt pour déterminer la durée, l'évolution et la conclusion d'une maladie qui semble devenir chronique chez tous les malades examinés.

Origines
   Le Professeur Eugène Karim Dupon, au Service d'exobiologie de l'ex-groupe hospitalier Pitié-Salpétrière nous a confié : "Nous n'excluons pas une origine extraterrestre pour ce virus furtif. Nous avons tenté d'appréhender son mode de diffusion. Il pourrait s'agir de matériel biologique transporté par une météorite, et résistant aux hautes chaleurs provoquées lors de son entrée dans l'atmosphère, et cela grâce à une enveloppe composite contenant en particulier du tantale, du carbone et du titane, et enrobée d'une importante masse de mélange gazeux en état de congélation".
   Malheureusement, le laboratoire du Service d'exobiologie a dû interrompre ses recherches sur ce virus, car son matériel le plus perfectionné a été revendu aux Emirats Unis à la suite du démantèlement du groupe hospitalier dans le cadre d'une optimisation des ressources de l'Assistance Publique. Le Professeur Eugène Karim Dupon se déclare impuissant, tenant entre ses mains les deux seuls outils qui lui restent : une petite loupe en plastique et un stylo Bic.
   Des vecteurs pathogènes particuliers sont suspectés dans la large diffusion de ce virus à travers la France. Il pourrait s'agir des pigeons. Mais certains suspectent aussi les blaireaux et les ânes. Mais, statistiquement, il est plus probable qu'il s'agisse des pigeons.

Un virus déjà connu
   Ce virus de l'amnésie aurait déjà frappé la France il y a quelques dizaines d'années, en 1944, pour être précis. En effet, lorsque les troupes alliées et les résistants ont libéré la France de l'occupation nazie, il a été constaté par les spécialistes que de nombreux Français étaient touchés par une amnésie partielle qui les empêchait de se rappeler de certains événements survenus depuis quelques années. Ce virus avait été alors beaucoup plus virulent qu'aujourd'hui, et les troubles plus importants. Cela peut aussi indiquer le caractère cyclique de cette épidémie qui pourrait peut-être avoir en France un foyer endémique dans une zone géographique non déterminée jusqu'à présent.
   De vigoureuses thérapies à base de corde et de plomb avaient été administrées à nombre d'entre eux, mais sans autre résultat que la mort rapide des malades. Vu le nombre très important de personnes contaminées à cette époque, le Général de Gaulle aurait décidé alors qu'il valait mieux oublier tout cela. Sur ses ordres, tous les traitements furent abandonnés et seuls les malades les plus gravement atteints furent isolés. Ce fait tenu depuis lors dans le plus grand des secrets m'a été révélé par mes informateurs.

Un SOS au monde entier
   Etant donnée l'urgence de la situation, et compte tenu de l'incapacité du pouvoir actuel a géré cette crise sanitaire majeure, tout comme celle de l'été 2003, je lance un appel de détresse afin que l'O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé) et Médecins du Monde envoient des équipes médicales à travers toute la France pour aider les françaises et les français durement touchés par ce virus.

   Je compte sur vous pour diffuser largement cette information en envoyant l'adresse de cette page à tous vos amis pour les avertir du danger qui nous menace :
http://www.kisinis.ch/art-blog-kisinis/art-blog-kisinis.html

   Et j'espère ne pas mettre ma vie en danger en dévoilant la vérité. En tout cas, je suis certain de ne pas avoir été contaminé par ce virus, car je me rappelle fort bien de cet après-midi du 6 mai 2007, lorsque je me suis rendu au bureau de vote pour le deuxième tour des élections présidentielles, dans mon ancienne école primaire. Et je me rappelle aussi fort bien pour qui je n'ai pas voté...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2009-03-23

Les larmes du poète

Les larmes du poète sont douces, mais il n'y a personne pour y goûter.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-09-07

La plus belle photo

Michel Kisinis, photographe et poete


Cette nuit, au café de la Place de la Contrescarpe, une amie peintre refusa que je la photographie. Elle tendit sa belle main vers l'objectif... Et voilà une magnifique photographie de main d'artiste courroucée par la désinvolte négligence d'un photographe qui oublie d'envoyer d'anciennes photos.
Mais la plus belle photo, le plus beau portrait que j'ai fait d'elle est en moi... Et elle l'ignore !


© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-04-05

L'amour du miel

Comment trouver un bon miel
   Avec l'expérience plusieurs fois millénaire de mes ancêtres dans l'apiculture*, je suis très difficile dans mes achats de miel. Ceux que l'on trouve couramment dans le commerce sont insipides ou carrément ignobles, telles ces pâtes blanchâtres vendues en pots dans les grandes surfaces, alors qu'ils ne sont que des produits traités industriellement.
   D'abord, le miel doit être le produit artisanal de ruches placées dans des régions chaudes et dotées de végétation variée et fleurie, sans pollution industrielle. On préférera les plantes aromatiques méditerranéennes comme le thym, le romarin, la sauge, l'origan, le basilic, etc, qui donnent un miel plus fin à l'odorat et au goût. Par contre, le pin, l'eucalyptus et l'acacia donnent des goûts plus corsés. Le miel provenant de régions froides et très industrialisées est à proscrire complètement, non seulement pour des raisons gustatives, mais aussi afin d'éviter d'absorber des produits toxiques.
   En Europe, les régions les plus chaudes de Grèce, d'Espagne et d'Italie produisent d'excellents miels. L'un des meilleurs en Europe est celui de Kalymnos, en Grèce. Le plus chère au monde est celui du Yemen. Mais je n'ai jamais eu l'occasion d'y goûter.
   Beaucoup d'artisans et tous les industriels gonflent leur production en donnant trop de sucre à leurs abeilles. Cela donne une mixture plus proche de la confiserie que du miel. Le sucre doit être donné aux abeilles par l'apiculteur lors des périodes de froid, sans fleurs à butiner, pour ne pas épuiser complètement le miel qu'elles produisent. Si vous donnez du sirop à vos abeilles tout le long de l'année, et bien elles n'iront pas ou peu butinées dans les campagnes et produiront un miel sans intérêt. Autant croquer des morceaux de sucre, au moins on sait exactement ce que l'on mange.
   La palette de couleurs d'un bon miel est large. Plutôt brun, doré, jaune doré, selon les régions et les plantes butinées. La consistance est presque pâteuse, mais encore liquide, très épaisse. Le miel doit être presque translucide.

Contrôler la présence de sucre
   A l'achat, on ne peux pas voir si le miel est un concentré de sucre, à moins de voir les cristaux de sucre. J'ai déjà vu de tels miels dans des magasins. Alors vous devez tester le miel que vous avez acheté en plaçant le pot dans le réfrigérateur. Si le miel contient trop de sucre, il cristallisera sous l'effet du froid. Le bon miel artisanal supportera cette épreuve avec peu ou pas de cristallisation et restera plus ou moins liquide.

Deux recettes simples pour vous régaler
– prenez des amandes et plongez-les dans du miel. Et puis, mangez-les !
– mélangez bien du miel avec de la pâte d'amandes ou de noisettes (pâte brute, sans sucre) pour en faire une pâte bien homogène et dégustez.

   Une précaution à respecter pour conserver votre miel : pour vous servir, utilisez toujours une cuillère propre, sinon vous risquez de contaminer le miel avec des bactéries (votre bouche en est pleine), et il "tournera".

La sensualité du miel
   Lécher une cuillère de miel est un acte qui se révèle terriblement sensuel. Si le miel est naturel, épais, votre langue va bien insister dans le creux de la cuillère. La pression exercée et la chaleur de votre organe vont vous permettre de récupérer tout le miel qui y est resté coller. C'est un peu comme lorsqu'on léche le pubis bombé de la femme de son cœur, ses lèvres s'écartent doucement et, avec une langue de velours, on cueille amoureusement son miel, telle une abeille sur une fleur de jasmin à peine éclose, envoûtée par son parfum entêtant.

      Michel Kisinis

* C'est Ovide, dans ses "Métamorphoses", qui parle de Kalymnos, fertile en miel, alors que Dédale et Icare la survolent. Publius Ovidius (43 av. J.-C./17 ap. J.-C). "Les métamorphoses", Ovide, Ed. Gallimard, Folio, 1992.
Hérodote (482/425 av. J.-C.), dans son "Histoire", parle des bateaux de Kalymnos qui avaient été contraints et forcés de participer à la guerre de l'Empire Perse de Xerxès, contre les Grecs, aux côtés de la flotte phénicienne. Ce ne fut pas la seule fois que les Kalymnotes furent obligés de fournir marins et bateaux à des ennemis des Grecs. Alexandre fit de même bien plus tard (vers 334 av. J.-C.) pour aller attaquer les armées perses. "Histoires d'Hérodote", L.C. Colomb, Editions Hachette, 1882.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-03-31

Le thé à deux

   Marie m'avait conseillée de lire "les petits oiseaux" d'Anaïs Nin. C'était vraiment très excitant comme lecture... Ma lectrice m'écrivit ensuite qu'elle voulait avoir un "thé à deux" pour pouvoir lire ce livre avec moi ! chez moi : chacun à notre tour, nous lirions une page, tout en buvant du thé à la menthe, entourés de volutes d'encens, de jasmin, de benjoin et de musc, avec en fond musical la voix de Georges Dalaras. Elle remonterait ses jupons rouges et violets, et mon chat Aris ronronnerait sous la caresse de ses doigts... Après une longue hésitation... d'une fraction de seconde, j'acceptais sa proposition.
   Quant elle vint enfin me voir avec son livre, quelques jours plus tard, je préparais fébrilement le thé et mis du benjoin, du musc et de l'ambre doré dans mon brûle-encens. Un nuage de fumée au parfum entêtant envahit le salon et je lui dis en souriant :
– Ah, petite friponne ! Maintenant, nous allons boire ce thé brûlant avec du miel grec, de la cannelle et de la muscade.
   J'y ajoutais aussi un peu de noix de tonka au goût exotique si vanillé. Ses sens allèrent alors être exacerbé par toutes ces épices, fin prête à la volupté.
   Marie était radieuse. Elle s'était installée confortablement sur le canapé et avait enlevé ses petits escarpins noirs. Elle me regardait préparer tout ce rituel avec un tendre sourire. Nous bûmes tranquillement notre thé tout en nous dévorant des yeux, n'osant pas encore nous toucher. Puis, elle commença à lire son livre et l'excitation s'amplifia très rapidement. Et je commençais à œuvrer sensuellement à ses côtés... tous deux enivrés par les effluves de l'encens et de l'amour. Je parfumais sa tendre nuque de santal blanc avant de la mordre amoureusement. Mais je la mis en garde de ne point laisser son émoi interrompre sa suggestive lecture, malgré toutes mes douces tortures, sous peine de gages de luxure.
   Relevant peu à peu ses légers jupons fleurant bon le jasmin, mes baisers l'enflammèrent. Et c'est elle qui ronronna sous la caresse de mes doigts pénétrant doucement son tendre sillon. Sa belle culotte de satin glissa lentement le long de ses cuisses, frémissantes sous de plaisantes morsures. Et son livre tomba à ses pieds, sur sa culotte mouillée.
   Nous bûmes dans une même coupe du vin de Samos, additionné de miel et de myrrhe. Et une divine ivresse nous emporta très loin.
   Marie me livra alors sans combat ses doux et chauds atours. J'y répandais de l'huile d'argan afin de la masser avec amour. Je les pinçais malicieusement, prenant grand plaisir à les voir gonfler et durcir entre mes mains joueuses, aidées de langoureux et humides suçons. Je dégustais goulûment ce mets de choix où s'étaient mélangés le goût de ses mamelons et celui des noisettes grillées de l'argan. Les yeux mi-clos, Marie gémissait doucement tout en se caressant gentiment la fente.
   Puis, je fis couler un long filet de miel chaud sur son ventre en feu, que je léchais avec avidité pour mieux le livrer à sa langue gourmande. Nos langues se lièrent ainsi avec passion, s'échangeant avec frénésie nos joies et nos saveurs.
   Son émoi la fit chanter une ode d'amour enflammé et, sur l'air mélancolique d'un rebetiko, l'agrippant par les hanches, je la retournais pour enfin la prendre avec encore plus d'ardeur. Ses gémissements accompagnèrent mes halètements et elle s'offrit plus encore à ma terrible étreinte. D'une main caressant son sein rond, et de l'autre son merveilleux bouton, je la pénétrais au plus profond. Ses cris se mêlèrent à mes râles, et nous jouîmes ensemble dans un fort mouvement, rythmé d'intenses spasmes qui nous laissèrent épuisés et heureux.
   Finalement, nous avions bien vite oublié son livre pour écrire le nôtre.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-03-16

Docteur Kisinis

   Ma chère et douce Flora,
   Je vais être franc avec vous. Vous avez besoin d'un bon régime !
   Oui, vous avez besoin d'un régime complet d'Amour !
   Il doit être composé des éléments suivants :
– de sentiments passionnés,
– de tendres baisers,
– de charmantes caresses,
– de doux regards,
– de petites morsures,
– d'affection sincère,
– de larmes de joie,
– de massages torrides,
– de mots câlins,
– d'extase sans fin,
– de chaleur intense,
– et, sans oublier, de poésie amoureuse.
   Ma prescription est sans limitation de durée, à prendre à doses massives. Ne pas hésiter à dépasser les limites convenues.
   La liste n'est pas exhaustive.
   Je peux vous délivrer l'intégralité de cette ordonnance quand vous le désirerez, à domicile.
   Cette thérapie n'induit aucun effet secondaire, si ce n'est l'Amour le plus total.
   Mon service amoureux est gracieux et sans frais, fonctionnant sur la base d'une réciprocité complète et entière.
   A votre service !
      Votre dévoué et tant épris,
      Michel Kisinis
      Diplômé de l'Ecole de Médecine douce d'Aphrodite

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-03-09

Kisinis en vente sur Internet

   Tôt ce matin, je me suis connecté à Facebook pour voir mes nouveaux messages. Je commençais à être harcelé par des spammeurs professionnels et des fans de l'avocat d'affaires. Je ne sais pas comment ces gens avaient pu croire un instant que je pouvais accepter leurs demandes d'amitié. Ils avaient sûrement visité mon site avec leur moniteur éteint ou bien avec un smartphone.
   Aujourd'hui, je n'avais aucune nouvelle proposition absurde. Mais une ligne ressortit dans la liste des infos : une nouvelle de "Friends for sale". Ce jeu dans Facebook permet à chacun d'acheter et de revendre virtuellement ses ami(e)s. Je trouvais ce jeu franchement immoral et ne l'utilisait que très peu... n'ayant pas pu m'en empêcher.
   Et là, je vis que Flora venait de m'acheter comme "pet", animal de compagnie. C'était la première fois que l'on m'achetait... Je n'aurai jamais imaginé l'effet que cela pouvait provoquer en moi. Je sentais sa main étreindre mon bras, ses boucles blondes me frôler, son parfum subtil et discret m'envahir. C'était comme si elle m'avait mordue tendrement dans le cou. Et j'en étais tout ému...
   J'aurai bien aimé l'acheter à mon tour, et d'ailleurs – franchement – j'y avais déjà pensé depuis un moment... mais le prix d'achat de Flora était prohibitif, et moi, dans ce petit jeu très pervers, je ne disposais que d'une somme complètement dérisoire... Quoi de plus normal pour un poète !!!
   Je me rabattais alors sur "La Vie Réelle"... A notre prochaine rencontre... bientôt... je lui rendrais peut-être sa petite morsure au centuple...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-03-04

Amour et thé vert

   A défaut de m'avoir donné son amour, Ilissa m'avait donnée une boîte de thé vert à l'anis. Cet après-midi, j'ai fini par l'ouvrir, le cœur emplit de tristesse. J'ai extrait un sachet et je l'ai plongé dans l'eau chaude. Je le regardais s'y enfoncer et j'imaginais que c'était elle que je tenais ainsi. L'eau chaude ne pouvait que réchauffer ses sens et son cœur.
   Alors que l'eau s'était teintée rapidement, j'ajoutais trois cuillères de miel grec pour la rendre moins amère, et une bonne pincée de cannelle pour la rendre plus douce, tout en étant épicée.
   Quand je bus enfin ce thé, une agréable chaleur envahit mon corps, puis mon esprit. Et je serrais si fort ce bol si chaud...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-27

Amour et livraison

   Des fois, l'amour, c'est comme la Poste... Le colis est livré au mauvais destinataire. Le malheur est que vous vous êtes vous-même trompé de destinataire, la Poste n'y est pour rien...
   Alors que vous êtes obnubilé par une dame avenante qui vous lance des œillades langoureuses, vous ne voyez pas la femme discrète, silencieuse, qui se tient juste à côté, timidement, et qui va pleurer en cachette.
   Ce que vous voyez est factice, et ce que vous ne voyez pas est bouleversant...
   Et le meilleur remède à l'amour est l'amour.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-22

La vie nouvelle d'Orhan Pamuk

   Je viens de lire "La vie nouvelle" d'Orhan Pamuk, écrivain turc, prix Nobel de littérature en 2006, publié chez Folio. C'est une histoire d'amour émouvante, pleine de tristesse, de mélancolie et de poésie.
   Voici deux citations qui m'ont marqué pour des raisons politiques :
– "Le fait que les qualités de cette arme aient été éprouvées depuis tant d'années par tant d'amateurs de la gâchette, militaires, veilleurs de nuit, policiers ou boulangers, sur les corps d'un grand nombre de rebelles, de voleurs, de séducteurs, d'hommes politiques ou de crève-la-faim, lui accordait à mes yeux un intérêt particulier".
– "Ceux qui remarquent avec surprise que, dans les pays musulmans, les rayons des bibliothèques sont remplis de livres où foisonnent les commentaires et les annotations manuscrits devraient, au lieu de s'en étonner, lancer un coup d'œil aux multitudes d'hommes brisés que l'on croise dans les rues".

   Orhan Pamuk a fuit la Turquie en 2007 après avoir été harcelé par le gouvernement et avoir reçu de nombreuses menaces de mort...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-17

Passion et noisettes

L'amour rend bête, dit-on. Moi, la passion me rend meilleur, elle m'apaise et exacerbe mon empathie.
   Alors que je commençais à lui caresser tendrement le bras, Ilissa ne réagit pas. Elle jouait à merveille son rôle de statue de marbre. Elle me parlait calmement, mais l'émotion submergeait ses sens, sa voix avait changée. La douce caresse de mes doigts sur sa peau fine continuait, et je sentais bien que mon geste la bouleversait, mais elle n'en laissait rien paraître, du moins le croyait-elle... J'aurais voulu la prendre dans mes bras, mais nous n'étions pas seuls à cette soirée. Mon amour marmoréen avait intelligemment organisé ce dîner de façon à ce que je ne puisse pas lui sauter dessus... De toute façon, je n'aurai jamais fait cela... Je le jure !!!
   Entourés d'amis, nous étions côte à côte, nous touchant très tendrement et très discrètement, comme des adolescents. Ma frustration était à son comble, et, malgré tout, ces petits gestes de tendresse me ravissaient. Nous nous regardions avec amour et son cœur devait battre aussi fort que le mien, alors qu'elle s'efforçait de conserver une attitude désinvolte, empreinte d'une grâce toute naturelle.
   Ilissa faisait systématiquement semblant de ne pas s'intéresser à moi, alors qu'elle n'avait de cesse de m'épier sur Facebook et de lire sur mon blog les poèmes enflammés que j'écrivais pour elle. Elle faisait comme si elle ne les avait pas lu... Alors, qu'en fait, mes vers avaient dû la transpercer de part en part, tel un destroyer atteint par un missile Exocet. La soute à munitions avait alors explosée, répandant un feu intense... Et ma magnifique Ilissa serrait des dents... presque impassible.
   A l'heure du départ, elle me demanda :
– Michel, pourquoi m'as-tu offert ce paquet de noisettes ? Elle était fort intriguée par mon curieux cadeau. En plus, il faut casser les coques pour les manger. C'est pas pratique !
– J'aimerai que tu me casses les noisettes, Ilissa.
   Elle éclata de rire, surprise de cette réponse inattendue.
– Ah bon, je ne te les casse pas assez ! s'exclama-t-elle, incrédule.
– Non, pas assez...
   Dans l'ascenseur, je la coinçais dans le fond de la cabine, appuyant mon corps contre le sien et je lui pris la main tendrement. Elle ne broncha pas. Je l'aurai bien prise dans l'ascenseur, comme une bête, mais il y avait toujours ce foutu ami avec nous. Alors, nous nous quittâmes tristement dans la nuit, une nuit glaciale où, après, des rêves intenses me tourmentèrent sans fin. Des rêves où une statue sensuelle et chaude venait abuser de moi...
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2008-02-14

La statue de marbre

J'effleure son genou discrètement.
Mon cœur bat la chamade, je défaille.
Mais elle ne réagit point, et aucun gardien de musée n'intervient,
Et aucune sonnerie d'alarme déclenchée par mon rythme cardiaque.
Ma muse reste de marbre, les yeux dans le lointain.
Et moi, je pleure de mon adoration idiote pour une belle statue de marbre.
Peut-être faudrait-il un grand four à micro-onde pour la réchauffer suffisamment.
Peut-être faudrait-il aussi des balles perforantes pour atteindre son cœur.
Peut-être quelques larmes seulement suffiraient à fendre cette dure carapace ?
Une envie folle de la mordre tendrement m'étreint et me submerge.
C'est sûr, je vais m'y casser quelques dents...

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-12-04

Rapports humains

   Croyant honorer respect et fidélité, d'aucuns vouent un culte démoniaque à la soumission et à la servilité.
   Le mépris doit être à la mesure de leur pouvoir.

---
Human relations
Believing to honor respect and allegiance, some dedicate a demonic cult to the submission and the servility.
Contempt has to be for the measure of their power.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-12-02

Des raisins trop verts

   Récemment, je visitais avec un ami journaliste l'exposition des dessins du peintre Polidoro da Caravaggio au Musée du Louvre. Nous regardions avec admiration les œuvres accrochées aux cimaises, lorsque notre attention fut attirée par une femme qui passa près de nous. L'inconnue détaillait chaque dessin d'un regard très professionnel, une peintre peut-être. Je me mordais la lèvre... Je jetais un regard interrogateur à l'ami journaliste. Celui-ci fit une moue dédaigneuse et me souffla à l'oreille :
- Elle n'est même pas belle !
   Je regardais de nouveau la femme qui s'éloignait en ondulant grâcieusement, avec sa robe qui tournoyait de tous ses volants, laissant derrière elle un sillage de senteurs d'ambre et de musc.
   En humant ce délicieux parfum qui me rappelais tant l'Orient, les yeux rivés sur sa belle silhouette, je répondis :
- Tu as raison, Maître Renard, ces raisins sont bien trop verts.

07-12-2007 – Sur Facebook, j'ai ouvert un groupe de discussion "Poésie en ligne" afin parler de poésie :
Poésie en ligne sur Facebook
Vous pouvez m'écrire pour que je vous envoie une invitation pour l'inscription.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-09-30

Avocat d’affaires et chiens dangereux

   L’avocat d’affaires va nous protéger des chiens dangereux… mais qui nous protégera de lui ?
© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-06-24

En traversant le pont de Choisy-le-Roi

pont de Choisy-le-Roi

   Hier, traversant le pont de Choisy-le-Roi pour aller voir l'exposition de Laurence, j'ai senti mon cœur se contracter à la vue du paysage de désolation.
   Tout n'était que cubes de béton et ordures là où j'avais connu maisonnettes, champs, vergers et herbes folles.
   J'ai détourné le regard pour ne plus voir ce sinistre spectacle et je vis ce fauteuil vide au faîte d'un élément d'arrimage rouillé, au bord de la Seine, près du pont.
   Il me divertit un instant de ce paysage déprimant... un instant seulement...

© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-05-21

Pourquoi j'ai accepté

Pourquoi j'ai accepté de soigner les hémorroïdes de Nicolas
Par Narbé Trocher*
   Conflits moraux ou émargements publics, j'ai toujours été et je demeure un militant de tous ces combats qui souvent ont fait la grandeur de ma carrière. Depuis 1968, j'ai agi pour la défense des mêmes idéaux. Aujourd'hui, Sinistré, j'ai décidé de développer largement ce travers.
   Après quarante ans d'action humanitaire et de batailles politiques, nous allons poursuivre nos efforts en soutenant une mondialisation implacable et en retrouvant pour ma carrière l'ambition que lui assigne l'histoire.
   J'ai été et je demeure un homme libre, un social-libéral. J'ai participé à la campagne de Ségolène Royal et j'ai voté pour elle aux deux tours de l'élection présidentielle bien qu'elle me semblait représenter une tare pour la gauche. La France a flanché : je vais arrêter de réfléchir et me battre avec tous les amis de Nicolas pour qu'existe enfin un parti social-libéral français.
   Les hémorroïdes de mon nouvel ami ne sont ni de gauche, ni de droite. Avant toute intervention chirurgicale, il faudra essayer des thérapies novatrices. Afin d'éviter toute plèbe envahissante, nous combattrons les fluxions par le nettoyage au Karcher. Nous n'avons pas les mêmes pratiques et voilà qui annonce, j'espère, d'heureux changements de style et d'analyse. Cela se fera avec un minimum de douleurs.
   Je sais que certains de mes nouveaux amis me reprochent mes anciens engagements. A ceux-là, je demande un délai : mon arrogance et ma suffisance s'enflent à vue d'œil. S'ils me prennent un jour en flagrant délit de gonflement, je leur demande d'évacuer de tout urgence. Mais je garantis que j'aménagerai le ministère en conséquence.
   N'ayons pas peur des mots ; regardons les choses en face. Je fais partie d'un gouvernement réuni pour agir et être utile à la ploutocratie française, européenne et mondiale. On me récompensera pour mes résultats.
*Sinistré des Affaires socialistes

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2007-03-16

Mon chat, Plutarque et moi

Michel Kisinis, photographe et poéte

   Mon chat, accoudé au dictionnaire Littré, était en pleine réflexion sur les écrits de Plutarque à propos des femmes de l'Antiquité.
   Il me rappela l'histoire d'Aspasie, la belle Ionienne aux yeux de vache, une courtisane maîtresse de Périclès, chez qui même Socrate se rendait. Elle enseignait l'art oratoire.
- Ah oui ! je lui répondis. Je vois bien de quel genre d'art oratoire il s'agit. Cela me rappelle une maxime d'Epictète : "Si je résiste à une belle femme qui est prête à m’accorder ses faveurs, je me dis à moi-même : Voilà qui est bien, Epictète. Cela vaut mieux que d’avoir réfuté le sophisme le plus subtil".
   Vexé, Aris se mit à grogner tout en me regardant méchamment de travers.

© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-12-24

Dessins bien doux !

   En revenant de la visite d'une exposition du Cabinet des Estampes, au Louvre, Marie m'avait invitée à venir voir ses nouveaux dessins chez elle, tout en buvant une tisane bio. Elle s'était mis à parler sans fin sur le prix exorbitant des fournitures, les pinceaux, les brosses, les cadres, les pigments, etc, sans même me montrer une seule de ses œuvres.
   Un peu lassé, je lui coupais brusquement la parole :
- Bon, ben, maintenant montres-moi tes seins !
   A peine avais-je prononcé ces mots, je me sentis rougir profondément.
- Euh, Marie, excuses-moi, ma langue a fourché. Je voulais dire "montres-moi tes dessins !". Je transpirais, très gêné.
   Marie s'était crispée et me fusillait du regard.
- Ah, Michel, tu peux te brosser pour les voir, mes seins !
- Il existe sûrement une brosse pour arriver à mes desseins, fis-je en lui prenant gentiment la main pour l'embrasser. Ce geste la calma et elle me laissa continuer.
- Quel libidineux poète !
- Petite fée, tu confonds luxure et passion !
- Oh ! Tu pourrais alors me brosser avec un joli costume de fée.
- Malheureusement, je ne sais pas du tout dessiné. Mais je peux habiller une jolie fée d'une broderie ouvragée de vers, de sentiments et de sensations.
   A ces mots, elle resta coite, subjuguée. Ma broderie commença alors inopinément.
Mes mains enflammèrent ses dentelles. Et je saisis tendrement ce qu'elle ne voulait point montrer.
Sa fine peau blanche était un beau parchemin sur lequel j'écrivais des vers muets et passionnés.
Quelques mots doux, et nos sentiments nous avaient emportés loin du rivage de nos conventions.
La petite fée suivait malicieusement l'envolée de mes rimes, exacerbant nos mutuelles sensations.

   Bien plus tard, au seuil de sa porte, elle me retint un instant.
- J'aimerais beaucoup que tu écrives un beau poème pour moi, Michel. Cela me ferait très plaisir.
- Tes petits seins blancs, de maintes façons je les honorerais.
   Elle gloussa et me roula un patin d'enfer. Je sentis à nouveau la douce chaleur de son corps contre moi.
- Michel, je t'appelerais dès que tu me l'aura envoyé par mel. N'oublie pas, hein ! Elle minaudait, aggrippée à mon bras.
- N'aie crainte, ma petite fée. Ton poème sera sur mon blog avant la soirée.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-11-06

Des vers hachés au menu

   Il y a quelques jours, j'étais invité par un ami à une soirée de poésie. Il me proposa de venir avec quelques-uns de mes poèmes. J'acceptais sans enthousiasme, me remémorant une autre de ses soirées où un pauvre crétin s'était mis à chanter des vers à la gloire du ballon de football, d'une voix affreuse, le regard halluciné et le geste chaotique après tant de verres consommés. J'étais parti, horrifié et furieux, en disant à un autre poète qu'il ne pouvait avoir de lieu pour accueillir en même temps mes textes et un poème sur le foot.
   Cette fois-ci, le fan de foot n'était pas là. Il devait être en train de gonfler sa vessie, ou bien d'autres victimes non consentantes. J'arrivais en retard, en plein concert. Un musicien tunisien jouait merveilleusement bien du oud. J'étais rassuré !
   L'hôte des lieux me proposa de donner mes poèmes à lire à une dame qui était présente. La femme avait un air très digne de grande bourgeoise, avec une belle coiffure de style années trente et parlait avec un léger accent allemand. J'étais vraiment rassuré !
   Mais quand elle commença à lire les poèmes de notre hôte, je frémis. Elle ne lisait pas les poèmes, elle les broyait, les hachaient. Sa prononciation était désastreuse, et son accent allemand, plus grave alors, rendait le résultat plus épouvantable encore. On aurait dit "Papa Schultz" en jupons qui aurait reçu l'ordre de son colonel de lire des poèmes de Hölderlin ou de Schiller à des prisonniers de guerre. La dame prenait un soin particulier à énoncer les vers comme un robot, réduisant à néant toute poésie.
   Je me mordais la lèvre pour ne pas rire alors que tout le monde applaudissait. Comme elle avait été tant encouragée par son auditoire, elle afficha une attitude fière et sereine et continua tout aussi mécaniquement à lire d'autres poèmes. Moi, je commençais à trembler. Je voyais bien que mon tour allait arriver et que je devrais bientôt lui donner mes textes à... hacher.
   Et alors que notre dame mâchait et remâchait les vers d'un autre malheureux poème, un véritable miracle se produisit. Une véritable déesse orientale fit son apparition au beau milieu d'un auditoire soumis à une torture sans fin. C'était une chanteuse d'origine tunisienne, une brune voluptueuse avec une magnifique chevelure noir de jais. De ses lèvres charnues et rose nacré, une voix douce et sensuelle se fit entendre pour nous saluer.
Je compris de suite que la Muse était venue à mon secours, m'envoyant une belle orientale pour chanter mon amour.
Un fard lumineux rehaussait ses yeux noirs et son corsage de l'amour en était la gloire.
Je fus touché par le miel de son regard, divine promesse de biens doux égards.

   Sans hésitation aucune, je me levais et allais au-devant de la déesse. Je fus pris de vertiges tant elle embaumait le jasmin. Je lui tendis mon poème et lui demanda : "J'aimerais que vous lisiez mon poème, s'il vous plait, Madame".
   Elle me regarda, très surprise.
- Et pourquoi moi ?
- Parce que !, lui fis-je en souriant, sans plus d'explication.
   La belle chanteuse n'insista pas et lut à voix haute le titre et les trois premiers vers :
- "Pigment passionnel
Je baisais ses paupières opalescentes
Et son fard teinta mes lèvres frémissantes.
D'un geste, elle effaça le pigment."
   S'arrêtant là, elle ria de bon cœur : "Ah oui, je comprends maintenant !". Elle se reprit et lut alors le poème entièrement. Quel délice ! J'eus alors la sensation d'un baiser divin posé sur mon cœur chancelant. Je ne regrettais point d'être venu.
   Après le charme de la belle Souad lisant mes vers, "Mama Schultz" continua méthodiquement son œuvre d'anéantissement lyrique avec un autre poème. Mais, moi, je n'écoutais déjà plus, mon regard et mon cœur étaient ailleurs...
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-10-12

Poésie et insatiabilité en Grèce

Dans mon texte "L'humour d'Aristote, Humour et philosophie", en décembre 2005, je parlais de Diogène de Sinope : "Exemple parfait de la définition d'Aristote. Il fut un philosophe pauvre, ne rançonnant aucun de ses élèves et vivant dans le dénuement que lui dictait sa conscience, scandalisant même ses contemporains par certaines applications pratiques de ses idées. En tant que citoyen athénien, il combattit en 338 (avant J.-C.) à la bataille de Chéronée contre l'armée macédonienne qui vainquit les Grecs coalisés. Prisonnier enchaîné, il fut amené devant Philippe, le roi des Macédoniens (père d'Alexandre, l'odieux tyran sanguinaire). Et celui-ci lui aurait alors demandé qui il était, alors que Philippe connaissait bien l'identité de son prisonnier, déjà célèbre en son temps. Diogène lui aurait répondu : "J'espionne ton insatiabilité !"".
En fait, c'est avec une intention malicieuse que j'illustrais la définition d'Aristote de l'exemple de Diogène. Celui-ci a combattu les macédoniens, non seulement en tant que citoyen, mais aussi en tant que philosophe. L'anecdote est limpide ! Or, Aristote fut le précepteur d'Alexandre, fils de Philippe... Aristote fut auparavant l'élève de Platon, élève lui-même de Socrate. Et ces deux-là avaient en horreur Diogène qui ne se gênait pas de les attaquer publiquement dans ses discours. Les uns monnayaient fort cher leurs leçons auprès de l'aristocratie athénienne, alors que Diogène enseignait sa philosophie en la pratiquant tous les jours.
Dans sa réponse, Diogène évoquait donc l'insatiabilité de Philippe II. En fait, il reprenait Démosthène dans la Ire Philippique où celui-ci déclarait au peuple d'Athènes (vers 351 av. J.-C.) : "Pour moi je suis persuadé, Athéniens, que quelque Dieu, honteux pour Athènes de ce qui se passe, a jeté dans l'âme de Philippe cette ambition insatiable". Démosthène s'opposa systèmatiquement à l'impérialisme macédonien, à Philippe, puis à Alexandre. Après la mort de ce dernier en 323, comme à l'occasion de la mort de son père assassiné (en 336), les Grecs se révoltèrent, mais ils furent vaincus à Crannon par les armées macédoniennes conduites par Antipatros. Tous les chefs de la révolte furent assassinés. Et Démosthène se suicida avant que les soldats macédoniens ne purent lui mettre la main dessus (en 322). Dans son discours appelé "IIe Olynthienne", il décrivit ainsi le roi barbare Philippe : "Si quelques-uns d'entre eux (ses soldats) se font remarquer par l'expérience de la guerre et des combats, il les éloigne tous, par jalousie, par l'envie qu'il a de paraître faire tout par lui-même; car, outre ses autres défauts, il est d'une jalousie incomparable. Si quelque autre, dans sa modération ou par je ne sais quel sentiment de justice, désapprouve l'intempérance ordinaire du personnage, et ne peut souffrir sa crapule ni ses danses obscènes, il est mis de côté et ne compte pour rien. Il ne reste autour de lui que des brigands, des adulateurs, des gens capables de danser dans l'ivresse ces pas que je n'ose même pas nommer devant vous"... On croirait lire la description de son fils dégénéré dansant ivre sur les ruines fumantes de Persépolis.
Ne fusse pas lors d'une beuverie après la bataille (en 328), que Cleitos, un soldat "proche" d'Alexandre, entendant celui-ci se vanter de "sa" victoire, lui rappela ce passage de l'Andromaque : "Les Grecs ont un bien injuste usage. Qu'une armée dresse un trophée, l'honneur ne sera pas pour ceux qui ont pris la peine, qui ont travaillé à la victoire, mais seulement pour le général. Parmi tant de milliers d'hommes, également armés de la lance, il n'a pas plus fait qu'un autre, il recueille plus de gloire". Alexandre, ivre de colère, prit une lance et le transperça de part en part, et puis... il pleura abondamment. D'ailleurs, il ne pleurait que lorsqu'il tuait ses propres amis, tel un Achille monstrueux assassinant lui-même un Patrocle sans défense.
En plus de la corruption systématiquement utilisée pour affaiblir les cités grecques, les deux tyrans achetèrent aussi, à prix d'or, les services de mercenaires gaulois qui dévastèrent la Grèce, puis l'Asie Mineure, et qui finirent par s'y installer sous le nom de Galates.
On peut s'interroger sur la pertinence de l'engagement pédagogique et moral d'un philosophe auprès de l'enfant d'un roi barbare, surtout quand cet enseignement aboutit à en faire un tyran pervers et criminel, dieu-héros absurde d'un peuple oublieux et aveugle qu'il aura saigné même après sa mort. Pour tout résumer, Alexandre ne fut ni grec, ni grand. La destruction des villes de Thèbes, de Persépolis, de Tyr, pour ne parler que des plus célèbres, avec toutes ces populations massacrées ou livrées à l'esclavage, c'est aussi le constat de l'échec de l'enseignement d'un philosophe. Cet enseignement n'aura servi qu'à rendre un tyran plus implacable encore, digne héritier du tempérament de son père, et plus prompt à faire couler le sang qu'à pratiquer les enseignements de son maître. Mais "qui se rend à la cour d'un tyran, est déjà, bien que libre encore, devenu son esclave" (Sophocle). Mais l'attitude d'Aristote envers la cité de son maître n'est pas si surprenante, car il était lui-même macédonien, fils d'un médecin qui prétendait être un descendant d'Asclépios et originaire de la ville de Stagyre que son "ami" le roi Philippe II détruisit en 349. Professant la morale et la vertu, éducateur et complice de tyrans si fiers de ne posséder ni l'un, ni l'autre, il dut fuir Athènes en 323, lors de la révolte des Grecs après la mort pitoyable du monstre qu'il avait lui-même si bien éduqué.
Aristote considérait, dans la "Politique", comme juste toute guerre faite "contre les hommes qui, nés pour être commandés, s'y refusent", et aussi afin de "régner en maîtres sur ceux qui méritent d'être esclaves" et "sur ceux qui peuvent être assujettis à un maître". Vaste programme où le philosophe mercenaire justifie l'asservissement de tous. Vingt siècles plus tard, la nature des Grecs n'avait pas changée, toujours épris de liberté et toujours en révolte, ils se faisaient sautés plutôt que de se rendre aux barbares ottomans, perpétuant ainsi, à travers les âges, l'exemple héroïque de leurs ancêtres à la bataille des Thermopyles contre les envahisseurs perses (481).
Et ce n'est pas sans un sourire narquois et bien amer que nous lisons cette phrase d'Aristote, d'une ironie toute aussi lyrique qu'involontaire : "Vertu, toi qui coûtes tant d'efforts à la race des mortels, conquête si belle offerte à notre vie ! pour ta beauté, ô vierge, c'est, chez les Grecs, un sort enviable de mourir et de souffrir, sans se lasser, des peines amères : si précieux est le fruit éternel que tu jettes dans notre cœur, plus estimable que l'or ou les ancêtres, ou le sommeil reposant !". Ce devait être alors le jus d'un fruit bien gâté qu'Aristote jeta sur Alexandre...
Et au-delà de la justification de la pratique de son enseignement et de sa rétribution par des tyrans barbares, il y a peut-être aussi une motivation vindicative. Après la mort de Platon en 347, l'Académie, l'école qu'il avait fondée à Athènes, rejeta par deux fois la candidature d'Artistote pour la diriger. Il finit alors par fonder à Athènes sa propre école, le Lycée. Le philosophe avait bien dû en éprouver un fort lourd ressentiment pour une cité qui lui montrait ainsi tant de mépris.
A propos de la poésie, Aristote écrivit : "La poésie est plus philosophique et mérite plus d'attention que l'histoire". Mais il est des moments où les rimes plaisantes doivent laisser place à la mémoire afin d'honorer ses ancêtres... et aussi la vérité historique. Le poète Mimnerme, des siècles auparavant, ne déclamait-il pas "Que la vérité nous accompagne, toi et moi; de toutes les choses c'est la plus juste". Et "tu ne laisseras à tes enfants aucun trésor plus précieux que la conscience; cette conscience qui est la compagne des hommes de bien" écrivit le poète Théognis, vers 550.
Pour paraphraser Ernest Renan, je dirais même que philosophie sans conscience n'est que ruine de l'âme. Il y a devoir de mémoire et de vérité, mais aussi de conscience, clef de tout pour une pensée libre qui refuse l'asservissement, l'obscurantisme et la superstition, ainsi que toute concession à leurs agents. Même s'il faudrait, pour y parvenir, périr au milieu de hordes déchaînées de barbares.
La poésie a besoin d'émotion, comme la philosophie de conscience. Et toutes deux de mémoire. Heureux l'alchimiste qui, en les liant, les sublime !

Michel Kisinis

PS : toutes les dates sont avant J.-C.
---
Bibliographie
"Les cyniques grecs", Ed. Le Livre de Poche, 1992. Une anthologie des philosophes cyniques.
"Les Philippiques de Démosthène", Aimé Puech, Ed. Librairie Mellottée, vers 1927. Une étude documentée et intelligente.
"Démosthène ou les ambiguïtés de la politique, Claude Mossé, Ed. Armand Colin, 1994. Une bonne biographie par une helléniste qui fait autorité, résumant la carrière de l'homme politique et son combat contre les macédoniens.
"Voyage du jeune Anacharsis en Grèce", J.-J. Barthélemy, Ed. Ménard et Desenne, 1820. Un classique du 19e siècle.
"Histoire d'Alexandre le grand", Quintus Curcius, Ed. Garnier, 1932. Une histoire romancée d'un auteur romain qui a beaucoup servi...
"La falsification de l'histoire de la Macédoine", Nicolaos K. Martis, Ed. Ikaros (Hellas), 1984. Un ouvrage de propagande chauvine, malhonnête et imbécile.
"L'impérialisme macédonien et l'hellénisation de l'Orient", Pierre Jouguet, Ed. Albin Michel, 1926. Une référence historique.
"La guerre en Grèce à l'époque classique", P. Brulé et J. Oulhen, Ed. Presses Universitaires de Rennes, 1999. Ouvrage collectif très spécialisé, dont Finley et Vidal-Naquet.
"Guerres et sociétés dans les mondes grecs (490-322)", Patrice Brun, Ed. du temps, 1999. Ouvrage collectif très spécialisé.
"Peuples, mers, navires", Zvi Herman, Ed. Massadah (Israël), 1964. Une histoire des peuples marins de l'Antiquité.
"Eschyle", M. Patin, Ed. Hachette, 1877. Une étude très complète de l'œuvre d'Eschyle.
"Hésiode et les poètes élégiaques et moralistes de la Grèce", E. Bergougnan, Ed. Garnier, 1940. Anthologie excellente d'auteurs de l'Antiquité grecque.
"La Couronne et la Lyre, Anthologie de la poésie grecque ancienne.", Marguerite Yourcenar, Ed. Gallimard, 1979.
"Anthologie de la poésie grecque", Robert Brasillach, Ed. Stock, 1991.
"Les celtes et la civilisation celtique", Jean Markale, Ed. Payot, 1981. Un chef d'œuvre d'érudition sur l'histoire des Celtes.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2006-06-11

Football, les vrais dindons de la farce médiatique

Récemment, à une soirée entre amis, vint inévitablement le sujet du moment : la coupe mondiale de foot. Les esprits s'échauffèrent vite et le débat s'enflamma. Moi, je restais silencieux, m'intéressant plus aux lithographies accrochées aux murs et me balançant doucement au rythme des violentes mélopées de PJ Harvey.
Une voix s'éleva aussi de la mêlée et m'interpella :
– Et toi, Michel ! Tu ne donnes pas ton avis. Tu regardes quand même le foot ?
– Je regarderai le foot quand je serais payer pour cela.
Marie me fixa comme si j'avais dit un truc vraiment très sale.
– Te faire payer pour voir du foot !!!, fit-elle d'une voix étranglée. Je lisais une incompréhension totale dans son regard.
– Tu t'rends pas compte, l'équipe du PSG a gagné cent milles euros à leur dernier match contre les austro-hongrois. Paul s'était levé en disant cela, et il levait les bras au ciel, les poings fermés, visiblement étreint d'une intense passion.
– Et toi Paul... t'as touché combien ?
– Pfff, de toute façon, on peut pas parler avec toi !, et il partit d'un pas vif, mais déjà pas très assuré, pour aller se prendre une autre cannette bien fraîche.
J'entendis alors un petit rire cristallin. Valérie venait vers moi tout en riant :
– Michel, tu as toujours le bon mot pour clore rapidement une discussion. Elle s'approcha plus encore et me fit un petit bisou plein de tendresse.
– Et c'est le champion qui, à la fin de la joute, embrasse la belle princesse.
Les éclats de rires reprirent de plus belle...
... Moi, au moins, j'aurai touché "quelque chose" grâce au foot.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-03-16

Formation et déformations Internet

Au café, Bobo Blaireau m'avait demandé – supplié – de donner une formation à sa copine un samedi après-midi. Il avait finement ajouté qu'il était trop doué pour qu'une grosse pétasse puisse le comprendre... Ça commençait bien !
Le lendemain, à l'heure dite, je traversais la rue pour me rendre chez lui. Quand la porte s'ouvrit, je découvris une sculpturale naïade blonde qui embaumait le benjoin et la myrrhe.
- Bonjour, Michel. Je t'attendais impatiemment.
- Euh, oui, bonjour. J'étais stupéfait. Véronique, la copine de Bobo Blaireau, était à tomber par terre. Elle était dotée d'une paire qui me laissait sans voix. Et le reste était à l'avenant...
- Bobo m'a dit que vous aviez besoin d'une petite formation. Quelles sont vos besoins exactement ? J'essayais malgré tout de garder un ton professionnel.
- On peut se tutoyer entre voisin, hein ! Je voudrais que tu m'apprennes à télécharger des MP3 sur Internet.
- Ah oui, fis-je tristement, plein d'enthousiasme. Avant de télécharger, il faut d'abord apprendre comment utiliser Internet. Tu as déjà utilisée Internet ?
- Non. J'ai un portable Apple, je viens de l'acheter. Enfin, c'est à Bobo...
- Oui, l'autre jour, il l'a montré à tout le quartier. Même le gardien de l'Armée du Salut doit être au courant.
Nous nous installâmes devant le Powerbook et je commença par lui expliquer les bases de l'utilisation de l'ordinateur.
- Et là, cette fente, c'est le lecteur de CD. Tu introduis doucement le CD et il rentre tout seul.
Elle essaya, sans succès. Le CD ne montait pas. Rien. Je regardais sur le bureau du Mac, nulle part ! Au bout de quelques longues secondes de silence, j'avisais un bout de plastique qui dépassait.
- Véronique, il faut mettre le CD dans le lecteur et non sous le portable. Là, ça peut pas marcher.
Crise de fou rire. Son merveilleux buste était secoué de soubressauts incandescents. J'avais du mal à détacher mon regard de son doux corsage.
- Bon, revenons-en à nos moutons et j'inserrais le CD qui monta avec un bruit incongru.
Véronique observait attentivement mes gestes. Et à chaque fois qu'elle se rapprochait de l'écran pour mieux voir mes manips, son magnifique sein droit frottait contre mon bras gauche. Une furieuse envie de lâcher ma souris m'étreingnais douleureusement.
- Michel, fit-elle, là, j'ai deux fentes. Qu'est-ce que je fais ?
- Ah bon ?!!! Je détaillais alors sa généreuse anatomie. Où çà ?
- Mais, non, idiot ! C'est l'ordinateur qui a deux fentes. Elle me désigna le côté droit du portable.
- Il s'agit d'un orifice où tu peux introduire une carte mémoire.
- Et je peux en mettre une grosse ?
- Oh oui, une très grosse, si tu veux. J'étais mort de rire.
- Pfuu ! Franchement, t'es pas un formateur très sérieux.
- Ben, avec une élève comme toi, c'est difficile de le rester.
- Montres-moi vraiment comment utiliser cette foutue machine et tu pourra me faire un petit bisou.
- Avec la langue ?, risquais-je d'une voix hésitante.
Elle resta silencieuse, se voulant énigmatique, espiègle minaudière.
- Et un peu les mains aussi ?
- La récompense sera à la mesure de la formation.
Je m'accrochais à la souris qui semblait tout à coup gonflée sous ma main.
En fait, son esprit était aussi fin que sa poitrine était ample. Bobo Blaireau ignorait tout de la créature qui partageait son nid douillet. Véronique fut prompte à comprendre les bases du Mac qui étaient indispensables pour utiliser son petit Ipod chéri.
Puis aux tours qu'elle m'appris, succédèrent des vers passionnés qui l'enchantèrent.
- Je te croyais technicien hors pair et voilà que tu me charmes avec de doux vers, s'écria-t-elle et elle me roula un patin d'enfer.
Et mes mains s'aggripèrent une fois encore à ses formes si voluptueuses.
- Les apparences peuvent être trompeuses.
J'en tiens là la preuve la plus somptueuse.
Le technicien s'est épuisé à une tâche hardue,
Mais le poète s'enflamme sans fin devant ton cul.
Et là, comme aiguillonnée par mes vers, elle se jeta sur moi. J'hésite à conter tout ce qui se passa durant cet après-midi, si riche en baisers passionnés et subtiles caresses. J'en rêve encore...
Le lendemain matin, je retournais au bar des Acacias. J'avais bien besoin d'une bonne dose de café pour me réveiller.
Au bout du deuzième double, survint Bobo tout guilleret et très amical.
- Ah Michel ! Je ne sais pas comment te remercier pour hier.
- Eh bien, tu n'as qu'à me donner quelques gros biftons.
- Bien sûr, Michel. Véronique est ravie de ta prestation. Moi, j'arrivais à rien avec elle. Je dois être trop proche, et puis, entre nous, il faut être très très patient avec elle. Et surtout ne pas avoir peur de répéter les choses. Mais toi, c'est une de tes grandes qualités.
- Je suis très cher aussi !
- Pas de problème, Michel. D'ailleurs, j'aimerai que tu me fasses un petit forfait. Véronique se débrouille très bien tout seule maintenant avec son Ipod. Elle m'emmerde plus ! C'était le but de la manoeuvre. Il s'exclaffa, fier de lui.
- Mais j'ai toujours oeuvré pour l'indépendance des individus.
- Il faudrait quand même que tu complètes son initiation. Elle a besoin que tu lui apprennes Internet, un peu de bureautique et de multimedia.
- Je suis disponible les samedis après-midi.
- D'accord. Mais je suis désolé, je ne peux pas y assister car j'ai trop de boulot à ma boîte.
- Non, non, il faut pas. Tu risques de perturber l'attention de Véronique.
- Tu as raison. T'ai un vrai pro, Michel. J'ai envie de t'embrasser ! s'exclama-t-il. Les habitués du café se retournèrent tous.
- Ah non, Bobo ! Je ne me fais jamais payer en nature.
© Michel Kisinis

Libellés : , , , , , , , , , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!

2005-01-27

Le diaphragme rouillé

Lorsque je manœuvra la bague du diaphragme, je sentis la rouille accrochée un peu le métal. Par contre, quand j'armais l'obturateur, le rideau à translation se mit en position, prêt comme en 40.
Au déclenchement, le mécanisme fit un bruit de culasse.
Cela me fit penser à tous ces blaireaux avec leurs numérikeux. On "mitraillait" avant tout cela, maintenant avec tous ces "Appareils de Consommation Massive", on arrose à grands coups de "jpg" explosés et de vignettes qui sont autant de clusters qui s'éparpillent à travers un monde virtuel et vain.
Toute cette connerie explose en chaîne et apparaît comme un feu d'artifice magique à des yeux aveugles.
© Michel Kisinis

Libellés : , , ,

StumbleUpon ToolbarStumble It!
Google

art blog kisinis